Le Corbusier. La Cité radieuse

La résidence compte 337 appartements de 23 types différents séparés par des rues intérieures (l’appartement est en duplex) et un hôtel de 21 chambres.

  • « Une insonorisation exceptionnelle, des volumes de rangement entièrement aménagés. Largeur des cellules : 3,66 m, hauteur sous plafond : 2,26 m, 4,80 dans les séjours en duplex, cuisines entièrement équipées, chambres principales prolongées par une salle de bain privative, chambres d’enfants reliées deux par deux par une cloison mobile » (source : exposition 2009 dans la Cité Radieuse).
Appartement visité en 2009. Photo de Pierre Dubois

« La résidence comprend également, au niveau de sa rue centrale, des bureaux et divers services commerciaux : pâtisserie, hôtel, restaurant gastronomique, crèche, librairie spécialisée…

Le toit-terrasse, libre d’accès au public, est occupé par des équipements publics : la cour de récréation de l’école maternelle, un gymnase, une piste d’athlétisme, une petite piscine pour enfants et un auditorium en plein air.

L’unité d’habitation est conçue sur le principe du Modulor, système de mesures lié à la morphologie humaine basé sur le nombre d’or et la suite de Fibonacci, calculé par le quotient de sa taille (1,83 m) par la hauteur de son nombril (1,13 m) qui est de 1,619, soit le nombre d’or au millième près ».

Source des Photos : exposition de Saint-Dié
  • Et Jean Prouvé ? « Pour l’Unité d’habitation de Marseille, Le Corbusier le sollicite pour la conception de l’édifice. Quand l’architecte émet l’idée du bouteiller (la structure du bâtiment à l’image d’un casier à bouteilles), il se tourne vers l’industriel pour imaginer comment réaliser un appartement qui puisse y être rangé. Celui-ci propose deux variantes de structure, une en acier, l’autre en béton et des cellules d’habitation en plâtre. Aucune n’est retenue et la participation de Prouvé se limite à fournir les escaliers intérieurs des duplex et à des meubles pour l’appartement témoin » (cartel de l’exposition de Saint-Dié).
Photo de 2009

La Cité radieuse de Marseille aura quatre petites sœurs.  « Cinq unités d’habitation ont été réalisées sur les mêmes plans, quatre en France et une en Allemagne : Marseille en 1952, Rezé (Nantes) en 1955, Briey en 1961, Firminy en 1967 et une cinquième, construite à Berlin en 1957″.

La maison radieuse de Rezé (Nantes). Article de David Abittan, Le Corbusier avait-il la recette des HLM qui rendent heureux ? Slate, 25 avril 2015.

« Le Corbusier, mort il y a 50 ans, est à l’honneur cette année. Parmi l’œuvre qu’il laisse figure la Maison Radieuse de Rezé. Malgré des dimensions hors normes, ce grand ensemble de la banlieue de Nantes abrite en réalité une vie sociale intense, bien loin de l’image dont souffrent les cités HLM.

Il ne s’agit pas d’un bâtiment ordinaire… Il suffit de donner la parole aux habitants pour s’en rendre compte : un village, disent-ils, à la convivialité hors norme. Dans l’histoire récente des grands ensembles, ils ne semblent pas bien nombreux les bâtiments qui rendent leurs habitants aussi fiers.

Qu’est-ce qui fait du Corbu un immeuble si différent des autres ? La seule signature du maître, l’architecte Le Corbusier, justifie-t-elle pareil engouement ? Ou bien la valeur du lieu est-elle contenue dans le sceau des Monuments Historiques, fièrement affiché face au hall d’entrée, sur l’un des nombreux piliers qui supporte l’ensemble ? »… Lire la suite…

1 commentaire

Classé dans AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. PACA Corse, E. Ingénierie, Architecture

Une réponse à “Le Corbusier. La Cité radieuse

  1. En échange ma visite de la maison radieuse de Rezé les Nantes
    http://lefenetrou.blogspot.com/search?q=Maison+radieuse