1729-1765. Louis de France, dauphin

1754 (25 ans). Naissance du duc de Berry, 3ème fils de Louis de France et de Marie-Josèphe de Saxe. Il régnera sous le nom de Louis XVI.

1755 (26 ans). Naissance du comte de Provence, 4ème fils de Louis de France et de Marie-Josèphe de Saxe. Il régnera sous le nom de Louis XVIII.

1757 (28 ans). Naissance du comte d’Artois, 5ème fils de Louis de France et de Marie-Josèphe de Saxe. Il régnera sous le nom de Charles X.

1757-1759 (29 ans-31 ans). « L’affaire des Cacouacs et l’abbé Joseph de Giry de Saint Cyr, ancien sous-précepteur du dauphin de France. Le terme Cacouac a été inventé pour ridiculiser les Encyclopédistes. Jacob-Nicolas Moreau fait paraître un pamphlet ayant pour titre Nouveau mémoire sur les Cacouacs, que Joseph Giry fait suivre à son tour d’un Catéchisme et décisions de cas de conscience à l’usage des cacouacs avec un discours du patriarche des cacouacs, pour la réception d’un nouveau disciple. Publié à Paris, celui-ci porte comme lieu d’édition Cacopolis. Source : article de Wikipédia sur Joseph de Giry. Je reviendrai sur les Cacouacs dans la prochaine chronique : L’encyclopédie et l’article Manustupration.

1764 (35 ans). « Le 6 septembre, Louis XV pose la première pierre du Panthéon, édifice conçu par Soufflot. On avait édifié pour l’occasion une reproduction du futur édifice, un trompe-l’œil grandeur nature, de toile et de charpente, représentant le futur portail de l’église ».

1765 (36 ans). « Louis Ferdinand de France, aîné et seul survivant des deux fils de Louis XV, ne peut se défaire d’une toux rauque et rebelle, séquelle d’un rhume. Après avoir lutté trois mois contre cette affection pulmonaire, il mourra le 20 décembre, à l’âge de 36 ans » (source : La mort du dauphin Louis Ferdinand de France).

Synthèse de portrait de Louis de France dans l’article de Wikipédia

‘Très affecté par la séparation officieuse de ses parents, l’adultère du roi et la résignation doloriste de sa mère, il s’escrima à ne pas ressembler à son père, optant dès son enfance pour une dévotion profonde et assumée.

C’était un homme fort pieux, chaste, sobre et fidèle à son épouse, soucieux de la bonne éducation de ses enfants. Préférant la méditation et la lecture aux exercices physiques, il ne pratiquait pas la chasse, activité pourtant prisée des princes du sang et de l’aristocratie, et fut le premier Bourbon à devenir obèse (héritage de son grand-père maternel). Son sérieux le faisait passer pour pédant. Il était très proche d’Aymar de Nicolaï, évêque de Verdun, et lui remit avant de mourir des écrits confidentiels destinés au futur Louis XVI.

D’aucuns cherchèrent à le diffamer, lui prêtant maîtresses ou excès d’alcool, comme c’est peut-être le cas du Père Anselme

Le couple delphinal désapprouva l’expulsion des jésuites en 1764, mais soutenait leur père et beau-père contre les abus des parlements, lui conseillant la fermeté. La défense du catholicisme et de l’autorité royale semble avoir caractérisé sa politique.

L’historiographie a développé le plus souvent le portrait d’un prince aux mœurs rigoureuses, proche, voire chef du parti dévot, protecteur du clergé et particulièrement de la Compagnie de Jésus, adversaire de l’Encyclopédie et des philosophes athées. Pourtant, de sa mort jusqu’aux années 1780, cette représentation ne fit pas l’unanimité : orateurs et panégyristes le décrivirent autant comme un prince éclairé, en phase avec l’esprit de son temps, que comme un défenseur sincère de la tradition ».

Commentaires fermés sur 1729-1765. Louis de France, dauphin

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), C. Ile-de-France

Les commentaires sont fermés.