E. Bouchardon, statue de Louis XV

1758-1763. « La statue que Bouchardon avait espéré voir inaugurer vers le mois de juillet 1758, doit attendre cinq ans encore, avant de se dresser sur la place Louis XV (aujourd’hui place de la Concorde). L’exécution a exigé près de dix années pour la seule figure équestre et le travail a été maintes fois retardé par des désaccords entre la ville et Bouchardon. Une autre raison de cette lenteur vient du mauvais succès de la fonte.

Pour ce qui est de l’inauguration, son retard est aussi causé par des évènements extérieurs. La France est engagée dans la désastreuse guerre de Sept Ans et il faut attende décemment la conclusion de la paix pour célébrer les réjouissances qui doivent accompagner les cérémonies de l’inauguration.

1761. Pendant ce temps, la santé de l’artiste décline : un mal intérieur le mine. La maladie s’aggrave. L’académie de peinture et de sculpture nomme un professeur suppléant chargé de poser le modèle.

1762, 27 juillet. Edme Bouchardon meurt à Paris, avant la mise en place de son œuvre au centre de la place Louis XV.

Se voyant mourir et trois jours avant sa mort, il avait écrit à la ville de Paris pour demander que l’achèvement de son œuvre soit confié à Jean-Baptiste Pigalle (1714-1785).

1763. La paix signée (Traité de Paris, 10 février 1763), le roi ordonne que la statue soit incessamment érigée. Elle est transférée de l’atelier à son lieu d’érection le 19 février. Le lundi 23, elle est mise en place, en présence du Prévôt des marchands, des échevins et d’une foule considérable. L’annonce en est aussitôt faite dans la Gazette de France.

 La cérémonie de l’inauguration est reportée à une saison plus favorable et la date est fixée au 20 juin 1763. En attenant, on fait exécuter en plâtre, pour la circonstance, les quatre cariatides des vertus qui doivent orner les angles du piédestal n’étant pas encore été coulées en bronze. Quant aux bas-reliefs, ils n’avaient été qu’ébauchés par Bouchardon.

1772. Les travaux sont enfin terminés en août. Le règlement définitif a lieu le 24 juin et la réception le 28 septembre ».

1773, janvier. Lettre de monsieur Linguet à monsieur Freron au sujet d’un mot mis dans l’inscription de la statue de louis quinse. Deloynes, Jean-Charles (1741-1811), transcripteur.

1774. Le roi Louis XV n’a pu admirer son portrait monumental que pendant moins de deux. Il décède le 10 mai 1774. Son petit-fils, Louis XVI, lui succède.

1792. Le monument en son honneur, au centre de la place éponyme, n’existera qu’un peu plus longtemps :  20 ans. Il est détruit pendant la révolution en 1792″.

Poster un commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AI. Art médiéval et moderne, C. Ile-de-France, E. Arts Lettres Langues

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.