1730-1745. Orry aux Finances

Carrière professionnelle de Philibert Orry (1689-1747).

1730 (Orry a 41 ans). « Le 1er janvier, Le Peletier des Forts, contrôleur général des finances, est promu Ministre d’État. Il n’avait pas craint de reprendre certaines des idées de son prédécesseur, John Law : rétablir l’équilibre des finances par la relance économique et provoquer celle-ci en utilisant la Bourse, y suscitant une hausse des actions de la Compagnie des Indes. Mais il eut tort de couvrir des manœuvres frauduleuses. Il fut renvoyé ». Sa succession était ouverte.

Grâce à la protection du cardinal Fleury, dont il partageait le goût de l’ordre et l’austérité, Orry est nommé contrôleur général des finances. Il le restera jusqu’en 1745.

Le Contexte. Le Ministre, l’époque, et le choix fiscal in Mireille Touzery, L’invention de l’impôt sur le revenu.

« La cour découvrit un bœuf échappé dans le parc de Versailles. Philibert Orry, nouveau Contrôleur général des finances, avait la réputation de posséder un caractère entier, une intégrité parfaite, une volonté sans détours qui le faisaient volontiers taxer de balourdise dans ce royaume de l’intrigue. Or ce bœuf , quinze ans après le duc de Noailles, relance avec persévérance le chantier de la réforme de la fiscalité directe, bénéficiant à cet égard d’un calme politique et financier particulièrement favorable.

Après trois banqueroutes en 1716 (Noailles), 1720 (Law) et 1726 (Le Peletier Des Forts), l’ordre monétaire s’installe en 1726 avec la fixation de la valeur du louis destinée à durer jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. A partir de l’arrivée aux affaires du cardinal de Fleury, commence une période d’égale stabilité du personnel politique propice aux réformes. Le principal ministre reste en place dix-sept ans (1726-1743). Orry garde quinze ans le Contrôle général (1730-1745).

C’est un véritable record en cet « hôtel des déménagements », hormis les vingt-deux ans du ministériat de Colbert achevé par la mort du titulaire (1661-1683). La durée permettra à Fleury de mettre fugitivement le budget en équilibre en 1728, pour l’unique fois du siècle. Mais tout autant que dans la stabilisation gouvernementale, la réforme fiscale trouve un aiguillon dans l’aspiration des finances provoquée par les guerres de succession de Pologne (1733-1738) et de succession d’Autriche (1740-1748). L’amélioration des recettes est plus que jamais nécessaire. L’urgence est toujours au rendez-vous du Contrôleur général ».

1730-1736. Sous le ministère d’Orry, Enquêtes annuelles du Contrôle Général des Finances auprès des Intendants des généralités. André J. Bourde, thèse complémentaire, Université de Paris, mars 1959, Imprimerie Louis-Jean, Gap, 196 pages. Ces enquêtes, leurs objectifs, leurs résultats seront analysés dans la chronique qui suit.

Livre en ligne : cliquer ici

Commentaires fermés sur 1730-1745. Orry aux Finances

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, E. Agriculture, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion, E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.