Rochefort 18è. Médecine, chirurgie

Suite de la chronique 1722. Médecine navale à Rochefort. Biographies de cinq personnalités qui ont enseigné dans l’école de médecine navale. Les 3 premières – Jean Cochon-Dupuy, Gaspard Cochon-Dupuy, Pierre Cochon-Duvivier – ont été nommées à la Direction de cette école. Les deux autres : René Primevère Lesson, Amédée Lefèvre.

Jean et Gaspard Cochon-Dupuy. Cliquer les images pour les agrandir

Les trajectoires professionnelles s’organisent selon des strictes hiérarchies :

  • hiérarchie des Réseaux d’appui : Ministre ou secrétaire d’État, Intendant, Commandant de la marine.
  • hiérarchie des Ordres : Noblesse, Clergé, Tiers État. Aucune de ces personnalités ne fait, à l’origine, partie d’une famille noble. Le titre de Noblesse est accordé pour services rendus ; il se matérialise par un mariage et/ou par l’attribution d’un fief.
  • hiérarchie des Disciplines : médecine, pharmacie, chirurgie. Cette dernière n’est pas enseignée dans les facultés de médecine ; elle fait partie des Arts mécaniques.
  • hiérarchie des Fonctions : médecin en second au port de, premier médecin…
  • hiérarchie des Classes : de la 3ème à la 1ère classe dans la fonction.
  • hiérarchie des Organisations savantes : l’entrée dans une Académie est plus prestigieuse que la nomination comme professeur d’université.
  • hiérarchies des Récompenses : la Légion d’honneur plutôt que l’Ordre de Saint-Michel

Sources. Citations de Wikipédia, du livret École de médecine navale de Rochefort (les Carnets de bord du Musée national de la marine, 2006).

Diaporama de 27 photographies (Pierre Dubois, octobre 2014 et octobre 2015).

A. Jean Cochon-Dupuy (1674-1757), fondateur de la première école de santé navale de Rochefort, correspondant à l’Académie des sciences.

Cliquer sur les images pour les agrandir

« Fils d’un médecin originaire de La Rochelle et devenu maire de Niort, Jean Cochon-Dupuy reçut son grade de docteur à la faculté de médecine de Toulouse. Il s’installe comme médecin ordinaire du roi à La Rochelle où il gagne une solide réputation.

C’est alors que l’intendant de la marine, Michel Bégon, l’attire à lui. En 1704, Jean Cochon-Dupuy devient médecin en second au port de Rochefort, puis premier médecin en 1712. Il fonde la première école de santé navale (école d’anatomie et de chirurgie, 1715).

Sa renommée le conduit à devenir correspondant de l’Académie des sciences (1726) et le comte de Maurepas, secrétaire d’État de la marine, fait le déplacement depuis Versailles jusqu’à Rochefort pour assister à deux leçons d’anatomie du médecin, en 1727.

Cochon-Dupuy a les faveurs de la Cour. En 1753, il est anobli. Cette ascension sociale se concrétise par le mariage de sa fille qu’il donne au chef d’escadre, marquis de L’Estenduère.

La bibliothèque de l’ancienne école de médecine conserve les trois volumes de ses cours dispensés à ses élèves. Sur décision ministérielle, ils avaient été diffusés dans les autres arsenaux du royaume (Brest et Toulon). Malgré son savoir-faire, il ne peut rien contre l’épidémie de scorbut de l’escadre du bailli de Piosin, ramenée en 1745 depuis Louisbourg (île royale). L’hôpital perd alors 150 chirurgiens, apothicaires et aumôniers, pendant que Rochefort compte 3 000 victimes. La charge de médecin et de directeur de l’école de santé navale n’est pas une sinécure dans une ville qualifiée par ses contemporains de tombeau de la marine.

B. Gaspard Cochon-Dupuy (1710-1788), fils de Jean Cochon-Dupuy. « Docteur en médecine de la faculté de Paris. Directeur de l’École de médecine navale de Rochefort. Marié avec Marie Olive Desherbiers de Letanduere, fille d’Henri François, chef d’escadre, commandant de la Marine à Rochefort.

1735 : il est nommé médecin du port de Rochefort pour aider son père Jean et pour s’occuper de l’école d’anatomie et de chirurgie.

1741 : il est nommé Directeur du jardin botanique. Enseignant, son apport à l’École fut essentiel pour la botanique et le classement des plantes. 1743 : il est nommé second médecin du port en remplacement de Louis Gilet de Champoury.

1757 : au décès de son père, il est promu premier médecin du port et Directeur de l’École de chirurgie. Il le reste jusqu’à son décès en 1788.

1758 : il hérite du titre d’écuyer attribué à son père et il est fait chevalier de l’ordre de St Michel.

1768 : il rédige le règlement des Écoles de chirurgie qui fixe, articles VIII et IX, les modalités pratiques de l’enseignement de la botanique pour les médecins des Écoles. Associé régnicole de la Société royale de médecine ».

Commentaires fermés sur Rochefort 18è. Médecine, chirurgie

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), E. Médecine Pharmacie, E. Mobilité internationale

Les commentaires sont fermés.