Rochefort. Les 3 formes de radoub

Les deux bajoyers constituent les murs du bassin. Dans les anciennes formes, ils se rejoignaient au niveau du nez du bassin, souvent de forme effilée, permettant à la fois de former une voûte en forme d’ogive, reprenant les efforts horizontaux exercés par le terre-plein sur ces murs, mais également d’épouser la forme des étraves des navires utilisant le bassin.

Le bateau-porte. « Un ingénieur français, Pierre Arnoul, a mis au point la technique du bateau-porte en 1683 pour Rochefort, alors principal chantier naval français. Le principe en est simple. Tout d’abord, le navire à réparer entre dans la forme en eau. Le bateau-porte vient alors se placer à l’entrée de la forme à un emplacement bien déterminé. Un système de pompes et de ballasts le font alors couler, à l’instar des sous-marins. Le bateau-porte repose alors sur son embase et le bassin peut dès lors être vidé » (source de la citation : SurlaPlage.com)

Bateaux-Portes contemporains : celui desservant le radoub double Louis XV, celui pour le radoub Napoléon III.

Fonctionnement du bateau-porte : vidéo.

Commentaires fermés sur Rochefort. Les 3 formes de radoub

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.