1755, Nancy, statue de Louis XV

La place royale de Nancy est un ensemble urbain classique, voulu par le duc de Lorraine Stanislas Leszczyński, beau-père de Louis XV, et réalisé sous la direction de l’architecte Emmanuel Héré. Une statue de Louis XV, construite entre 1751 et 1755, ornait le centre de cette place.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Sous la révolution (janvier 1793), Louis XVI, petit-fils de Louis XV, est guillotiné le 21, et la statue nancéienne de celui-ci est détruite. Le bronze qui la constituait est fondu et récupéré.

La place Stanislas porte ce nom depuis 1831. En son centre désormais, la statue du duc de Lorraine par le sculpteur Georges Jacquot (1794-1874).

Sept statues en l’honneur de Louis XV. Plusieurs villes décident de construire des statues à son effigie : Bordeaux (1739-1741), Paris (1748), Valenciennes (1749-1752), Nancy (1751-1755), Rennes (1756-1751), Rouen (1758), Reims (1758).

Statue de Louis XV, par Edme Bouchardon, pour la place de la Concorde (Paris)

Source : extraits de l’article de Wikipédia. « La statue réalisée en bronze faisait 7 500 kg pour 4,66 m de haut. Son bras droit tenait un bâton royal dirigé vers le pavillon de l’hôtel des fermes. Sa main gauche appuyée au côté, il regardait vers Paris. Victorieux, il était vêtu à la romaine, cuirassé et drapé dans un manteau royal ».

« La statue était posée sur un socle en marbre de Gênes, lui-même posé sur un emmarchement de trois degrés. La dédicace de la face principale portait l’inscription : LUDOVICO XV / TENERRIMI ANIMI / MONUMENTUM (à Louis XV, monument d’un cœur affectueux). Sur le socle, quatre médaillons représentaient le mariage du roi, la réunion de la Lorraine, la paix de Vienne et la fondation de Stanislas.

Le duc avait composé lui-même les sujets allégoriques qui devaient orner les quatre côtés du piédestal. Quatre statues en plomb, allégories de vertus, étaient accoudées à chaque angle du monument. La Prudence et la Justice étaient des œuvres de Guibal, la Valeur et la Clémence étant dues à Cyfflé. Un piédouche surmontait le socle, il portait un hexamètre sur chaque face :

  • Vive Diu Lothari saecla precantur (Vis longtemps Louis, les lorrains demandent pour toi des siècles)
  • Artificem ducebat amor praestantiae arte (L’amour qui l’emporte sur l’art a dirigé l’artiste)
  • Principis ex animo plaudit lotharingia votis (La Lorraine applaudit de tout cœur aux vœux de son prince)
  • Reddit amor soceri muta baec spirantia signa (L’amour du beau-père a rendu vivante cette statue)

Lorsque Stanislas lance un appel aux artistes, Barthélemy Guibal présente une ébauche en cire de 29 pouces de hauteur ; une fois le projet accepté, il réalise un modèle de 2 pieds 9 pouces qui est conservé au Musée lorrain.

Un premier essai de fonte de la statue échoue. Jean-Joseph Söntgen, qui deviendra le sculpteur de Stanislas après la mort de Guibal, est appelé en Lorraine pour préparer la fonte. La statue est coulée en trois minutes dans le jardin de Guibal à Lunéville le 15 juillet 1755 à 7 heures du soir. L’opération est réalisée par le fondeur Perrin assisté de deux ouvriers. On dit que Basile-Benoît Mathis (1736-1805), le gendre de Guibal qui supervisait la coulée, était tellement inquiet que ses cheveux devinrent tout blanc.

On dit que Stanislas, qui assistait aux opérations, aurait jeté des pièces d’or dans le métal en fusion, mais Nicolas Durival dans sa Description de la Lorraine et du Barrois affirme que celui-ci se trouvait alors à Commercy et qu’il ne fut averti du succès de la coulée que le lendemain matin.

La statue est transportée à Nancy le 16 novembre par un véhicule construit exprès et tiré par 36 chevaux (ou 32 ?). Le pont sur la Meurthe à Saint-Nicolas-de-Port doit être consolidé. Le 18 novembre à midi, elle est posée sur son piédestal qui déjà accueille trois des quatre vertus. Elle reste masquée par un drap jusqu’à l’inauguration du 26 novembre 1755.

Commentaires fermés sur 1755, Nancy, statue de Louis XV

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.