Aix en Provence. Fontaines du 18ème

Cinq fontaines du 18ème siècle à Aix-en-Provence. Sources diverses, dont Aix-en-Provence de fontaine en fontaine et une chronique antérieure du blog (août 2019) : Fontaines d’Aix-en-Provence (diaporama de 21 photos : fontaines des quatre Dauphins, des trois Tritons, des Bagniers, d’Albertas).

Fontaine Pascal, 1713

« La source à partir de laquelle la fontaine Pascal tirait l’eau n’en apportait pas assez. En temps de sécheresse, la population du quartier souffrait de ce manque, et des épidémies se propageaient. En 1833, dans l’obligation de mettre un terme à ces pénuries répétées, on fora plus profondément dans le puits (la source) et ce fut un succès. Afin de célébrer ce nouveau flux d’eau, une fontaine avec  quatre canons fut construite après la démolition de l’ancienne, qui rappelait la misère ».

Source : Monumentum. Cliquer sur les images pour les agrandir

Fontaine des trois tritons, entre 1715 et 1735

Sources : Hôtel de Caumont, Wikipédia, Photos de Pierre Dubois.

« Quand François Rolland de Réauville décide de la construction de l’hôtel particulier en 1715, il charge l’architecte Robert de Cotte (1656-1735) de dessiner les plans du jardin de l’Hôtel de Caumont dans le goût classique de l’époque : tracés géométriques soignés, perspective ouverte, jeux d’eaux…

On accède directement au jardin haut depuis le salon chinois et la grande galerie dont il est le prolongement lors des réceptions. Un bassin circulaire est encadré de quatre parterre de gazon ponctués de buis boule.

Le jardin haut offre une belle vue sur le jardin bas, ceint d’une double haie formée de chênes verts et d’ifs encadrant une broderie de buis. La fontaine des Trois-Tritons vient fermer la perspective. Sculptée dans de la pierre d’Estaillades, elle rend hommage à Robert de Cotte, initiateur du style rocaille en France ».

Commentaires fermés sur Aix en Provence. Fontaines du 18ème

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. PACA Corse, E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.