Nancy, place Stanislas, Fontaines

Les fontaines sont surmontées d’un portique en ferronnerie de Jean Lamour (1698-1771), serrurier de Stanislas, qui permettait de masquer les remparts et les fossés. Formant un profil concave, dit en tour creuse, ces portiques présentent une arcade principale flanquée de deux baies latérales plus petites. L’ouverture des cintres est de 15,30 m et leur hauteur de 10,40 m. Ils forment un avant-plan devant des massifs d’arbres.

Les grilles forment des sortes de portes flamandes à droite et à gauche de l’hôtel de ville. Elles valent à Nancy le surnom de Ville aux Portes d’Or. De style art rococo comme les fontaines, elles ont été réalisées en fer battu (aminci au marteau) et dorées à la feuille.

Les ferronneries imitant l’architecture sont courantes au XVIIIe siècle, par exemple les grilles de l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen. On retrouve les chiffres du roi Louis XV sur les ouvertures latérales et ses armes décorent l’entablement ».

Lire aussi : Grilles et Fontaines de la place Stanislas.

Autres photos de la place, de la statue de Stanislas, des fontaines de Guibal et des grilles de Lamour : Google

Chroniques à venir sur d’autres fontaines du 18ème siècle : Aix-en-Provence, Rochefort et Lupin, Trèves,

1 commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture, Non classé

Une réponse à “Nancy, place Stanislas, Fontaines

  1. Ah Nancy ! il fut un temps (long !) pendant lequel quand on disait dans un colloque d’informaticiens à l’étranger qu’on était de l’U de Nantes, les gens comprenaient « Nancy ». Souvenir de soutenances de thèses et de balades sur cette place. Merci