1745. La maison du maçon Gallay

A. Biographie. Source : Les maisons de Strasbourg, 7 rue Dôme. Diaporama : 19 photos.

« Jacques Gallay naît à Dompierre près de Fribourg en Suisse le 25 novembre 1707, fils du charpentier Pierre Gallay et de sa femme Françoise Gachon. Il est apprenti de 1719 à 1723 chez Sylvain Bret, maître maçon et entrepreneur des bâtiments à Paris où il n’est pas d’usage de délivrer de certificat d’apprentissage.

Jacques Gallay dit Fribourg est employé sur différents chantiers royaux puis arrive vers 1732 à Strasbourg où il travaille en qualité d’appareilleur sur le chantier du palais épiscopal. Les Quinze le dispensent le 31 décembre 1735 de présenter un certificat d’apprentissage et de faire ses années d’épreuve, sur la recommandation de l’évêque et après avoir constaté son habileté lors de l’affaire qui l’a opposé au maçon Joseph Trotter en janvier 1735. Il présente son chef d’œuvre le 30 avril 1736.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Il est reçu bourgeois à titre gratuit le 16 mai 1736. Il épouse quelques jours plus tard Marie Catherine Berga, fille de Jean Quirin Berga, maçon, tailleur de pierres et assesseur au Petit Sénat. Comme il tarde à s’inscrire à la tribu des maçons, l’affaire passe devant le conseil ; il s’inscrit le lendemain en réglant ses droits. Il est chargé d’établir en 1755 les dessins pour le nouveau chef d’œuvre.

Il meurt en mai 1755 dans sa paroisse de Saint-Laurent. Son corps est inhumé dans le cimetière qui jouxte l’église Saint-Pierre-le-Jeune. L’inventaire de ses biens établit après rectification que le passif excède l’actif de 2 639 livres. Les créanciers font dresser en 1758 l’inventaire des biens de la veuve, d’après lequel l’actif surpasse le passif.

Les registres des Préposés au bâtiment, des Quinze ainsi que des contrats de construction établissent que Jacques Gallay est le maître d’œuvre de plusieurs bâtiments à Strasbourg 

  • la maison Tourni 21, Vieux-Marché-aux-Poissons (1739),
  • la maison Longho 18, rue Gutenberg (1740)
  • sa propre maison 7, rue du Dôme (1745)
  • l’hôtel des Dames d’Andlau 8, rue des Ecrivains (1750),
  • l’hôtel de Türckheim 1, rue Brûlée (1750),
  • l’hôtel de Neuwiller 27, Vieux-Marché-aux-Vins (1751),
  • le haras 1, rue Sainte-Elisabeth (1751),
  • la maison Gourmand 4-6, rue du Sanglier (1752),
  • la maison Baron de Fregval 3, rue des Veaux (1753),
  • la maison Ducré 4, rue de la Mésange (1755) ».

Commentaires fermés sur 1745. La maison du maçon Gallay

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.