1745. La maison du maçon Gallay

B. La maison du maître maçon Jacques Gallay, 1745

« La maison construite sur un assez grand terrain appartient à la veuve de Jean Ingold le Grand en 1587, puis à Dominique Dietrich. André Coudu, maître de danse originaire d’Orléans, l’acquiert en 1698 et y loue des appartements à des administrateurs royaux, des marchands et des cabaretiers français. Le propriétaire passe une transaction en 1732 avec l’abbaye de Marmoutier (2, rue Brûlée) au sujet d’un terrain litigieux entre leurs propriétés, puis une autre en 1740 avec le Grand chapitre de la cathédrale (3, rue des Echasses) après avoir construit un bâtiment au sud de leur cour.

Jacques Gallay, maître maçon et ancien appareilleur au palais épiscopal, acquiert la maison par enchère judiciaire en 1744. Il entreprend aussitôt de la reconstruire et obtient la même année l’autorisation de décharger son sable en amont du palais de l’évêque. Il est autorisé l’année suivante à remplacer un oriel par un balcon et à employer davantage de compagnons qu’il n’est de règle.

Il fait construire en 1755 dans sa cour une remise pour son locataire, le stettmestre de Klinglin. Lors de son estimation à la mort de Jacques Gallay, la maison comprend un bâtiment avant, un bâtiment arrière, des ailes latérales, trois caves voûtées, deux petites cours, une écurie et un puits.

Comme on peut le voir aujourd’hui, la travée centrale est délimitée par des pilastres colossaux ; les linteaux des fenêtres sont ornés de mascarons qui représentent les continents, une allégorie de l’architecture et de l’astronomie.

Continent : L’Asie

La maison (bâtiments arrière) est agrandie en 1870 puis en partie détruite lors du siège de 1870. Le propriétaire modifie les devantures et remplace des pierres abîmées en 1888. Les bâtiments arrière sont occupés par une imprimerie Huber (1891, 1908) et un atelier de confection pour dames à partir de 1905. Les boutiques sur rue sont louées à des fleuristes (1899 à 1953), un libraire, un marchand d’art religieux ou un orthopédiste (1943). Le propriétaire fait aménager en 1949 un logement au quatrième étage avec la participation financière de l’État et de la Ville ».

Commentaires fermés sur 1745. La maison du maçon Gallay

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.