Gouverneur général ou particulier

« Dès le 14ème siècle, les rois avaient pris l’habitude de désigner, pour coiffer les baillis et les sénéchaux qui constituaient alors les cadres réguliers de l’administration, de grands personnages chargés de les représenter dans une portion de territoire ou dans des villes importantes. On ne traitera ici pour l’essentiel que des gouverneurs de province, en étudiant successivement le statut puis l’évolution de l’institution pendant les trois siècles de l’époque moderne.

La charge de gouverneur, comme celle d’ambassadeur, avait pour caractéristique essentielle de faire de son titulaire le représentant de la personne du roi. Cela apparaît d’abord dans le titre même des intéressés, qui sont toujours qualifiés, dans les actes par lesquels leur charge leur était conférée, de gouverneur et lieutenant général du roi en telle province ou pays.

Ces mots de lieutenant général qui sont accolés à celui de gouverneur doivent être pris à la lettre : un lieutenant est celui qui tient la place d’un autre, et un lieutenant général assure ce remplacement dans tous les cas et toutes les circonstances. Les lettres de nomination soulignent la réalité de cette prérogative : elles précisent que le nouveau gouverneur devra agir dans sa circonscription tout ainsi que nous-même ferions si présent en personne y étions et mandent à tous de lui obéir en ce qu’il sera besoin pour notre service tout ainsi qu’à notre propre personne. Le gouverneur était donc une sorte de vice-roi.

Chronique à venir : Un gouverneur particulier à Thionville en charge de la citadelle

Commentaires fermés sur Gouverneur général ou particulier

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion

Les commentaires sont fermés.