1780. Paucton, père de la métrologie

1798. Dans une lettre adressée au Baron de Zach en janvier, Lalande témoigne d’une situation institutionnelle embarrassante que Paucton a lui-même créée :  le citoyen Paucton dont j’ai fait connaître en 1780 la Métrologie, et qui veut maintenant l’améliorer pour en préparer une nouvelle édition n’a écrit que des bêtises sur le Système des Poids et Mesures ; il n’ose plus se montrer à l’Institut National. Je ne sais pas ce qu’il deviendra ; il est très pauvre, sa tête doit avoir souffert de chagrin et de besoin, comme La Harpe a souffert de sa peur.

Paucton décède le 15 juin (27 prairial an VI), et, selon Lalande, sans ressources, sans traitement qui le laisse au désespoir et à la mort. L’Institut est occupé à solliciter du secours auprès du Gouvernement pour sa veuve et ses enfants. Lalande explique de nouveau au Baron de Zach que Paucton, l’auteur de la Métrologie est mort dans la misère, mais c’est en partie de sa faute. S’il n’avait pas écrit des bêtises contre le nouveau système métrique, il aurait pu compter sur une assistance, alors qu’il s’est fait de tous les savants ses ennemis.

Paucton est mort un an avant que le mètre soit proclamé, lui qui avait milité pour forger sa métrologie sur la circonférence terrestre et en faire une mesure universelle.

Chronique à suivre : Adoption du système métrique décimal.

1 commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Pays de Loire, E. Sciences

Une réponse à “1780. Paucton, père de la métrologie

  1. … suite à cette lecture, je vais aller faire un tour sur le site du Centre François Viète. Peut-être que le séminaire hebdo a lieu via l’Internet.