Metz, Toul, Verdun au 18ème siècle

Préparée par le régime de protection inauguré au 14ème siècle, la réunion à la France des Trois-Évêchés ne suscite pas d’opposition dans la population, qui fera toujours preuve de loyalisme à l’égard du roi. Les évêques des trois villes seront des prélats dociles, mais les parlementaires de Metz suivront les magistrats des autres cours du royaume dans leur opposition au pouvoir royal au 18ème siècle.

 17ème siècle. Comme la Lorraine, les Trois-Évêchés connaissent une véritable catastrophe démographique due aux épidémies de peste (1630-1640) et à la guerre de Trente Ans, laquelle paralyse, en outre, l’économie.

18ème siècle. Comme la Lorraine, les Trois-Évêchés connaissent  une phase de prospérité dans les domaines démographique et économique.

1790. La généralité et le gouvernement des Trois-Évêchés disparaissent lors de la réforme administrative de 1790, qui répartit leur territoire entre les quatre départements de la Meurthe, de la Meuse, des Vosges et de la Moselle, dont Metz devient le chef-lieu.

Commentaires fermés sur Metz, Toul, Verdun au 18ème siècle

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AE. Histoire médiévale, AF. Histoire 16-17èmes siècles, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Les commentaires sont fermés.