Jésus couronné d’épines, flagellé

Chroniques sur la Semaine sainte dans l’Art :

7ème chronique : Jésus couronné d’épines, flagellé.

Matthieu 27, Jésus conduit chez Pilate

« L’aube s’était levée. L’ensemble des chefs des prêtres et des responsables du peuple tinrent conseil contre Jésus pour le faire condamner à mort. Ils le firent lier et le conduisirent chez Pilate, le gouverneur, pour le remettre entre ses mains.

En voyant que Jésus était condamné, Judas, qui l’avait trahi, fut pris de remords : il alla rapporter aux chefs des prêtres et aux responsables du peuple les trente pièces d’argent et leur dit : J’ai péché en livrant un innocent à la mort ! Mais ils lui répliquèrent : Que nous importe ? Cela te regarde ! »

Martin Schongauer. Scènes de la Passion du Christ, Colmar, Musée Unterlinden Le retable des Dominicains (vers 1480).

Album de 13 photos. De l’entrée du Christ dans Jérusalem à sa condamnation à mort. Chronique du 10 avril 2020.

Marc 15, 16-20. Jésus est flagellé et couronné d’épines

« Les soldats emmenèrent Jésus à l’intérieur du palais, qui est le Prétoire. Ils Le revêtent de pourpre, puis, ayant tressé une couronne d’épines, ils la Lui mettent. Et ils se mirent à Le saluer : « Salut, roi des Juifs ! » Et ils Lui frappaient la tête avec un roseau et ils Lui crachaient dessus, et ils ployaient le genou devant Lui pour Lui rendre hommage. Puis, quand ils se furent moqués de Lui, ils Lui ôtèrent le manteau de pourpre et Lui rendirent Ses vêtements ».

Le Caravage à Rome (1592-1606), Musée Jacquemart-André, janvier 2019. Diaporama de 29 photos

Ponce Pilate présente Jésus au jugement du peuple et dit Ecce Homo ! (Voici l’Homme)

Le Caravage (1571-1610). Le Christ à la colonne (entre 1606 et 1607), Musée des Beaux-Arts de Rouen,

Le Caravage, Vélasquez, 19 photos.

Extrait de l’article d’Isabelle Majorel, Panorama de l’Art, avril 2015. Le style réaliste initié par Le Caravage se fonde sur l’étude des figures d’après des modèles vivants… Les biographes du peintre racontent qu’il se vantait de choisir ses modèles dans la rue, pour plus de vérité et pour se moquer des raffinements de ses prédécesseurs. Les bourreaux de La Flagellation donnent la certitude qu’ils ont été peints d’après des gens du peuple, aux visages marqués et aux mains rudes. Ils sont pauvrement vêtus et l’un deux porte même une chemise avec un accroc à la manche. Mais l’artiste décrit leur humanité simple sans caricature. Même si l’artiste suit la règle d’observer la nature pour peindre ses figures, une recherche de la beauté reste perceptible dans le motif du buste athlétique du Christ. Il rappelle le modelé classique du torse du Belvédère, une œuvre de l’antiquité célèbre que le peintre a pu copier à Rome.

Caravage, Flagellation, musée de Naples, 1607

Évangile de Jean, 19.

« Pilate donna l’ordre d’emmener Jésus et de le faire fouetter.

Les soldats lui mirent sur la tête une couronne tressée de rameaux épineux et ils l’affublèrent d’un manteau de couleur pourpre et, s’avançant au-devant de lui, ils s’écriaient : Salut, roi des Juifs ! Et ils lui donnaient des gifles.

Pilate sortit de nouveau du palais et dit aux Juifs : Voilà ! Je vous le fais amener ici dehors pour que vous sachiez que je ne trouve en lui aucune raison de le condamner. Jésus parut donc dehors, portant la couronne d’épines et le manteau de couleur pourpre. Pilate leur dit : Voici l’homme.

Poster un commentaire

Classé dans AI. Art médiéval et moderne, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Italie, E. Arts Lettres Langues

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.