18ème. Thionville en Luxembourg

A. 1659-1790. Thionville, capitale du Luxembourg français. Source : citations de l’article de Wikipédia

  • B. Les gouverneurs militaires de Thionville au 18ème siècle
  • C. Les fortifications de la citadelle aux 17ème et 18ème siècles

« Prise par le prince de Condé en 1643, la ville est cédée à la France par le traité des Pyrénées, qui consacre la défaite de l’Espagne (1659). Thionville devint alors la capitale du Luxembourg français, tout en étant réunie à la province des Trois-Évêchés (Évêché de Metz).

Les Français reprennent aussitôt les travaux de fortifications de la cité et Thionville devient, à la suite d’un édit de novembre 1661, le siège d’un bailliage rattaché au parlement de Metz et régi par la coutume de Luxembourg. La ville connaît alors une période de prospérité. Le nombre des communautés comprises dans le bailliage de Thionville était de 120 (ou 143 avec la seigneurie de Rodemack).

Thionville était le siège d’un archiprêtré faisant partie de l’archidiaconé de Marsal, auquel appartenaient environ 23 paroisses.

En 1790, la ville devient le chef-lieu d’un district qui comprend neuf cantons.

En 1792, la ville est assiégée par les troupes autrichiennes, renforcées par des bataillons de français émigrés, dont fait partie François-René de Chateaubriand. Les victoires et les annexions françaises ôtent à Thionville son rôle de ville frontalière et son importance stratégique.

B. 1643-1790. Les gouverneurs militaires de Thionville, Source : extraits du blog de Michel Persin, Histoire de Thionville, novembre 2020.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Les gouverneurs de Thionville n’étaient pas des gouverneurs généraux mais des gouverneurs particuliers. Ils gouvernaient des places, en l’occurrence ici la citadelle de Thionville.

  • Lire la chronique du 24 mars 2021. Gouverneur général ou particulier. La chronique de ce jour fait en effet partie d’une série sur l’Administration du Royaume au 18ème siècle.
  • Les gouvernements généraux et particuliers (source Wikipédia) étaient des circonscriptions militaires de l’Ancien Régime : chacune constituait une portion du royaume de France soumise à l’administration militaire avec à sa tête un gouverneur nommé par le roi.
  • Selon l’ordonnance de 1499, le gouverneur avait pour mission de tenir le pays à eux commis en sûreté, le garder de pillerie et visiter les places et forteresses.
  • Jusqu’au 16ème siècle, il n’existait que 12 gouvernements, mais par suite de démembrements ce nombre s’éleva jusqu’à une quarantaine.

Lire la suite, page 2…

Commentaires fermés sur 18ème. Thionville en Luxembourg

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.