1732-1734. Hôtel Andlau-Klinglin

L’ancien Hôtel d’Andlau-Klinglin est situé au 25 rue de la Nuée-Bleue à Strasbourg.

Sources : extraits des Maisons de Strasbourg et de Archi-Wiki.

Diaporama de 25 photos de Pierre Dubois (avril 2021).

Cliquer sur les images pour les agrandir

16ème siècle. L’origine de l’hôtel remonte au début du 16ème. « Les éléments les plus anciens proviennent de cinq maisons établies sur ce site dès le 15ème. Un certain nombre de vestiges réutilisés dans l’édifice actuel évoquent ces constructions. Pour le Moyen Age et la Renaissance, on notera surtout la porte gravée Claus Berer et datée de 1516, ou la tourelle d’escalier en vis sur cour, de plan octogonal. D’après le dictionnaire historique des rues de Strasbourg : à l’intérieur, porte flamboyante avec la devise de Claus Berer : INANIS APTA, Prépare le Néant ».

Source : Maisons de Strasbourg

Vers 1568, Bernard de Botzheim unifie des constructions disparates par l’édification d’une façade à deux oriels.

1587. La maison qui appartient à Bernard Botzheim porte le nom de Zum Wolckenberg d’après un des propriétaires précédents, le barbier Jean Wolckenberg.

1667. La maison comprend trois bâtiments (bâtiment avant, bâtiment arrière et bâtiment latéral) comme le montre la vente à Gérard von Stœcken, docteur en droit originaire du Danemark, professeur à l’Université.

1707. Ses enfants vendent la maison au chirurgien major des hôpitaux du Roi, Pierre Duconte.

1713. Celui-ci la cède à Antoine d’Andlau, lieutenant-colonel et assesseur au Directoire de la Noblesse immédiate de Basse-Alsace, et son épouse Marie-Anne de Klinglin. Acquis aux nouveaux courants architecturaux, ils entament la modernisation des deux ailes sur cour et notamment de l’escalier d’honneur à rampe ouvragée en ferronnerie.

1730-1732. Antoine d’Andlau achète un terrain et un bâtiment détachés de la même parcelle. Le maçon Jean Martin Pfundstein est autorisé à remettre un oriel sur la façade en reconstruction et à employer autant de compagnons en surnombre qui seront nécessaires.

  • Jean-Martin Pfundstein (1680-1742) est né à Marktheidenfeld, près de Wurtzbourg, vers 1680 (selon l’hypothèse de Théodore Rieger).
  • Le 5 avril 1712, il se marie une première fois en l’église Saint-Pierre-le Vieux catholique, à Strasbourg, avec Marie Madeleine Mentzinger, déjà veuve deux fois et qui décède en 1728. Il se remarie alors en l’église Saint Marc, le 17 janvier 1729, avec Anne Eve Nické.
  • Il est reçu maître-maçon en 1712 à Strasbourg et présente son chef-d’œuvre de maîtrise.

1732-1734. Marie Anne de Klinglin, veuve d’Antoine d’Andlau et remariée au maréchal du Bourg, gouverneur de la province d’Alsace, achète la maison voisine Zum Koch. La construction est achevée en 1734 lors du partage de ses biens auquel est jointe une estimation qui fait état des changements intervenus depuis 1730.

L’hôtel est reconstruit par l’Architecte Jean-Martin Pfundstein. « La nouvelle façade en grès rose allie une élévation à la française à des réminiscences locales de la Renaissance germanique perceptible dans la toiture comme dans les balcons à l’allemande un peu anachroniques. L’un des deux, au nord, réutiliserait les consoles d’un oriel antérieur. A mettre au compte du classicisme, scansion verticale de la façade par des pilastres et la présence de larges bandeaux déterminant trois niveaux d’inégale hauteur ».

1737. Un fronton triangulaire coiffe les trois travées médianes ;  jusqu’en 1872, on pouvait y identifier les armoiries du grand prévôt du chapitre de la cathédrale, le prince Henri-Oswald de la Tour d’ Auvergne, à qui l’hôtel fut cédé en 1737.

  • Jean-Martin Pfundstein n’accède qu’en 1737 à la fonction d’échevin des Maçons. On lui doit essentiellement l’Hôtel d’Andlau (1732-1734). Théodore Rieger souligne que « l’harmonieuse façade de grès rose, d’allure parisienne, s’orne néanmoins de deux oriels de tradition strasbourgeoise« .
  • Il meurt le 9 avril 1743, l’inhumation ayant lieu en l’église Saint-Pierre-le-Vieux, âgé de 58 ans.

1 commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture

Une réponse à “1732-1734. Hôtel Andlau-Klinglin

  1. On a prévu de revisiter Strasbourg quand on sortira à l’aise ! merci, on aura de quoi voir grâce à vous.