1768. Strasbourg, Homme de fer

Source : extraits des Maisons de Strasbourg. Immeuble de style rococo (1768), 2 place de l’Homme de fer. Maître d’ouvrage, Philippe Jacques Faudel, sellier. Maître d’œuvre, Georges Frédéric Hüttner.

Diaporama de 31 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

1665. La ville met en vente la maison à la montée dite Kuppenlinder.

« Le menuisier Valentin Würtz se propose de l’acquérir mais son voisin Jean Philippe Kuntzmann, secrétaire adjoint à la Tour aux deniers, finit par l’acheter pour éviter les différends. Il obtient quelques mois plus tard le droit de poser un auvent de 21 pieds de long en saillie de deux pieds et demi à titre gracieux. Sa veuve vend la maison au tailleur Jean Schmidt.

1721. Après sa mort, la partie nord à côté du Petit pont des bouchers revient à sa fille Marie Elisabeth, femme du cordonnier Frédéric Notter, les deux autres enfants vendent en 1721 la partie sud au consul Jérémie Adam Leitersperger qui meurt quelques mois plus tard après avoir construit un nouveau bâtiment comprenant une remise, une écurie et un bûcher à demi-toit, estimé à 900 livres.

1733-1736. Le cafetier Martin Loos est propriétaire.

1751. Le sellier Jean Georges Faudel se plaint de l’échoppe qui se trouve devant sa remise.

1768. Comme il a l’intention de construire un nouveau bâtiment, Philippe Jacques Faudel demande en mars que la Ville supprime les deux échoppes. Il ne donne pas suite à l’affaire quand les préposés lui demandent de contribuer pour moitié au prix de leur achat. Il construit sur les anciennes fondations un nouveau bâtiment, terminé en mai lors d’une nouvelle demande. Le maître maçon Georges Frédéric Hüttner expose aux Préposés aux feux en décembre les travaux qu’il va faire dans la maison.

1776. Jean Georges Faudel finit par contribuer au rachat des échoppes. La maison se trouve face à l’Homme de fer dans la demande présentée en 1776. Il en résulte que la statue se trouve alors sur le bâtiment qui appartient à l’armurier François Hilbert, le long du fossé des Tanneurs.

Propriétaires

  • 1830. Jean Pierre Ungemach, marchand épicier.
  • 1861. Mathieu Hirtz, docteur en médecine.
  • 1872. Georges (Joseph) Haag, propriétaire.
  • 1893. Alfred Eugène Schwarz, pharmacien.
  • 1901. Charles Cornelius, rentier.
  • 1921. Société Immobilière Alsacienne et Lorraine.
  • 1933. Edmond Beretz, pharmacien.

Architecture de l’immeuble Homme de Fer. Source : extraits de Archi-Wiki.

« La façade en pierres de taille (grès rose), haute de quatre étages et large de sept travées, est divisée, horizontalement, par des bandeaux en forte saillie.

Le rez-de-chaussée appareillé à refends comprend deux arcades en anse de panier de chaque côté de la porte centrale. L’arcade de celle-ci est décorée d’un paon qui doit faire allusion au nom du constructeur (Faudel, paon se disant Pfau, petit paon Pfauel).

Les cintres au 1er étage sont en anse de panier ; ils portent, soit une agrafe en rocaille, soit une clé de cintre à tête sculptée, celle de la fenêtre axiale étant surmontée d’un fronton curviligne.

Poster un commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, Architecture

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.