Strasbourg, Hôtel des couples

Strasbourg, Hôtel des couples ou ancien Hôtel Hammerer (vers 1760). Diaporama de 19 photos (Pierre Dubois, mai 2021).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Source 1. Extraits de l’article de Wikipédia.

« L’édifice devrait son nom (Kuppel) au Kuppelhof, Cour des Couples, bâtiments appartenant à deux propriétaires, mais dont les deux cours étaient contiguës (en quelque sorte accouplées). Cependant Roland Recht y voit plutôt un lien avec l’accouplement des chevaux destinés à la cavalerie urbaine, pratiqué au haras municipal qui s’y trouvait jusqu’en 1548.

À l’origine, il s’agit de l’une des nombreuses impasses du quartier qui permettaient d’accéder aux immeubles édifiés à proximité de la muraille lors de la seconde extension de l’enceinte de Strasbourg au 13ème siècle. En 1881, elle est prolongée en rue débouchant sur la place des Orphelins.

No 9 de La Cour des Couples : édifice reconstruit vers 1760 pour le marchand Jean Hammerer, échevin à la tribu du Miroir, d’où son appellation Ancien hôtel Hammerer.

C’est un exemple du style Rococo strasbourgeois. Disposé en fer à cheval autour d’une cour, il présente deux façades caractéristiques du 18ème siècle.

La façade qui donne sur la rue des Couples comprend trois étages de huit travées, avec un portail d’honneur à droite. Le décor sculpté se concentre sur ce portail et sur les clés de cintre du premier étage par un motif rocaille.

Le conseil des Maçons traite le 14 octobre 1776 une affaire de factures non payées que le maître maçon Laurent Gœtz a remises seize années auparavant à Jean Hammerer, maître d’ouvrage de l’hôtel des Couples. Les factures datent donc de 1760 environ ».

Depuis 2000, le bâtiment accueille l’école primaire du collège épiscopal Saint-Étienne« .

Source 2. Extraits d’Archi-Wiki : L’architecte Jean-Laurent Goetz.

Date de construction : 1760. Structure : Hôtel particulier. Courant architectural : rococo. Architecte : Jean-Laurent Goetz (1723-1809).

Roger Lehni (1936-2011), fascicule n°13, du Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne, pages 1222 et 1223.

« Jean-Laurent Goetz a fait son apprentissage de 1742 à 1744 dans l’entourage de la cour de Nassau. Le 3.12.1749, il est admis à la maîtrise de Strasbourg, où il acquiert le droit de bourgeoisie le 21.3.1750, à la suite de son mariage avec Marie Sophie Conrad, veuve du maître maçon, Johann Gottfried Bluttner.

Il devient Untermeister de la tribu des maçons et des tailleurs de pierre en 1758, puis Obermeister en 1759, et enfin Zunftmeister en 1762.

Commentaires fermés sur Strasbourg, Hôtel des couples

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.