1737. Ancien Hôtel Müllenheim

Propriétaires au 18ème siècle

  • 1731. Noble Jean Jacques de Müllenheim et Françoise Sidonie de Klinglin, catholiques.
  • 1737. Jean Thierry Fahlmer et Marie Salomé Kayser, luthériens.
  • 1771. Enfants de Marie Salomé Fahlmer et Corneille Jacques Weyher remarié à Susanne Marguerite Bær, luthériens.
  • 1790. Chrétien Jacques Bäer, négociant.
  • 1808. Philippe Jacques Robert, négociant, et Catherine Salomé Alberti.

Archives des XV, Samedi 16 mars 1737. Les préposés transmettent la demande de Jean Jacques de Müllenheim aux Quinze. L’affaire n’est en effet pas de leur compétence puisque le pétitionnaire souhaite devenir propriétaire de deux terrains communaux.

Traduction de l’Allemand. Les préposés aux affaires foncières font savoir que le stettmestre et Treize Jean Jacques de Müllenheim leur a demandé l’autorisation d’enclore et de surbâtir deux terrains communaux situés à côté de sa maison près de l’église Saint-Nicolas. Lorsqu’on s’est rendu sur les lieux avec les Trois de la Tour aux Deniers, le directeur des Travaux et les deux maîtres de chantier, on a constaté que le sieur stettmestre avait l’intention d’avancer vers le quai son mur de 5 pieds en bas face à l’angle de l’église Saint-Nicolas et de 2 pieds en haut à l’extrémité de son bâtiment qui jouxte la maison Schenck pour que sa maison soit alignée en bas avec l’angle de l’église Saint-Nicolas et en haut avec l’angle de la maison qui appartient à la dame de Lenck, le terrain en question contiendrait en tout 290 pieds carrés, et d’autre part à l’arrière du bâtiment face à la maison Spielmann un terrain de 11 pieds de large et de 26 pieds de long qui contiendrait en tout 286 pieds carrés, le tout d’après le plan qui en a été dressé et signé le 11 courant par les deux maîtres de chantier, Jean Pierre Pflug et Jean Jacques Biermeyer. Mais comme le noble sieur stettmestre demande à devenir propriétaire des deux terrains communaux, il a transmis un mémoire où il expose que lui, sieur stettmestre, a demandé dans les règles il y a quelques semaines aux préposés aux affaires foncières deux terrains communaux, voisins de sa maison proche l’église Saint-Nicolas, dont la forme et les mesures sont indiquées sur un plan, dressé par le maître de chantier Pflug et joint au protocole de Messieurs du Magistrat, qu’il réitère sa demande auprès du Magistrat en les priant de donner leur accord selon le rapport qui leur sera soumis. Le sieur stettmestre qui se rend compte qu’on devra lui céder la propriété des terrains communaux en question, ce qui est de la compétence du Magistrat dont le consentement est donc nécessaire, les prie officiellement de lui accorder la propriété des deux terrains communaux. Les préposés aux affaires foncières sont d’avis que les deux terrains communaux pourraient être cédés par faveur spéciale à titre gratuit moyennant un cens annuel de deux schillings à la Tour aux Deniers qui détiendra le domaine direct. En demandant au Magistrat son approbation, le Quinze Güntzer fait remarquer que la décision pourrait être assortie de la condition que cette extension ne devra pas porter préjudice à la circulation des voitures. Décision, réflexion, en suivant la remarque du Quinze Güntzer.

Décision. Concernant l’affaire du stettmestre et Treize Jean Jacques de Müllenheim. Considérant sa requête réglementaire et sa demande d’enclore et de surbâtir deux terrains communaux situés à côté de sa maison près de l’église Saint-Nicolas, considérant la visite des lieux au cours de laquelle on a constaté 1° qu’il avait l’intention d’avancer vers le quai son mur de cinq pieds en bas face à l’angle de l’église Saint-Nicolas et de deux pieds en haut à l’extrémité de son bâtiment qui jouxte la maison Schenck pour que sa maison soit alignée en bas avec l’angle de l’église Saint-Nicolas et en haut avec l’angle de la maison qui appartient à la dame de Lenck, le terrain en question contient en tout deux cent quatre vingt dix pieds carrés, 2° à l’arrière de son bâtiment face à la maison Spielmann un terrain de onze pieds de large et de vingt six pieds de long qui contient en tout deux cent quatre vingt six pieds carrés, le tout d’après un plan qui en a été dressé et signé le 11 courant par les deux maîtres de chantier, Jean Pierre Pflug et Jean Jacques Biermeyer, considérant le mémoire déposé avec la demande de lui accorder, à lui Sieur stettmestre, la propriété desdits deux terrains communaux, il a été décidé, sur le rapport des préposés aux affaires foncières, d’accéder à la demande du Sieur stettmestre et de lui accorder par faveur spéciale à titre gratuit la propriété desdits deux terrains communaux, du moment que la clôture et la construction ne portent pas préjudice à la circulation des voitures. Cette autorisation lui est cependant donnée à condition de verser pour les deux terrains un cens annuel de deux schillings à la Tour aux Deniers qui détiendra le domaine direct. Le dossier à été présenté à l’approbation du Magistrat pour décider de le transmettre sous cette forme à la Chancellerie et de le communiquer au Sieur stettmestre.

Commentaires fermés sur 1737. Ancien Hôtel Müllenheim

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.