Toussaint Louverture, 1743-1803

Napoléon et l’esclavage. A l’occasion du Bicentenaire de sa mort, republication de la chronique du 6 août 2018, Toussaint Louverture, mort à Joux en 1803.

Extraits de Toussaint Louverture (1743–1803), L’héritier noir des Lumières, Blog Hérodote.net

Diaporama de 28 photos (juillet 2018) : cellule de Toussaint Louverture au Fort de Joux et exposition au Musée municipal de Pontarlier.

Cliquer sur les images pour les agrandir

 … « La colonie française, troublée par la guerre civile, se voit, qui plus est, assaillie par les Espagnols et par les troupes de Toussaint Louverture d’un côté, par la flotte anglaise de l’autre. Le général en chef Étienne Laveaux obtient de la Convention qu’elle consente enfin à voter le décret d’abolition de l’esclavage qui permettra de rallier les Noirs. C’est chose faite le 16 pluviôse An II (4 février 1794).

Toussaint comprend que les Espagnols ne sont pas prêts à libérer les esclaves, choisit de rejoindre le camp républicain avec ses hommes.

Il combat désormais aux côtés du général Laveaux avec le grade de général de division. Il chasse les Anglais, devient le gouverneur de la colonie, encourage les planteurs à revenir et oblige ses frères de couleur à travailler comme salariés dans les plantations dont ils étaient auparavant les esclaves.

Fort de ses succès, il s’empare de la partie espagnole de l’île et se désigne Gouverneur général à vie le 8 juillet 1801, avec le droit de désigner son successeur. N’ayant plus qu’un lien virtuel avec l’ancienne métropole, il administre son île en toute indépendance et conclut même des accords de commerce avec les États-Unis et la Grande-Bretagne…

À Paris, le Premier Consul Bonaparte n’accepte pas les velléités autonomistes de Toussaint Louverture et son irritation déborde quand il reçoit de celui-ci une lettre intitulée : Du Premier des Noirs au Premier des Blancs. Décidé à le remettre à la raison, il lui envoie une puissante armée de 25 000 hommes sous les ordres de son beau-frère Leclerc.

Le 2 mai 1802, peu après la capitulation de la forteresse de Crête-à-Pierrot, Toussaint Louverture, traqué, propose sa soumission à Leclerc. Il obtient de se retirer sur l’une de ses plantations. Mais il est arrêté le 7 juin suivant, à la suite d’une dénonciation de son lieutenant Jean-Jacques Dessalines, et incarcéré au fort de Joux, dans le Jura, l’un des endroits les plus froids de France.

Commentaires fermés sur Toussaint Louverture, 1743-1803

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Outre-Mer

Les commentaires sont fermés.