Fin 18ème. Le monde du médicament

La SRM se tournait systématiquement vers lui pour tout ce qui concernait la police sanitaire. Il était aussi l’intermédiaire des ministres. Il n’hésita pas à s’impliquer personnellement en proposant des prix sur des thématiques médicales (qu’il subventionnait lui-même), ou en obtenant des financements pour la SRM. Il répondit aux demandes d’aide de la SRM pour lutter contre le charlatanisme et la publicité non contrôlée sur les médicaments, même s’il ne put résoudre l’immense problème des charlatans. L’importance que la SRM accordait à la communication trouva logiquement à s’exprimer dans le contrôle de la publicité faite aux médicaments qu’elle avait approuvés, et notamment dans la dénonciation des détournements des approbations (comme dans le cas du Rob Laffecteur). La SRM entretenait également des relations suivies avec les intendants en province.

  • Jean Charles Pierre Lenoir (1732–1807), lieutenant général de police de Paris. La police de Paris reçoit un nouvel éclat sous son administration. Tous les établissements concernant la salubrité, l’approvisionnement, la bonne tenue des halles et des marchés, l’arrosement, l’éclairage, les incendies, les secours publics lui doivent de nombreuses améliorations. Le Mont-de-Piété lui doit son existence. Il emploie la répression contre la mendicité, la prostitution, les maisons de jeux avec la mesure convenant au temps et aux circonstances. Il a rédigé ses mémoires à la fin de sa vie (archives d’Orléans).

Vecteur de diffusion, la presse n’était pas négligée par la SRM qui l’utilisait pour diffuser des informations (par exemple des listes de nominations) et veillait à ce qui paraissait dans les journaux.

Enfin, elle s’appuyait sur son réseau français et international de praticiens qui envoyaient des mémoires en réponse à ses prix, ou qui la sollicitaient spontanément ».

Suite et fin de l’article de P. Gramain dans la prochaine chronique. L’évaluation et la labellisation des médicaments par la Société Royale de Médecine

  • Recevabilité du médicament par la SRM
  • Conduite des essais : la nécessité de l’expérience
  • Définition des critères méthodologiques
  • Critères éthiques.

Commentaires fermés sur Fin 18ème. Le monde du médicament

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, C. Ile-de-France, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences

Les commentaires sont fermés.