Chantier naval, Nantes, St-Nazaire

Plan de cette chronique. Le Chantier naval de Nantes (1760-1987). Le voyage à Nantes depuis 2007.

Le Chantier de l’Atlantique de Saint-Nazaire, chantier issu de la fusion des Ateliers et Chantiers de la Loire et des Chantiers de Penhoët en 1955. Un bateau récent (le Loire Princesse de CroisiEurope) et deux en fin de construction en août 2021 : le paquebot Wonder of the Seas (le plus grand du monde à ce jour), le Celebrity Beyond (et son Magic Carpet).

Diaporama de 37 photos de Pierre Dubois (août 2021).

A. Le Loire Princesse de CroisiEurope

« Le Loire Princesse, destiné à la navigation sur la Loire entre Saint-Nazaire et Angers, est commandé par l’armateur CroisiEurope au groupement de PME ligériennes Neopolia. Conçu par le cabinet d’architecture navale nantais Stirling Design International, il est prévu pour pouvoir s’adapter aux conditions particulières de navigation sur ce fleuve, où la profondeur peut être très faible.

Des études préalables sont réalisées en lien avec les Voies navigables de France, notamment sur la période d’étiage, et sur la hauteur des différents ponts, afin de déterminer les caractéristiques du navire. Elles aboutissent à la conception d’un bateau au très faible tirant d’eau de 80 cm, à la coque en acier et aux superstructures en aluminium, d’un tirant d’air de 7,5 m, pouvant être réduit à 5,3 m en rabattant la cheminée, les mâts et les zones bâchées,

Le Loire Princesse est doté d’une particularité : la propulsion par roues à aubes. Cette technique, rare depuis la généralisation de l’hélice, est jugée plus adaptée à la faible profondeur, et notamment au risque de talonnage sur un banc de sable.

La construction du Loire Princesse est effectuée sous forme de blocs séparés par l’entreprise nantaise Mécasoud, qui sont ensuite assemblés par STX France dans la forme B des chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire. La mise sur cale, constituée par l’assemblage des deux blocs principaux de la coque, a lieu le 17 septembre 2014. La motorisation est installée le même mois, puis les superstructures en aluminium et les roues à aubes sont ajoutées en octobre.

La mise à l’eau est effectuée le 21 novembre 2014, le baptême le 2 avril 2015.

Il s’agit du premier bateau assurant une navigation commerciale sur la Loire depuis un siècle et l’arrêt de celle-ci lors de la Première Guerre mondiale.

Toutefois, la première année d’exploitation se solde par plusieurs incidents. À plusieurs reprises, le bateau doit s’arrêter de remonter la Loire au niveau de Saint-Florent-le-Vieil.

De 2016 à 2019, avec un taux de remplissage de 84 % et 3 800 passagers annuels, et bien qu’il reconnaisse que le manque d’eau peut conduire à des difficultés ponctuelles, l’armateur s’estime satisfait ».

En 2020, la pandémie COVID a été source de nouvelles difficultés. Les croisières ont repris au printemps 2021.

B. Depuis 2007, de Saint-Nazaire à Nantes : le voyage annuel.

Le voyage en images.

Dix nouveautés 2021 dont une grande piste de rollers place Graslin, un caméléon aux Machines de l’île.

C. Brève histoire des Chantiers navals de Nantes

« 18ème siècle : essor des chantiers navals, professionnalisation et modernisation des équipements pour la fabrication des navires.

Seconde moitié du 18ème : Nantes est le premier constructeur de navires marchands du royaume et se lance dans la production des navires de guerre.

Création et fermeture des principaux chantiers navals de Nantes.

  • 1760 : Création des chantiers Dubigeon à Chantenay.
  • 1954 : Titan, la grue jaune, est produite par la société nantaise Joseph Paris. Elle affiche un poids de 400 tonnes, une hauteur de 43 mètres et une puissance de levage de 80 tonnes.
  • 1986 : Assemblée générale constitutive de l’association Histoire de la construction navale à Nantes, organisée par les salariés et le CE de Dubigeon.
  • 2 octobre 1986 : lancement du Bougainville, dernier navire du chantier.
  • 3 juillet 1987 : fermeture des chantiers navals de Nantes ».

D. Les Chantiers de l’Atlantique et les Paquebots

En 2021, c’est l’État a repris les Chantiers en 2017 après la faillite de son propriétaire sud-coréen STX. En août 2021, il demeure le premier actionnaire (84,3% du capital) avec Naval Group (11,7%), les salariés (2,4%) et des sociétés locales réunies au sein du consortium CofiPME (1,6%).

E. Le Wonder of the Seas, le plus grand paquebot du monde

« Le Wonder of the Seas est un navire de croisière de la compagnie Royal Caribbean Cruise Line, actuellement en phase finale de construction aux Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire depuis octobre 2019. Il sera le plus grand paquebot de croisière au monde, légèrement plus gros que ses sister-ships Symphony of the Seas et Harmony of the Seas.

Photo de Sud-Ouest : le paquebot rentre au Chantier après ses premiers essais en mer (août 2021)

La commande de cette cinquième unité de la série est confirmée en mai 2016, deux semaines après la livraison de l’Harmony of the Seas. Le navire est prévu pour le début d’année 2022. Il devrait comporter quelques évolutions par rapport aux quatre précédents. Il effectuera des croisières en Asie en 2022 au départ du port de Shanghai.

La première tôle est découpée le 24 avril 2019 en présence de l’armateur. Le premier bloc préfabriqué est posé le 11 octobre 2019. En mars 2020, plus de la moitié de la coque est assemblée. Celle-ci est mise à l’eau pour la première fois le 4 septembre 2020. La propulsion n’étant pas en service, le navire est déplacé par sept remorqueurs pour passer de la forme B à la forme C.

La livraison du navire, initialement prévue au printemps 2021, est repoussée au début de l’année 2022 à la demande de l’armateur, dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

Construit sur le site de Saint-Nazaire, le paquebot mesure 362 mètres de long pour 66 mètres de large. Il est équipé de près de 2800 cabines et peut accueillir plus de 8000 personnes à bord.

Il réalise sa première sortie en mer le 20 août 2021 avec près de 500 techniciens à bord. L’objectif était de vérifier la stabilité du navire, sa consommation de carburant, sa vitesse ou encore les vibrations intérieures. Il est rentré avec un décalage de 12 heures dû à des réglages de l’installation de propulsion, informe la communication des Chantiers de l’Atlantique. 

Les essais ont été réalisés entre l’île d’Yeu et Belle-île, et ont été réussis dans leur intégralité. Après cette période de test, le navire partira en Chine, pour y poursuivre sa carrière ».

E. Le Celebrity Beyond (source Wikipédia)

2 Commentaires

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Pays de Loire

2 réponses à “Chantier naval, Nantes, St-Nazaire

  1. Bon jour,
    Pour le paquebot « Wonder of the Seas », je me demande s’il y a autant de places pour les canots de sauvetages : 8 000. Mais il n’a pas de raison de couler …
    Max-Louis

  2. « 2 octobre 1986 : lancement du Bougainville, dernier navire du chantier. »
    J’y étais. Quel souvenir ! je ne sais plus si c’est lui qui a touché le quai de la fosse, avec quelques dégâts. C’était un sacré travail de précision que ces lancements, en biais….tiens, me revient à l’oreille la sirène de fin de travail des chantiers… et l’odeur de gâteaux de l’usine LU (une excellente girouette ! maintenant on a les avions.)
    vérification, c’était en 73 (mon premier lancement)
    https://nantes.maville.com/actu/actudet_-en-quete-d-histoires.-ces-lancements-de-bateaux-qui-attiraient-les-foules_loc-3944998_actu.Htm
    « En plus d’un siècle de lancement de bateau, l’histoire a retenu le lancement raté du navire Le Pointe Madame. Le 4 avril 1973, après avoir traversé la Loire large de 200 mètres, il s(’est encastré dans le quai de la Fosse, l’un des moyens de freinage ayant lâché. Il n’y aura par chance que du dégât matériel dont une brèche de 30 mètres le long de la coque du cargo. »

    On aurait pu se voir ! à Nantes ou sur la côte