L’aventure des paquebots

Saint-Nazaire, Escal’Atlantic. L’aventure des paquebots. Le Normandie.

Diaporama de 31 photos (Pierre Dubois, août 2021).

« Embarquer sur un musée paquebot pour vivre une grande aventure transatlantique ! Les 3 bonnes raisons de visiter Escal’Atlantic : voyager dans l’univers des paquebots de légende, en parcourant les ponts et les coursives dans les traces des passagers d’hier, explorer l’histoire des transatlantiques, la vie à bord, le rôle de l’équipage, Découvrir près de 200 objets exceptionnels de collection provenant de navires de légende : un lustre aux formes épurées du paquebot France (1962), l’argenterie de Normandie (1935) »…

Inauguration du Normandie, 26 mai 1935

Source 1. Histoire du Normandie : une vidéo youtube de 7 minutes 28.

Source 2. Extraits de la chronique très complète de Wikipédia.

« Le Normandie est un paquebot transatlantique de la Compagnie générale transatlantique, construit par les Chantiers de Penhoët à Saint-Nazaire.

Le projet de construction voit le jour à la fin des années 1920 dans la continuité des paquebots France, Paris et Île-de-France, en étroite collaboration avec l’État.

Les travaux débutent en janvier 1931 à Saint-Nazaire, la coque étant alors nommée T6, et visent à donner à la France un navire à la fois grand et rapide. Le lancement a lieu le 29 octobre 1932, la mise en service de 29 mai 1935.

Quelques chiffres. Longueur : 313,75 mètres ; maitre-bau : 36,40 mètres ; tirant d’eau : 11, 20 mètres ; équipage : 1 345 personnels ; passagers : 1971.

 A cause de la Grande Dépression, la mise en service du paquebot est repoussée jusqu’en 1935« .

Voyage Inaugural en Juin 1935. L’arrivée à New-York, Pathé Journal, vidéo 4’21.

« Le Ruban bleu reste pour la compagnie un sujet tabou jusqu’au dernier jour : le commandant Pugnet se voit même ordonner de ralentir, pour ne pas dépasser le bateau feu d’Ambrose (repère d’arrivée) avant 11 h 30 le 3 juin. Il n’en fait rien, et le navire arrive une demi-heure plus tôt. Avec une vitesse moyenne de 29,94 nœuds et une traversée effectuée en 4 jours, 3 heures et 2 minutes, le Normandie bat le record du Rex de 10 heures. Il devient le premier paquebot français à remporter le Ruban bleu, et est le seul à avoir jamais reçu cette distinction.

Lorsqu’il entre finalement en service commercial, le Normandie est le plus grand paquebot au monde. Son voyage inaugural est entouré d’un grand prestige…

Le grand salon est décoré de colonnes en verre de Lalique. Les grandes portes s’ornent de panneaux en laque d’or de Jean Dunand où sont peintes des compositions de Jean Dupas représentant Le Soleil, Les Vents et Le Char de l’Aurore (fragments à Pittsburgh, Carnegie Museum of Art).

Jean Dupas conçoit également les compositions peintes des panneaux de verre aux angles de la salle : il livre quatre compositions mythologiques sur le thème de L’Enlèvement d’Europe (fragment au musée de Saint-Nazaire), La Naissance d’Aphrodite, Le Char de Thétis et Le Char de Poséidon.

1 commentaire

Classé dans AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, C. Pays de Loire, E. Ingénierie, Architecture, E. Mobilité internationale

Une réponse à “L’aventure des paquebots

  1. Oh honte à nous ! on n’a pas encore visité ! mais on a visité le sous-marin. Merci