Melon de Bourgogne (Muscadet)

​En 1766, François de Cottineau, Sieur de la Cassemichère, vieilli et veuf, procéda aux partages de ses biens entre ses 3 filles, toutes mariées. De ce fait, il s’allia à des grands noms du Pays Nantais. Ce fut le grand rénovateur de cette propriété et c’est sous sa forte impulsion que le muscadet fit son premier pas dans le Monde. Mais la Révolution intervint et la famille Cottineau fut condamnée et exécutée sur l’échafaud.

​Le nom prestigieux de la Cassemichère ne devait pas pour autant mourir. De nos jours, le Propriétaire maintient l’exploitation viticole dans ses meilleures traditions. Par sa ténacité, il reprend à son compte la devise de la Cassemichère : Ni téméraire, Ni timidité, Fidélité. Il est bon qu’une tradition ancrée dans le terroir du beau pays Nantais soit reconstituée et maintenue au-dessus de toutes les divisions pour la fidélité au Muscadet et à la gloire de son royaume.

​Ce vin blanc sec, léger, fruité, qui se donne entier à celui qui l’aime dans sa fraîcheur et sa jeunesse triomphante, mérite cet effort qui souligne son prestige à travers la France et le Monde ».

Ivresse de Noé

1 commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AE. Histoire médiévale, BA. Photos, C. Pays de Loire, E. Agriculture

Une réponse à “Melon de Bourgogne (Muscadet)

  1. Ma mère qui était venue passer l’examen d’assistante sociale à Nantes pendant la guerre avait été frappé par les femmes qui buvaient au café du muscadet à l’heure du petit déj. Aussi ai-je observé à mon arrivée. Et c’était encore le cas en 1971. J’ai alors découvert le gros-plant. Sardines achetées vers 16 h dans la rue, beurre salé, pommes de terre et gros-plant. Mes débuts dans la cuisine ! Au musée du Pallet, on voit que les vignes ont suivi les cours d’eau. Les autoroutes n’ont pas toujours existé. On le sait en France. On a eu un ministre surnommé monsieur Tronçon.