1765. Façade de St-Thomas-d’Aquin

Les dominicains, prêcheurs, sont aussi créateurs : le frère CLAUDE, architecte du Pont royal, construit la façade de l’église en 1767, Frère ANDRE, peintre, après un séjour à Rome, décore le couvent d’une cinquantaine de tableaux dont il ne reste que Saint Dominique, Saint Thomas, et La remise de la Couronne d’épines

La plupart des œuvres présentées dans l’église Saint Thomas proviennent des rafles de Napoléon : Saint Jérôme du Guerchin et l’Assomption de la Vierge de Salvatore Rosa, ou de commandes passées par l’État au début du XIXe à plusieurs Prix de Rome : Picot, mort de Saphira, Pallière, Saint Pierre guérissant le lépreux et Abel de Pujol, martyre de saint Étienne.

  • La Vierge apparaissant à saint Jérôme, 1650. Toile de Giovanni-Francesco Barbieri, dit le Guerchin (1591-1666). Cette toile se trouvait dans l’église du Rosaire à Cento, ville natale de l’artiste. Elle a été saisie en 1796 par les troupes du général Bonaparte et jamais rendue en 1815. Par le traité de Vienne, la France pouvait garder les toiles saisies qui se trouvaient exposées dans ses églises.

L’orgue de tribune est dû au facteur Cliquot (1769), restauré par Dallery en 1802 et Cavaillé-Coll en 1861″.

Commentaires fermés sur 1765. Façade de St-Thomas-d’Aquin

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, C. Ile-de-France, D. Italie, E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.