1663-1968. Histoire du prix de Rome

1723.  François Boucher, Evilmérodach, fils et successeur de Nabuchodonosor, délivre Joachim des chaînes dans lesquelles son père le retenait depuis longtemps

1724. Charles André van Loo, Jacob purifie sa maison avant de partir pour Bethel

1725. Louis-Michel van Loo, Moïse enfant fait tomber la couronne de Pharaon

1738. Charles Amédée Philippe van Loo, La Pythonisse évoque l’ombre de Samuel,

1739. Louis-Joseph Le Lorrain, Ezéchias fait abattre le serpent d’airain, ou La Mort d’Athalie
ou Jézabel mangé par ses chiens

1752. Jean-Honoré Fragonard, Jéroboam sacrifiant aux idoles

1754. Jean-Pierre Chardin, Mathathias, père des Machabées

1768. François-André Vincent, Germanicus apaise la sédition dans son camp et veut renvoyer son épouse

1774. Jacques-Louis David, Erasistrate découvre la cause de la maladie d’Antiochus.

1787. François-Xavier Fabre, Nabuchodonosor fait tuer les enfants de Sédécias en présence de leur père.

1790. Jacques Réattu, Daniel fait arrêter les vieillards accusateurs de la chaste Suzanne (chronique à venir).

Liste des prix de Rome en peinture au 19ème siècle

  • chronique à venir : Grand prix de Rome en 1858 : Jean-Jacques Henner. Adam et Ève découvrant la mort de leur fils Abel

« Le concours est supprimé en 1968 par André Malraux. Cette compétition est, depuis, remplacée par une sélection sur dossier et les Académies, réunies au sein de l’Institut de France, ont été supplantées par l’État et le ministère de la Culture ».

Organisation du concours du Prix de Rome au 19ème siècle Charlotte DENOËL, Le concours du Prix de Rome, Histoire par l’image [en ligne].

« Après la rénovation de l’ancien couvent des Petits-Augustins, l’École des beaux-arts s’y installe en 1829, et c’est là que se déroule le concours annuel, toujours placé sous la tutelle de l’Académie.

Les épreuves sont ouvertes à tout concurrent de sexe masculin (les femmes n’obtiendront le droit de concourir qu’en 1903), célibataire, âgé de moins de trente ans et déjà admis à l’École des beaux-arts. Elles se déroulent sur quelques semaines et en trois étapes. Durant la première, les candidats doivent réaliser une esquisse peinte à l’huile dont le thème est toujours emprunté à l’histoire biblique ou mythologique. À l’issue de cette épreuve, les sélectionnés doivent faire une étude de nu, peinte à l’huile en quatre sessions de sept heures. Enfin, pour les candidats restants, la troisième épreuve consiste à exécuter une esquisse et une grande toile sur un sujet historique imposé, isolés durant soixante-douze jours dans une loge ».

Commentaires fermés sur 1663-1968. Histoire du prix de Rome

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, AH. Histoire 19-20èmes siècles, D. Italie, E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, Architecture, E. Mobilité internationale

Les commentaires sont fermés.