Art du papier mâché : la famille Adt

Sources : extraits des articles de Wikipédia (A. Papier mâché) et du magazine Proantic (B. Manufacture d’objets en papier mâché : les Adt)

Diaporama de 16 photos prises dans les salles du Musée Au fil du Papier (Pont-à-Mousson), dédiées à toutes sortes de beaux objets en papier mâché.

Cliquer sur les images pour les agrandir

A. Le papier mâché : du 17ème siècle à nos jours

« Le papier mâché est un matériau de construction composé de plusieurs bandelettes de papier, auxquelles on ajoute parfois des morceaux de textile pour le rendre plus solide, qui sont assemblées par une colle humide type colle à papiers peints. Lorsque la colle sèche, l’objet ainsi formé durcit, devient très résistant et garde la forme.

Une forme de papier mâché a d’abord existé en Chine, avant que des techniques plus efficaces soient inventées en Europe.

Au XVIIe siècle, l’art du papier mâché, ou cartapesta, se développe dans la ville de Lecce en Italie, dont il devient la spécialité (chronique à suivre).

Le britannique Henry Clay obtint en 1772 un brevet pour son papier mâché.

C’est un matériau qui fut très utilisé au cours du XIXe siècle pour fabriquer des plateaux et petits meubles laqués ou des poupées avant l’apparition du plastique ».

1904, La Revue universelle, article sur l‘industrie parisienne du jouet :

Carton-pâte. « Ici nous trouvons la petite fabrication, parce que ce commerce n’exige ni capitaux ni matériel important. La main-d’œuvre est tout. Du papier d’emballage ramassé dans les sous-sols des magasins, et vendu 16 francs les 100 kilogrammes ; de la colle de farine et alun (2 francs les 40 kilogrammes), un moule en pierre pour y tasser la pâte avec la mailloche ; et cela suffit pour monter, par moitiés qu’on soude ensuite, des masques, des chevaux, des accessoires de cotillon, des bigotphones, chevaux-jupons, poissons d’avril, charcuterie et pâtisserie de théâtre, passe-boules, quilles fantaisie ».

B. Manufacture d’objets en papier mâché : la famille Adt

« Une famille s’est particulièrement distinguée dans la manufacture d’objets en papier mâché : les Adt.

En territoire sarrois, se trouve un village du nom d’Ensheim. Au XVIII siècle, le meunier des lieux, Mathias Adt, a l’idée de fabriquer des tabatières en bois. C’est le début de la grande épopée des tabatières et des articles les plus divers confectionnés pour toutes sortes d’usages.

Mathias prend connaissance de l’invention faite par un imprimeur parisien  qui a eu l’idée de coller des feuilles de papier les unes sur les autres : le papier mâché est né. Les huit fils du meunier, puis leurs descendants, développent la production en l’améliorant grâce à toutes les innovations technologiques du XIXème siècle. Les presses à vapeur, par exemple, constitue un apport déterminant en matière de variété des formes et de qualité des articles les plus divers fabriqués en papier mâché.

Commentaires fermés sur Art du papier mâché : la famille Adt

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues

Les commentaires sont fermés.