1744 (12-14 mai). Louis XV à Lille

Après l’arrivée du Roi, douze députés en robe du Magistrat se rendirent chez M. d’Argenson pour le complimenter et lui présenter les vins de la ville. Ils furent reçus gracieusement et les députés s’étant saisis de l’occasion pour lui parler de la demande des serments réciproques du Roi et du Magistrat, en conformité des privilèges de la ville et des usages, M. d’Argenson répondit que dès qu’on le mettrait en état de proposer là-dessus à Sa Majesté quelque chose de précis, tant pour le cérémonial qu’autrement, il le ferait avec plaisir.

Le lendemain, le Magistrat remettait à M. de Séchelles pour M. d’Argenson, un mémoire énumérant toutes les prestations de serments des souverains ou de leurs représentants, à la ville de Lille. En définitive, les serments ne furent pas échangés.

Le Roi refusa de faire, le premier, au Magistrat la promesse de maintenir les franchises et privilèges de la ville. II se refusa à cette formalité la déclarant contraire à sa dignité royale. Quoi qu’il en soit, la population déplora la rupture de la tradition.

Le 14 mai, Louis XV partit pour aller voir ses troupes. Les rues étaient sablées depuis l’Hôtel-de- Ville jusqu’à la porte de Fives où se tenait le Magistrat en robe. A midi trois quarts, le Roi y passa se dirigeant vers Cysoing. Il devait revenir plusieurs fois à Lille, pendant la campagne de Flandre…

8 juin 1744. Sur l’avis du duc de Richelieu, Madame de Châteauroux vient retrouver le Roi à Lille. Elle le suivit à l’armée, pour ne pas perdre le fil de son crédit. Le lundi 8 juin, dans la nuit, Madame de Châteauroux et sa sœur, Madame de Lauraguais, partaient de Plaisance pour aller à Lille, où elles s’installaient dans une maison joignant l’hôtel du gouverneur, logis du Roi, et que l’on appelle le petit gouvernement. M. de Boufflers l’avait fait arranger pour la commodité des amours du Roi.

Dès lors, le Roi soupe chez Madame de Châteauroux ou dans ses cabinets avec elle et plusieurs dames et quelques hommes. Le Roi ne dîne et ne soupe presque plus en public. Les Flandres dévotes s’indignent et se scandalisent. Les Flamands sont superstitieux. On leur a dit que le Roi avait eu les trois sœurs : ils se sont scandalisés de voir arriver celle-ci à Lille. Deux heures après, le feu prit à un corps de caserne : ils dirent que c’était l’effet du feu céleste, de la colère divine.

Commentaires fermés sur 1744 (12-14 mai). Louis XV à Lille

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), D. Allemagne, E. Droit et Sciences politiques

Les commentaires sont fermés.