1745 (11 juillet). Siège de Gand

A. Histoire de Gand à l’époque médiévale et moderne. Ville au confluent de la Lys et de l’Escaut (source : article de Wikipédia).

Diaporama de 30 photos (Pierre Dubois, janvier 2018).

Gand au 18ème siècle. Cliquer sur les images pour les agrandir

1500. Jeanne de Castille donna naissance à Charles Quint, futur empereur romain germanique et roi d’Espagne. Quoique natif de Gand, celui-ci prit des mesures brutales pour réprimer la révolte de 1539, exigeant que les notables de la ville défilent pieds nus avec une corde autour du cou : depuis cette époque, les Gantois sont surnommés Stroppendragers, les garrotés.

1678. La ville est prise par Vauban.

B. Guerre de succession d’Autriche. Prise de Gand par les troupes royales françaises (11 juillet 1745)

Source 1. Les deux premières pages de la Relation exacte de la prise de Gand.

Source 2. Citations de l’article de Wikipédia.

« La prise de Gand a lieu le 11 juillet 1745 lorsqu’une armée française de 5 000 hommes placée sous le commandement du comte de Lowendal surprend et capture la ville de Gand aux Pays-Bas autrichiens. La garnison alliée offre une faible résistance et la citadelle se rend le 15 juillet.

Le siège a lieu deux mois après la victoire française à Fontenoy, et la perte de Gand est un nouveau coup dur pour les Alliés. La ville avait été convertie en importante base pour l’armée habsbourgeoise depuis qu’elle avait été mobilisée en 1742. Gand est alors utilisé comme point de ravitaillement et les stocks qui y étaient entreposés étaient à leur niveau maximum.

Un régiment britannique, dans lequel était James Wolfe, quitte la ville peu de temps avant sa chute et échappe de peu à la détention. Une colonne de 4 000 à 5 000 Britanniques, Hanovriens, Hollandais et Autrichiens envoyés en renfort par le duc de Cumberland est battue par les Français à la bataille de Melle et seuls 1 000 hommes parviendront jusqu’à Gand.

La ville est investie par les armées françaises et tombe le 11 juillet. Lowendal ouvre des tranchés et place des sapes sous les murs de la citadelle. Sans plus aucun espoir de recevoir des recevoir des renforts et face à l’armée de Lowendal portée à 15 000 hommes, le moral de la garnison de la citadelle chute rapidement, jusqu’à ce qu’un coup de main du 15 juillet précipite la chute de la place. Quelque 3 000 Alliés sont faits prisonniers ainsi que d’importantes stocks d’armes et de ravitaillement.

L’année suivante (1746), Gand sert de point de départ pour la percée française qui culmine avec le siège de Bruxelles« .

C. Le 18ème siècle, âge d’or de l’architecture civile à Gand, Jean-Jacques Duthoy, Revue du Nord, Année 1971, 211, pp. 681-690.

1789. La ville de Gand est prise aux troupes de l’empereur d’Autriche par les révolutionnaires des États-Belgiques-Unis.

18ème et 19ème siècles. L’industrie textile se remet à prospérer. En 1800, Liévin Bauwens installe la première machine à tisser mécanique sur le continent, à partir de plans copiés en Angleterre.

Commentaires fermés sur 1745 (11 juillet). Siège de Gand

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, E. Droit et Sciences politiques, E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.