Dole 18ème. La dynastie des Attiret

Dole, 4 œuvres de la seconde moitié du 18ème créées par un des membres de la dynastie des Attiret (architecte, avocat, missionnaire jésuite, peintre, sculpteur)…

Partie 1. Jean-Denis Attiret, né le 31 juillet 1702 à Dole et mort le 8 décembre 1768 à Pékin (Chine), est un jésuite français, missionnaire et peintre de renom dans la Chine impériale.

1750-1760. Portrait en buste d’une concubine, attribué à Jean-Denis Attiret, Musée des Beaux-arts de Dole.

Cliquer sur les images pour les agrandir

« Attiret reçut une première initiation artistique de son père même. Encore adolescent, il passa deux ans à Rome parrainé par le marquis de Broissia, un seigneur de la région de Dole qui, de passage dans l’atelier de son père, avait remarqué le talent du jeune Jean-Denis. Toute sa vie, il restera en contact avec lui. Sa carrière de peintre (surtout de portraits et de thèmes religieux) semblait déjà bien lancée lorsqu’il décida d’entrer dans la Compagnie de Jésus (1735) à l’âge de 33 ans.

Lorsque les missionnaires jésuites de Chine demandèrent l’envoi d’un artiste peintre (à la demande expresse de l’empereur), Attiret se porta volontaire.

Il quitta le port de Lorient le 8 janvier 1738 et arriva en Chine le 7 août. et à Pékin l’année suivante. Sous la direction d’un autre fameux peintre jésuite, l’italien Giuseppe Castiglione arrivé en Chine une vingtaine d’années plus tôt, Attiret se familiarisa avec les thèmes favoris de l’empereur, les fleurs, les animaux et surtout les scènes de guerre. Comme l’empereur insistait sur l’utilisation de méthodes et motifs chinois, Attiret s’orienta vers un art de plus en plus sinisé.

Il vécut 31 ans dans la cité interdite décorant plusieurs palais impériaux et réalisant au moins 200 portraits des membres de la cour et autres dignitaires. De cette époque, datent également quelques œuvres religieuses, des scènes de la vie du Christ et des saints, telle que l’ange qui montre le ciel à un enfant« .

Partie 2. Antoine-Louis Attiret. 1763-1768 : Pavillon des officiers dans l’ancienne caserne Bernard, actuel Musée des beaux-arts et d’archéologie de Dole.

« Antoine-Louis Attiret est un avocat au parlement de Besançon et architecte, né à Dole le 14 septembre 1713, et mort dans la même ville le 15 août 1783. Il s’est marié à Dole, le 4 novembre 1741 avec Anne Thèrèse Saillard. Il a eu de ce mariage quatorze enfants, dont Jean-Baptiste-François Attiret (1747-1794), peintre et architecte, guillotiné à Paris, Claude-François-Marie Attiret (1750-1823), architecte à Riom, Claude-André Attiret (1751-1813), architecte ».

Partie 3. 1779, la fontaine Attiret, ou fontaine d’Arans, ou fontaine de la porte d’Arans, est une fontaine publique située rue des Arènes, à Dole. Elle a été sculptée en 1779 par Claude-François Attiret dans le style de la villa Franca de Brunelleschi à Rome.

Diaporama de 10 photos.

« Claude-François Attiret, né le 14 décembre 1728 à Dole et mort le 15 juillet 1804 dans cette même ville, était un sculpteur franc-comtois ».

Commentaires fermés sur Dole 18ème. La dynastie des Attiret

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté, E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Ingénierie, Architecture, E. Mobilité internationale

Les commentaires sont fermés.