De Rohan, 4ème prince-évêque

1760 (26 ans). Confirmé par le pape Benoît XIV comme évêque coadjuteur de Strasbourg avec le titre d’évêque titulaire (in partibus) de Canope, du nom de la cité antique de Basse-Égypte.

  • La nomination d’évêques ou archevêques « titulaires » est strictement du ressort du Saint-Siège dans l’Église catholique romaine. autrefois appelés évêques in partibus, pour in partibus infidelium (en pays des infidèles), par référence à d’anciens diocèses disparus au cours de l’histoire. La pertinence théologique de ces évêques sans charge pastorale personnelle réelle suscite des débats. La question est de savoir si la collation d’une Église sans existence réelle constitue ou non un cas d’ordination absolue (c’est-à-dire sans détermination pastorale), condamnée par le premier concile de Nicée (325).

1761 (27 ans). Académicien. Ce prélat philosophe et poète, ami de Buffon et de D’Alembert, fréquentant le salon de Mme Geoffrin, est élu à l’Académie française le 27 avril 1761, au fauteuil de La Bruyère ; il est reçu par le duc de Nivernais le 11 juin 1761.

  • Discours de réception à l’Académie. « Ce titre m’impose des devoirs ; mais les Lettres sont si belles, elles sont d’un si grand usage dans tous les états, d’une si grande ressource dans toutes les situations, dans tous les momens de la vie, qu’on ne sauroit s’engager à elles par trop de sermens. Celui que je leur prête aujourd’hui entre vos mains, Messieurs, sera toujours sacré pour moi : & ce sentiment sera, s’il vous plaît, mon titre personnel auprès de vous, en attendant que j’en aye acquis de plus légitimes & de plus dignes de l’Académie »…

1771 (37 ans) -1774 (40 ans). Ambassadeur à Vienne. Rejoint son poste en 1772.

1777 (43 ans). À son retour en France en 1774, après l’avènement de Louis XVI, le prince Louis de Rohan est nommé en 1777 Grand aumônier, malgré l’opposition farouche de Marie-Antoinette, abbé de la richissime abbaye de Saint-Waast dans le Nord.

  • Le grand aumônier est l’ecclésiastique le plus important de la cour. Souvent de rang épiscopal, plus rarement cardinalice, il bénéficie de privilèges importants, comme la juridiction sur les établissements hospitaliers de Paris ou le bénéfice de l’argenterie de la chapelle du roi à la mort de ce dernier. Qui plus est, le grand aumônier avait rang de duc à la Cour. De ce fait, l’office a souvent été accaparé par de grandes familles aristocratiques, comme la maison de Rohan.

1779 (45 ans). Devient Prince-Évêque de Strasbourg à la mort de son oncle. Nommé alors cardinal, grâce à l’intervention du roi de Pologne Stanislas-Auguste Poniatowski,

Il a aussi la charge de l’hôpital des Quinze-Vingts et devient ensuite proviseur de la Sorbonne, un poste éminemment en vue ».

Chronique à suivre : Le Prince-évêque Louis de Rohan, de 1779 à 1790.

Commentaires fermés sur De Rohan, 4ème prince-évêque

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Ile-de-France, D. Allemagne, E. Sciences humaines et sociales

Les commentaires sont fermés.