L’Abbaye, le Canal, le Champagne

L’abbaye, le canal, le champagne. L’Abbaye est celle de Saint-Pierre d’Hautvillers et de son moine le plus célèbre, Dom Pérignon (1638-1715).

Le canal est celui appelé latéral à la Marne. Il va de Dizy (en banlieue d’Épernay) à Vitry-le-François, en passant par Mareuil sur Ay.

  • Diaporama 1 (26 photos). Jonction entre la Marne et le Canal, photographiée de Hautvillers.
  • Diaporama 2 (17 photos). La Marne et le Canal à Mareuil-sur-Ay.

Le champagne est celui des coteaux de la Montagne de Reims, côté Épernay, et, en particulier, celui de sa principale Maison, Moët & Chandon, fondée en 1743 et détenue aujourd’hui par le groupe de luxe LVMH.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Partie 1. Le Canal latéral à la Marne

« Il longe la rivière de Vitry-le-François à Dizy. Il est intégralement situé dans le département de la Marne et dessert les villes de Châlons-en-Champagne et Épernay ».

« Il mesure 67 kilomètres et comprend 15 écluses au gabarit Freycinet (39 m sur 5,10). Il a été ouvert au cours de la première moitié du XIXᵉ siècle.

Le canal a pour particularité de ne pas avoir de courant. Découpé en biefs, il  peut avoir des populations piscicoles différentes et variables suivant l’époque ou l’année. En effet, les carpes peuvent changer de biefs par les écluses ».

Propriété de l’État, le canal est géré par Voies navigables de France« .

Le Canal latéral : un film, un polar.

« C’est probablement l’écluse no 10, Juvigny (Marne), à quelques kilomètres en aval de Châlons-sur-Marne, qui est le lieu réel de la seconde partie de l’action du film de Jean Delannoy Le Baron de l’écluse, en 1960 avec Jean Gabin et Micheline Presle.

L’intrigue du livre Le Charretier de la Providence, deuxième roman de Georges Simenon de la Série des Commissaires Maigret se déroule le long du canal latéral à la Marne. L’histoire débute en effet par un meurtre à Dizy et se termine à Vitry-le-François, d’un bout à l’autre du canal que l’inspecteur Maigret parcourt totalement à vélo afin de résoudre le crime ».

Partie 2. L’Abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers

« L’abbaye est fondée en 650 par saint Nivard, archevêque de Reims. D’après la légende, c’est une colombe qui lui aurait indiqué le lieu où édifier l’abbaye suivant la règle de saint Benoît et saint Colomban. Sous les Carolingiens, l’abbaye acquiert un rayonnement important, notamment grâce à ses manuscrits comme l’évangéliaire d’Ebbon et peut-être le psautier d’Utrecht.

« Saint Rieul y embrassa la vie monastique en 662 avant de succéder à saint Nivard en 669. Le monastère possédait la relique du corps de sainte Hélène volée à Rome en 841 par un prêtre de Reims, ce qui développa un important pèlerinage et des revenus qui lui permirent d’acquérir des terres et des vignobles de champagne (40 hectares). Cette abbaye était florissante jusqu’à la baisse à six religieux en 1634. Ce nombre remontait à vingt-quatre en 1689″.

Partie 3. Pierre Pérignon, dit dom Pérignon, « né à Sainte-Menehould en décembre 1638 ou janvier 1639 et mort dans l’abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers le 24 septembre 1715, est un moine bénédictin qui, selon la légende, a importé de Limoux la méthode de la prise de mousse du vin dite méthode champenoise — il est de ce fait considéré comme l’inventeur du champagne. Presque exactement contemporain de Louis XIV, il n’était ni vigneron ni alchimiste. Au monastère d’Hautvillers, près d’Épernay, il assurait le contrôle des vignes et des pressoirs de l’abbaye. Son apport à la méthode était d’assortir avant de les pressurer des raisins de diverses origines.

En 1668, alors âgé de trente ans, il rejoint l’abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers où, jusqu’à sa mort en 1715, il y tient la charge de procureur (cellérier-intendant), une charge de la plus haute importance à une époque où les monastères possèdent de vastes domaines d’où ils tirent toutes sortes de produits destinés à la vente. Et qui, surtout, lui donne la haute main sur les vignes et les pressoirs de l’abbaye.

C’est la connaissance du bon effet que produisent les raisins de trois ou quatre vignes de différentes qualités qui a porté à la perfection les fameux vins de Sillery, d’Ay et d’Hautvillers.

Il est enterré devant le chœur de l’église abbatiale de Hautvillers, aux côtés du prieur Dom Royer ».

Commentaires fermés sur L’Abbaye, le Canal, le Champagne

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Agriculture, E. Economie Gestion, E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.