Archives de Catégorie: A. Art médiéval

Veit Wagner, sculpteur sur bois

Veit Wagner (1420 – c. 1517), sculpteur allemand, actif à Strasbourg de 1495 à sa mort.

Église Saint-Pierre le Vieux, Scènes de la vie de St-Pierre, 1501, quatre panneaux gravés sur bois de tilleul. Album de 32 photos

Panneau 1. Saint Pierre coiffé de la tiare remet sa crosse épiscopale aux évêques Valère et Euchaire avec laquelle ils vont ressusciter l’évêque Materne (scène à droite).

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), Non classé

Saint Jérôme : 28 représentations

28 représentations différentes de Saint Jérôme (15ème au 19 ème) : peintures, sculptures, vitraux en 5 chroniques du blog et 117 photos.

Jérôme parmi  les quatre premiers Pères et Docteurs de l’Église latine : Ambroise de Milan, Augustin d’Hippone, Grégoire le Grand, Jérôme de Stridon (un retable en 2 volets, une peinture, 4 statues en bronze, album de 27 photos). A Saint-Nicolas de Port, Jérôme et Grégoire représentés sur deux fenêtre géminées de la nef.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Italie

La chaire de Geiler de Kaysersberg

Jean Geiler de Kaysersberg (1445 -1510), prédicateur de la cathédrale de Strasbourg de 1478 à 1510, prêchant du haut de la chaire sculptée par Hans Hammer en 1485.

Cathédrale : à la recherche d’une sculpture représentant Saint Jérôme et le lion.

  • Grand merci à Jean-David Touchais, attaché de conservation au Musée de l’Œuvre Notre-Dame. Je vous recontacte au sujet de la demande de renseignement que vous nous avez transmise concernant une statue de saint Jérôme visible à la cathédrale… Elle est située sur la chaire. Elle ne date pas de la construction de celle-ci à la fin du XVe siècle par Hans Hammer ; c’est bien une sculpture baroque correspondant à un remaniement du XVIIIe siècle.

18 photos des sculptures de la chaire Hammer

  • Nous ne conservons pas de représentation de saint Jérôme au musée, mais nous conservons, en réserve, d’autres statues XVIIIe en albâtre provenant de la chaire… et surtout des statues en albâtre authentiquement XVe, qui pourraient être les sculptures originales de la chaire déposées sans doute au XVIIIe siècle. Celles-ci sont exposées au 2e étage du musée, salle 25. Ci-dessous : deux petites sculptures attribuées à Nicolas de Haguenau, Sainte Barbe, un évêque.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Dieu et Bacchus. Noé

Pour le plaisir de pouvoir lire un article en ligne. Claude Muller, Dieu et Bacchus. Le clergé alsacien et le vin au XVIIIe siècle, Revue d’Alsace, n°137, Boissons en Alsace de l’Antiquité à nos jours, 2011, p. 47-70.

Résumé de l’article. « En pays-vignoble, comme l’Alsace, la mention de la vigne apparaît à chaque détour d’archives, particulièrement dans les archives religieuses. Dans cet article est présenté un florilège d’exemples mettant en relation « divin » et « vin » au XVIIIe siècle. Du haut-clergé princier jusqu’au plus modeste ecclésiastique œuvrant en milieu rural, chaque prêtre se trouve en relation avec le jus de la treille« .

Lucas Giordano, L’ivresse de Noé, 1667

Table des matières. Abondance et excellence : les vins des princes-évêques

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire moderne, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes)

La Contre-Réforme et l’art

La contre Réforme et l’Art. L’exemple des représentations de Saint-Jérôme dans la peinture et dans la sculpture :

  • Le Concile de Trente et l’art, Marie Viallon, Archives ouvertes, 2009, 11 pages. Extrait. « Fin novembre 1563, on aborde enfin la question des images. Le débat n’est plus de savoir si on accepte ou non la représentation anthropomorphique de la divinité puisque l’Église estime que c’est un fait acquis depuis le concile de Nicée II en 787, même si les réformés ont une position radicalement contraire. En fait, la discussion — surtout entre les jésuites et les autres — porte sur le caractère sacré des images c’est-à-dire savoir si elles doivent être vénérées pour ce qu’elles représentent (images de Dieu, scènes de la vie du Christ ou de la Vierge, portraits des saints ou figurations de leurs martyres, …) ou si elles doivent être honorées pour elles-mêmes, faire l’objet d’un culte, car elles sont bénites, bien que l’on déclare qu’elles n’ont ni sainteté, ni divinité, ni vertu réelle. De manière expéditive, il est décidé d’en rester à la première opinion, jugée plus claire, qui retient un usage légitime des images conformément à la doctrine de l’Église.En fait, les pères ont assuré le service minimum ».
  • Institut Catholique de la Méditerranée. La peinture comme véhicule de la pensée de la Réforme catholique. 7 pages. Extrait. « La peinture devint l’auxiliaire de la Réforme catholique et l’un des aspects de l’apologétique. Le principal souci de l’Église des XVIème et XVIIème siècles était de défendre ce que le Protestantisme attaquait. L’art devint le défenseur de la Vierge, des saints, de la Papauté, des images, des sacrements, des œuvres et des prières pour les morts ».
  • Blog Débat Art et Figuration. Saint Jérôme, Marie-Madeleine, vanité et pénitence. Extrait. « Ce qui les rapproche est la pénitence et la volonté d’abandonner les plaisirs des sens : Marie Madeleine par amour du Christ et par désir de rachat des péchés de sa jeunesse, et Jérôme par acte de méditation sur les saintes Écritures, et défiance envers les tentations du Malin. Aussi Saint Jérôme incarne-t-il très tôt dans l’iconographie chrétienne le double idéal de l’ascète mortifié, à demi nu, retiré au désert, et celui de l’érudit mélancolique, dans son cabinet de travail rempli de livres, méditant devant un crâne ou un sablier, sur la vanité des biens terrestres ».

Lire la suite

Commentaires fermés sur La Contre-Réforme et l’art

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire moderne, B. Photos, D. Italie, E. Arts Lettres Langues

Saint Jérôme et le lion (vers 1500)

Saint Jérôme et le lion, dans trois œuvres de la fin du 15ème, début  16ème.

Œuvre 1. Jacques de Voragine, Légende dorée, Saint Jérôme et le lion, vers 1480-1490, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits.

Cliquer sur les images pour les agrandir

« La légende dorée raconte l’histoire de la rencontre du saint et du lion. Se promenant dans le désert, saint Jérôme se retrouve en face d’un lion qui, au lieu de l’attaquer, se lèche la patte d’un air malheureux.

Plein de pitié, il retire l’épine qui le blessait. Accompagné du lion reconnaissant, il rejoint son monastère où le fauve jette d’abord l’effroi et la crainte. Mais devant sa douceur et son affection pour le saint, les moines se prennent d’amitié pour le lion et le chargent de garder l’âne du monastère.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Saint Jérôme, iconographie

Suite de la chronique Jérôme, traducteur de la Bible. Celui-ci est très présent dans l’art, dès le Moyen âge et jusqu’à l’époque contemporaine. Il l’est particulièrement dans le catholicisme post-tridentin (milieu 16ème et  17ème siècles).

Iconographie. Objets présents dans les œuvres artistiques représentant Saint Jérôme : la Bible, le désert, le chapeau et la toge de cardinal, le lion, le crâne (la vanité). Source et citations : Saint Jérôme in Wikipédia.

Caravage aurait peint six Saint Jérôme,

Ribera en aurait 44 à son actif !

Lire la suite

Commentaires fermés sur Saint Jérôme, iconographie

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, D. Italie, E. Arts Lettres Langues

Églises romanes en Périgord noir

Saint-Léon-sur Vézère possède une église romane des 11ème et 12ème siècles, dédiée à Saint Léonce II, dit le jeune, évêque de Bordeaux d’ascendance noble. Né en 410 à Saintes et mort en 464. Il aurait été apprécié par les rois mérovingiens, Mérové et Childéric 1er. Chroniques et photos sur 3 autres églises romanes périgourdines.

Sources de la chronique sur Saint-Léonce : Le patrimoine historique, Wikipédia, Art roman en Périgord.

Diaporama de 24 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

L’église appartient à un prieuré bénédictin, dépendant alors de l’abbaye de Sarlat. Sa plus ancienne mention date d’une bulle du pape Eugène III de 1153. Elle a été construite sur le site d’une villa gallo-romaine.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Églises romanes en Périgord noir

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes)

Saint-Geniès en Périgord Noir

Saint-Geniès en Périgord Noir est situé à mi-chemin entre Sarlat et Montignac-Lascaux. Il tire son nom de Saint Genès, martyr d’Arles aux 3ème-4ème siècles. deux édifices religieux : l’église romane Notre-Dame de l’Assomption, la chapelle du Cheylard et ses fresques murales du 14ème siècle.

1.Notre Dame de l’Assomption (citations extraites de Wikipédia).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Commentaires fermés sur Saint-Geniès en Périgord Noir

Classé dans A. Art médiéval, C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), F. 19ème et 20ème siècles

Didascalicon, les 7 arts mécaniques

Cours d’Histoire de l’Art sur l’architecture gothique et son décor en France. Autant les maîtres d’ouvrage (les commanditaires) de tel ou tel édifice religieux sont le plus souvent connus, autant les maîtres d’œuvre (les architectes) ne sont que rarement identifiés. Et pourtant, des ouvrages savants médiévaux mentionnent l’existence d’Arts mécaniques. Ils sont 7, à l’instar des 7 arts libéraux, mentionnés dès l’époque romaine et utilisés pour structurer l’enseignement. L’ouvrage d’Hugues de Saint-Victor, le Didascalicon, est résumé par l’enseignante. L’envie d’en savoir plus : quatre références.

1. Article de Wikipédia, Hugues de Saint-Victor (1096-1141). « Le Didascalicon est un ouvrage du philosophe et théologien mystique du XIIe siècle, composé avant 1137 et découpé en six livres. En maître d’école, Hugues, construit un manuel dans la lignée d’Isidore de Séville

Dans la préface, Hugues expose son projet : La lecture occupe la première place dans les études. Le présent livre en traite, en donnant des règles pour lire… La première partie comporte l’instruction du lecteur ès arts, la seconde, celle du lecteur en science religieuse… Voici la méthode suivie dans cette instruction : d’abord montrer ce qu’on doit lire, puis dans quel ordre et comment on doit lire. Le maître présente successivement le quid legendum, ce qu’il faut lire, le quo ordine, dans quel ordre et enfin le quo modo comment…

Lire la suite

Commentaires fermés sur Didascalicon, les 7 arts mécaniques

Classé dans A. Art médiéval, A. Université médiévale, C. Ile-de-France, E. Ingénierie, Non classé