Archives de Catégorie: A. Histoire médiévale

Poitiers. Notre-Dame-la-grande

Poitiers. Église Notre-Dame-la-grande (XIe et XIIe siècles)

Cliquer sur les images pour les agrandir

Les citations de cette chroniques sont principalement extraites de l’article de Wikipédia. « Notre-Dame-la-Grande est mentionnée pour la première fois au Xe siècle, sous le nom latin de Sancta Maria Major en référence à la basilique Sainte-Marie-Majeure de Rome. Elle possédait alors un double statut, à la fois paroisse et collégiale, et dépendait des chanoines de la cathédrale.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Château du Hohlandsbourg (68)

Le château de Hohlandsbourg (Haut-Rhin) domine, à l’altitude de 600 mètres, la plaine d’Alsace, la ville de Colmar. Le site Web du château contemporain.

Son histoire : de sa construction en 1273 à sa restauration à partir du 19ème siècle (après son classement aux monuments historiques en 1840), en passant par sa destruction par les troupes françaises en 1637, durant la guerre de 30 ans.

Diaporama de 31 photos. Musée : histoire, lithographies des ruines (19ème siècle), scènes de la vie de château au Moyen-âge. Sources des citations et des références utilisées pour la chronologie : cartels du musée, Wikipédia.

Cliquer sur les images du château

1273. Le comte de Haute-Alsace, Rodolphe de Habsbourg (né en 1218, mort à Strasbourg en 1291), accède au trône du Saint-Empire romain germanique. Pour mieux contrôler la ville franche de Colmar, il récupère le Hohlandsbourg dont la construction avait été accordée à Sigfried de Gundolsheim, prévôt de Colmar.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

École des Chartes. Concours d’entrée

Cliquer les images pour les agrandir

École nationale des chartes. Arrêté : nombre et répartition des postes mis aux concours d’entrée – année 2018

Concours d’entrée en première année : 19 postes  (section A : 12 postes ; section B : 7 postes). Concours d’entrée en deuxième année : 1 poste.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, C. Ile-de-France, E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Sciences humaines et sociales

Un couronnement de la Vierge

La vallée des fresques de Saint-Savin à Montmorillon (page 115 à 123), sous la direction de Robert Favreau.

1. Architecture de l’église Notre-Dame de Montmorillon et de sa crypte (citations de Wikipédia)

« Accrochée au rocher escarpé qui domine la rive gauche de la Gartempe, l’église Notre-Dame apparaît dans les textes en 1093 ; c’est alors une chapelle qui dépend de la paroisse Saint-Hilaire de Concise et dont la possession est confirmée à l’abbaye de Saint-Savin.

Cliquer sur les images pour les agrandir

« L’église actuelle présente un plan en croix latine avec un désaxement très marqué de la nef. Construite sur une crypte rachetant la dénivellation du terrain la partie orientale comprend un sanctuaire à travée droite et abside en hémicycle orné, à l’extérieur, de petites arcatures à la base et de grandes arcades retombant sur des contreforts à doubles colonnes. Sur le transept sont greffées deux absidioles. Le décor reste d’une grande sobriété. Cette partie paraît remonter à la fin du 11e siècle ».

« Les quatre travées de la nef reçoivent au début du 13ème siècle un voûtement de type gothique angevin. Au 14ème siècle ou au début du 15ème, la façade est dotée d’un nouveau portail décoré de feuillage et de deux niches ».

2. Les peintures murales de la crypte (fin du 12ème). Diaporama de 32 photos.

La crypte a été construite en même temps que l’église. Elle se situe sous le sanctuaire (chœur). Les peintures murales sont de la fin du 12ème et sont consacrées à la vie de sainte Catherine d’Alexandrie.

Source : larges extraits de Véronique Dujardin, conservateur, in Inventaire du Poitou-Charentes. Une partie non citée du texte est dédiée aux techniques utilisées.

Scène 1 : le Couronnement de la Vierge

« La Vierge à l’Enfant est peinte au centre de l’abside. Six saintes se répartissent de chaque côté. Catherine d’Alexandrie tient une place particulière, à cheval sur la mandorle, la main de Jésus, agrandie, est posée sur sa couronne. Assise dans un fauteuil, Marie tient Jésus assis sur son bras droit. Elle lui embrasse tendrement la main gauche et l’Enfant semble agiter ses jambes.

Catherine d’Alexandrie tient dans sa main gauche un objet circulaire, peut-être le globe surmonté d’une croix qui sera son attribut le plus courant à l’époque gothique. Elle est représentée debout, comme les cinq autres saintes. Elles sont séparées par des vases posés à leurs pieds.

Les personnages sont vêtus à la mode des années 1200. Marie porte une longue tunique blanche, un bliaud plus court orné de galons, et un long voile qui tombe jusqu’aux genoux en lui couvrant le cou mais en laissant apparaître ses cheveux au niveau du front. Catherine d’Alexandrie et la sainte qui lui fait face sont nu-tête et portent une robe très ajustée avec des manches démesurément longues.

Les quatre autres saintes ont les cheveux cachés par de longs voiles ou la capuche de leur manteau et portent des vêtements amples qui masquent leurs formes ».

Scène 2 : la dispute de sainte Catherine avec les docteurs païens

« Catherine d’Alexandrie est représentée assise, de trois quarts. Elle tient une grande croix dans la main gauche. Le doigt levé de sa main droite suggère la prise de parole. Une colombe semble lui souffler des conseils à l’oreille. Un décor d’architecture, figurant une ville, prend place au-dessus de cette partie de la scène.

À la droite de la sainte, la foule des docteurs est composée de vingt-deux personnages assis et tournés vers elle. Les visages sont peints de profil ou de trois-quarts, pour la plupart tête nue avec des cheveux longs et bouclés, généralement barbus, avec des nez très droits et des sourcils aux formes variées. Certains portent des phylactères dont le texte est devenu illisible ».

Scène 3 : le martyre des docteurs convertis

« La scène est mal conservée et a perdu la plupart des rehauts de peinture. Les docteurs sont regroupés dans une grande marmite et seules leurs têtes et quelques mains, tendues dans un geste de prière, dépassent du rebord du récipient. Deux âmes, à forme humaine, s’échappent au-dessus des têtes et sont recueillies par des anges. À gauche de la marmite, un personnage attise le feu ».

Scène 4 : l’Agneau mystique

« Situées sur la voûte de la nef, devant l’arc qui la sépare de l’abside, les trois dernières scènes représentent l’Agneau mystique, entouré de part et d’autre de Vieillards de l’Apocalypse ».

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes)

Fresques carolingiennes

L’église Saint-Pierre-les-Églises est située au bord de la Vienne, sur la commune de Chauvigny. Source principale des citations de cette chronique : Wikipédia ; autres sources : cf. la note finale. « Par son plan, sa technique de construction et les fresques qui décorent l’abside, cette église est un témoin remarquable de l’art carolingien« .

Diaporama de 26 photos (31 mars 2018)

Cliquer sur les images pour les agrandir

A. La question de la datation des fresques (la peinture a fresco consiste à appliquer des couleurs sur un enduit frais à base de chaux)…

« C’est Paul Deschamps, archiviste-paléographe et directeur du musée des Monuments Français, vers 1950 qui a su reconnaître des fresques carolingiennes, donc antérieures à l’an mil.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), E. Sciences humaines et sociales

Universités des Provinces-Unies

Trois universités créées avant 1648 dans les futures Provinces-Unies (Leyde, Franeker, Utrecht). « Le traité de Münster (30 janvier 1648) officialise la scission des Pays-Bas espagnols en deux entités et octroie l’indépendance aux Provinces-Unies par rapport à leur souverain, le roi d’Espagne. Le traité fait partie de la paix de Westphalie qui mit fin à la guerre de Trente Ans et à la guerre de Quatre-Vingts Ans ». Dans la partie sud des Pays-Bas espagnols, appelés alors Pays-Bas bourguignons, une université avait été créée à Louvain (Brabant) en 1425.

L’idée de cette chronique m’est venue de la lecture de l’Histoire des Pays-Bas. Des origines à nos jours (Christophe de Voogd, 2003, Fayard, pages 121 à 127). Une seconde chronique sera consacrée aux séjours de René Descartes dans les universités et écoles illustres présentées ci-dessous.

Cliquer sur l’es images pour les agrandir

1575. Université de Leyde. Wikipédia : « Pour remercier les habitants de Leyde de leur résistance héroïque contre les Espagnols, le prince Guillaume d’Orange leur offrit une université. Elle fut la première université néerlandaise et ouvrit officiellement le 8 février 1575 : le dies natalis. L’Observatoire de Leyde, créé en 1633, est l’un des plus vieux observatoires universitaires du monde ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, D. Espagne, D. Europe (autres), E. Mobilité internationale

Sculpter la tête de Saint Pierre

Exposition au Musée de l’Oeuvre Notre-Dame (Strasbourg). Le modèle au Moyen-âge. Un projet d’Histoire de l’Art Expérimentale : sculpter en trois dimensions, d’après un dessin en deux dimensions, la tête de Saint-Pierre, à partir d’un bloc de grès rose des Vosges.

Album de 35 photos : la tête sous tous les angles, les phases de la sculpture en atelier, les dessins du 13ème.

L’histoire se déroule au début du 13ème siècle et de nos jours (2016-2018). Elle associe quatre expert(e)s : un maître d’œuvre dessinateur, une enseignante-chercheure de l’université de Strasbourg, un sculpteur du musée de l’Oeuvre Notre-Dame, une jeune graphiste diplômée de la Haute école des arts du Rhin.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, E. Sciences humaines et sociales, F. 19ème et 20ème siècles

Mulhouse : 15 œuvres de Street art

Mulhouse. Photographier ses murs peints, selon l’itinéraire proposé par Cirkwui. Un musée de Street art… en plein air. Un plaisir pour les yeux : album de 56 photos (15 œuvres dont 11 illustrent cette chronique). Des fresques qui mettent de bonne humeur. Une manière originale pour découvrir des épisodes de l’histoire de la ville, pour se remémorer par exemple qu’elle fut une Cité-République, avant sa réunion à la France en 1798. Présentations des fresques : citations de Cirkwui.

La réunion de Mulhouse à la France

Daniel Dyminski a réalisé plusieurs œuvres à Mulhouse de la sculpture à la peinture. La fresque située à l’angle des rues Jacques Priess et de la Tour du Diable célèbre le bicentenaire de de la réunion de Mulhouse à la France. Avant 1798, et son rattachement à la France, la République de Mulhouse était une cité-État. La scène de la réunion représentée a lieu devant l’hôtel de ville (place de la Réunion) peint dans des tons bleus. Au premier plan les cavaliers portent les couleurs de la République de Mulhouse. Ces couleurs sont héritées des couleurs nationales suisses.

Cliquer sur les images pour les agrandir. Autres photos dans l’album

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, E. Médecine Pharmacie, E. Mobilité internationale, E. Sciences, F. 19ème et 20ème siècles

Bruges médiévale, en pays bas

Histoire de Bruges médiévale. 35 000 habitants en 1340, près de 100 000 en 1500. Pour la ville, un Age d’or au Bas Moyen-Age et au début de l’Ère moderne.

Bruges, apparue au 9ème siècle, a atteint le summum de son développement urbain, de son dynamisme économique dans l’industrie drapière, de ses activités portuaires, de ses innovations commerciales et bancaires, de son autonomie communale, s’intégrant, non sans conflits, non sans révoltes et non sans combats sanglants, dans le Comté de Flandre, vassalité du roi de France, puis dans les Pays-bas bourguignons, puis dans les Pays-bas espagnols, avant de tomber dans une léthargie certaine, l’ensablement de son chenal vers la mer ne l’expliquant qu’en partie.

Bruges, les comtes de Flandre, les échevins de la commune, les ducs de Bourgogne, et enfin les empereurs germaniques y ont fait montre de leurs richesses, de leurs splendeurs, des fastes de leur Cour, de leurs goûts artistiques.

Trois d’entre eux, Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, Marie de Bourgogne, sa fille, Charles Quint, son arrière petit-fils, ont vécu des épisodes-clés de leur vie, en Flandre, à Bruges ou à Gand.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Bourgogne Franche-Comté, C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), D. Europe (autres), E. Mobilité internationale

1468. La mort de Gutenberg

2018 : 550e anniversaire de la mort de Gutenberg.

Dépliant de présentation. « Alors que la nouvelle édition de La Fête des Imprimeurs se prépare à Strasbourg, l’association Espace Européen Gutenberg entend donner à cette manifestation une résonance toute particulière en l’inscrivant dans une programmation plus large et sur l’année entière.

En effet, l’association entend référencer toutes les manifestations rendant hommage à Gutenberg et apporter ainsi une visibilité à ce réseau de partenaires implantés en Suisse, en Allemagne et en France.

Elle est soutenue dans cette démarche par la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg.

Johannes Gutenberg :

  • Johannes Gensfleich dit Gutenberg : ~ 1399-1468.
  • Il a vécu et travaillé à Strasbourg (1434-1444) et à Mayence.
  • Il a mis au point l’imprimerie typographique qui a révolutionné la diffusion des savoirs ».

Site de l’Espace Européen Gutenberg

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie