Archives de Catégorie: A. Histoire médiévale

Tombeaux de rois médiévaux

Basilique de Saint-Denis, la nécropole royale. Plan général de la disposition des tombeaux, dans le chœur et le transept. J’ai choisi de ne photographier que des gisants du moyen-âge en commençant par Dagobert 1er. Le monument dédié à Louis XII et Anne de Bretagne, souverains de la fin du moyen-âge, est de fait de type Renaissance. Cette chronique est la suite de Saint-Denis. Histoire de la nécropole royale.

Album de 43 photos

Cliquer sur les images pour les agrandir

Évolution de la statuaire funéraire du 12ème au 16ème siècle (citation du cartouche de la basilique). « Les premiers gisants, au 12ème siècle, sont taillés en creux dans la dalle funéraire de pierre.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Ile-de-France

Saint-Denis. La nécropole royale

Source et citations : Saint-Denis, la basilique et le Trésor (dossiers d’Archéologie, mars 2001, article de François Baron). Autres chroniques et photos sur la basilique de Saint-Denis.

« Au début de son histoire, la nécropole de Saint-Denis n’est rien d’autre qu’un cimetière que l’on choisissait, dans son testament, afin d’être enterré aux côtés de saint Denis et de ses compagnons, Rustique et Eleuthère, tous trois martyrs renommés de l’Église.

Selon les historiens, la reine Arnegonde (morte vers 565-570) aurait été la seule personne de sang royal à choisir Saint-Denis – et à titre personnel. Dans les faits, les rois mérovingiens préféraient être enterrés dans un lieu où ils possédaient quelque attachement : leur résidence habituelle, un palais qu’ils appréciaient ou encore un établissement religieux dont ils étaient fondateur ou bienfaiteur. On trouvait ainsi des sépultures royales à Poitiers, Soissons, Metz ou Arras. Et, bien sûr aussi, à Paris.

Le tombeau de Dagobert

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Ile-de-France

Agrégation de Lettres sans autrice

Signer la pétition d’un collectif d’enseignant⋅e⋅s, d’étudiant⋅e⋅s et de citoyen⋅ne⋅s : Pas d’agrégation de Lettres sans autrice

« L’an prochain, les agrégatives et agrégatifs de lettres classiques et de lettres modernes étudieront les auteurs français suivants pour le concours externe : Chrétien de Troyes, François Rabelais, Jean Racine, André Chénier, Gustave Flaubert et Nicolas Bouvier. Les agrégatives et agrégatifs de lettres modernes travailleront en outre sur un nouveau programme de littérature comparée, « Expériences de l’histoire, poétiques de la mémoire », rassemblant Joseph Conrad, António Lobo Antunes et Claude Simon, auquel s’ajoute l’ancien programme reconduit, « Formes de l’action poétique », avec René Char, Mahmoud Darwich et Frederico García Lorca.

Douze auteurs, aucune autrice, pour la neuvième fois au cours des vingt-cinq dernières années. C’était aussi le cas en 1997, en 1998, en 1999, en 2004, en 2007, en 2008, en 2009 et en 2016.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, E. Arts Lettres Langues, F. 19ème et 20ème siècles

Basilique Saint-Denis. Le chevet

Basilique Saint-Denis, la crypte romane (album de 12 photos), le chevet de lumière et son double déambulatoire (album de 34 photos), retables de pierre et vitraux des chapelles du chevet (album de 24 photos). Source des citations ci-dessous : le site de la basilique.

La crypte romane : album de 12 photos

« Au VIIIe siècle, à l’occasion de son sacre, Pépin le Bref décide la reconstruction de l’édifice à la manière des édifices romains de type basilique. On peut voir aujourd’hui, dans l’immense crypte archéologique, riche de l’histoire la plus ancienne de Saint-Denis, une fosse qui conserve le souvenir de l’emplacement de la tombe et des reliques de saint Denis et de ses deux compagnons de martyr, installés à cet endroit jusqu’au XIIe siècle. Cette fosse est le centre de tous les édifices construits, de la première chapelle, du IVe ou Ve siècle, jusqu’à l’abbatiale du XIIIe siècle.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Ile-de-France

Basilique Saint-Denis. Les portails

Chroniques précédentes sur la Basilique de Saint-Denis : Reconstruire la flèche de la tour nord, Histoire : du martyre de Saint Denis vers 250 à la construction de la nouvelle nef (1281)

Cette nouvelle chronique est consacrée à la sculpture des cinq portails de la basilique : album de 68 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Les trois portails de la façade occidentale (source et citations : Wikipédia)

« La façade révèle une époque de transition : le plein cintre des porches et des arcades est caractéristique de l’architecture romane, la structure verticale en trois parties et la rosace portent singulièrement le gothique en eux. Suger a en effet opté pour la façade harmonique (Saint-Denis constitue le premier exemple de son utilisation en Île-de-France mais le démontage de la tour nord en 1847 a rompu cette harmonie) rappelant celui des abbatiales normandes mais en intégrant pour la première fois une rose au-dessus du portail central surmonté d’une baie à trois arcs. La façade, couronnée par une courtine crénelée est percée de trois portails dont les ébrasements étaient ornés de statues-colonnes [comme au portail Nord].

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Ile-de-France

Basilique Saint-Denis. Histoire

Histoire médiévale de l’abbatiale de Saint-Denis : album de 47 photos. Source et citations : Wikipédia.

Vers 250, martyre par décollation de Saint-Denis, évêque de Paris. Entre 450 et 475. Sainte Geneviève obtient du clergé parisien d’acheter des terres sur le vicus Catulliacus et y fait édifier une chapelle gallo-romaine. Ces traditions incertaines sont reprises dans La Légende dorée de Jacques de Voragine qui popularise le mythe de saint Denis céphalophore qui, après sa décollation, se serait relevé et aurait marché, la tête dans les mains, jusqu’au lieu où il voulait être enterré, dans le cimetière gallo-romain de Catolacus qu’aurait retrouvé sainte Geneviève.

Décollation de Saint-Denis. Cliquer sur les images pour les agrandir

L’église sous les mérovingiens

Entre 632 et 650. Selon  l’Histoire de l’abbaye de Saint-Denys en France, la construction de la nouvelle chapelle aurait débuté en 632 et la dédicace eut lieu le 24 février 636.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Ile-de-France, E. Ingénierie

Saint-Denis. Reconstruire la flèche

Histoire de la flèche nord de la basilique de Saint-Denis.

« C’est sous l’abbé Suger au XIIème siècle que la façade de la basilique prendra son aspect actuel. La flèche nord de la basilique, édifiée vers 1219, culminait à plus de 86 mètres au-dessus du sol, et servait de signal à toute la région. Elle a subi de nombreuses dommages, à commencer par un incendie peu de temps après sa construction.

En 1837, la foudre s’abat sur la flèche, la fragilisant fortement. L’architecte François Debret sera chargé de son démontage, en vue d’une restauration future. Ce sera chose faite, jusqu’à la pose d’une croix en son sommet. Mais en 1845 une forte tempête, la trombe de Montville ou de Gonesse selon les sources, balaie tout le nord de la région. Elle causera de graves dommages dans les combles de la basilique, ce qui fragilisera un peu plus la tour nord. De coups de foudre en tempêtes, la tour sera étayée en urgence dès le début de l’année 1846.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie

Univ Grenoble fondée en 1339

Nouvelle série de chroniques : les universités fondées dans la guerre de Cent ans, sur le territoire la France d’aujourd’hui. La première fondée, au début de la guerre (la défaite de Crécy n’aura lieu qu’en 1346) et en dehors du royaume de France, est Grenoble, en 1339.

Frédéric II de Hohenstaufen fonde l’université de Naples en 1224 (il a alors 30 ans). Un peu plus d’un siècle plus tard, en 1339, Humbert II, dauphin du Viennois, demande à Benoît XII, docteur en théologie de l’université de Paris, pape en Avignon de 1335 à 1342, de pouvoir fonder l’université de Grenoble, ville de quelques milliers d’habitants. Celui-ci a 27 ans. Un record de jeune âge pour un fondateur ? Sans doute. Mais peut-être un record de faible durée pour l’université : les sources ne parlent plus de l’université de Grenoble dès la fin des années 1340. Dix ans d’existence seulement pour la 1ère université du Dauphiné.

Trois sources mobilisées dans cette chronique. 1. Article de Paul Fournier, Le dauphin Humbert II (1312-1355), in Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Année 1912, Volume 56, Numéro 8, pp. 581-599.

p1000422p1000423Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Rhône-Alpes Auvergne, E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Médecine Pharmacie

Universités, Guerre de 100 ans

Plusieurs chroniques du blog vont être consacrées aux conséquences de la Guerre de Cent ans sur les universités (sur leur nombre, leur localisation, leur fonctionnement, leurs privilèges, le nombre et la pratique de leurs étudiants, la carrières de leurs maîtres, devenus par exemple évêques disposant d’un temporel).

Des universitaires en fonction ou d’anciens diplômés de l’université interviennent dans le conflit ou dans les guerres civiles qu’il entraîne au moment des négociations de paix ou de trêve. Ils sont la pièce centrale de certains procès, fruits des guerres, Jean Petit pour légitimer l’assassinat du duc d’Orléans, Pierre Cauchon pour faire condamner Jeanne d’Arc.

Ils sont enfin directement parties prenantes dans les conflits entre l’église – la papauté – et le roi et les princes (reddition ou soustraction d’obédience, participation aux conciles de Pise et de Constance pour mettre fin au Grand Schisme d’Occident, puis au concile de Bâle pour réformer l’église – primauté du concile sur le pape ou inversement).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, E. Droit et Sciences politiques, E. Mobilité internationale, E. Sciences humaines et sociales

Expérience : sculpter une tête

Fondation de l’œuvre de Notre-Dame (Strasbourg). Recherche expérimentale en Histoire de l’Art

« Les sculpteurs du Moyen Âge utilisaient-ils des modèles pour leurs réalisations ? Si oui, quel type de modèles ? Pouvaient-ils réaliser une sculpture en 3D en se référant uniquement à un dessin ou un croquis (2D) ? »

Cette recherche a fait l’objet d’un film de 19 minutes 15 réalisé par Margot Dawance, en dernière année d’étude à la Haute École des Arts du Rhin (HEAR) : cliquer pour visionner le film, cliquer sur l’écran à la fin de l’article.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues