Archives de Catégorie: A. Histoire moderne

Monastère Apostolos Varnavas

Chypre : 3ème chronique sur des édifices religieux de la période byzantine. Monastère dédié à l’apôtre Barnabé (Απόστολος Βαρνάβας – Apostolos Varnavas en grec).

Album de 44 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Source et citations : Petit Futé. « Ce monastère orthodoxe fondé au Ve siècle est l’un des plus importants lieux saints de l’île. C’est à cet emplacement que le saint fut exécuté vers l’an 75. Originaire de Salamine, Barnabé fut l’un des compagnons de Jésus-Christ. S’il ne fait pas partie des douze apôtres, les Actes des Apôtres lui en attribuent le titre au sens large, comme à Paul.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, D. Europe (autres), F. 19ème et 20ème siècles

A. Warburg. Historien de l’Art

Aby Warburg (1866-1929) a obtenu son doctorat en Histoire de l’art moderne à l’université de Strasbourg en décembre 1891 ; il y était arrivé en 1889, après des études à Bonn de 1986 à 1889. Il est l’un des fondateurs de l’Histoire de l’Art.

Strasbourg, Laboratoire d’Europe 1880-1930, exposition du Musée d’Art Moderne et Contemporain, salle 2 : Les universités au cœur de la recherche. Vidéo sur Aby Warburg : biographie présentée par Roland Recht. Album de 21 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

L’œuvre principale d’Aby Warburg : Atlas mnémosyne. « Il s’agit d’un important corpus d’images, créé entre les années 1921 et 1929. Sa conception a été stoppée par la mort soudaine de son auteur en octobre 1929. Il a été publié pour la première fois en français et en version intégrale en 2012 par Roland Recht (éditions l’Ecarquillé-INHA). L’Atlas a été conçu en étroite relation avec la bibliothèque d’Aby Warburg ouverte en 1926 à Hambourg qui portait l’inscription Mnémosyne au-dessus de sa porte d’entrée. Riche de près de 60 000 volumes et de plus de 25 000 photographies »…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire moderne, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, D. Italie, E. Arts Lettres Langues, E. Mobilité internationale

St-Paul, un tétramorphe protestant ?

Suite des chroniques sur les expositions de Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930. Église Saint-Paul, exposition sur la Neustadt, celle-ci étant désormais inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Album de 25 photos.

L’église Saint-Paul « est édifiée entre 1892 et 1897, dans le cadre de l’aménagement de la Neustadt, par l’architecte Louis Müller (1842-1898), sur le modèle de l’église Sainte-Élisabeth de Marbourg, en Hesse« .

Avant de visiter l’exposition et suite à un de mes cours d’auditeur libre sur l’art médiéval, je regarde d’abord en l’air : comment s’organise le voûtement néo-gothique ?

Cliquer sur les images pour les agrandir

Et quelle n’est pas ma surprise ! Sur la voûte à la croisée du transept, les symboles des quatre évangélistes : le lion de Marc, le taureau de Luc, l’aigle de Jean, l’ange de Mathieu. Je les recherche dans toutes les églises que je visite : le record observé est de quatre tétramorphes dans la cathédrale Notre-Dame de Saint-Paul-Trois-Châteaux dans la Drome provençale (album de 44 photos).

Poursuite de la visite et je découvre un autre tétramorphe : les symboles servent cette fois de socle pour les quatre évangélistes, ornant les parois de la chaire.

Ma visite est finie. Je me dirige vers la sortie, levant une nouvelle fois les yeux vers le haut. Cerise sur le gâteau : aux quatre coins de la voûte du porche, les portraits peints en buste de quatre des plus grands artisans de la Réforme : Martin Luther, Jean Calvin, Ulrich Zwingli, Philippe Melanchthon. Un tétramorphe protestant ?

Suite de la présentation de l’église Saint-Paul sur Wikipédia.

« Elle se dresse à la pointe sud de l’île Sainte-Hélène, à l’embranchement de l’Ill et de l’Aar. Le site est choisi afin de permettre une perspective en point de fuite sur l’Ill depuis la vieille ville, ainsi qu’une perspective conjointe avec la flèche de la cathédrale Notre-Dame depuis la place Sébastien Brant, centre des nouveaux quartiers allemands.

Destinée à l’origine à la garnison allemande de religion protestante stationnée à Strasbourg sous le Deuxième Reich, l’église présente un nombre très important de portes sur tout son pourtour : 16 soit autant que le nombre d’unités de la garnison de Strasbourg à cette époque. Ces portes devaient permettre l’accès des soldats, selon leur grade, pour gagner les places leur étant attribuées.

Pouvant accueillir près de 3 000 fidèles, l’édifice s’apparente à une église-halle à plan central en croix grecque. La nef est donc raccourcie afin de répondre aux exigences du culte protestant et des tribunes sont installées au-dessus des nefs collatérales ».

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire moderne, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), F. 19ème et 20ème siècles

Tours. Passeport culturel étudiant

Images de rentrée. Université de Tours, François Rabelais : nouveau passeport culturel étudiant.

Cliquer sur les images pour les agrandir

6o structures partenaires.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire moderne, C. Centre Val de Loire

Musée Fabre. Peintures du 17ème

Huit chroniques déjà publiées sur les collections du Musée Fabre (Montpellier). Neuvième chronique : peintures du 17ème siècle. Album de 47 photos.

Treize peintures retenues dans cet album, dont deux tableaux de Pierre-Paul Rubens (1577-1640). Portrait du peintre Frans Francken l’Ancien (vers 1615) et Allégorie de l’Autriche catholique attaquée par les Protestants (1620-1622). Analyses par Pierre-François Puech sur archive.org. « La puissance du propos de ces tableaux réside dans l’arrêt sur image juste avant un drame ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

Allégorie de l’Autriche catholique. « Cette scène est un bozetto, l’esquisse d’une première idée qui sert de base à la réalisation ultérieure. Ce domaine intermédiaire tourne autour d’une spécificité majeure du concept pictural baroque qui est de transcender le monde naturel à l’aide de moyens artistiques.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire moderne, C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon), D. Italie, E. Arts Lettres Langues

Jean-B. Greuze, 30 ans en 1755

Salle Jean-Baptitste Greuze au Musée Fabre de Montpellier. « Cette pièce évoque les transformations de la société au Siècle des Lumières. Tandis que Greuze offre à ses humbles figures du monde paysan une noblesse et une grandeur encore inconnue qui enthousiasmera Diderot, Aved, David et Pajou se font les portraitistes de l’émergence de la bourgeoisie dans la société du XVIIIe siècle ».

Quatre peintures de Greuze (13 photos). Également dans le musée Fabre, sept autres œuvres du 18ème siècle (23 photos), dont un buste de Voltaire par l’atelier de Jean Houdon (1778).

« La peinture de Greuze a cherché à illustrer la vertu, telle que la concevaient les philosophes des lumières. Il ne s’agit nullement du moralisme militant et rigide de David, mais plutôt d’un rousseauisme pictural. La Nouvelle Héloïse (1761) puis Les Confessions (1782) mettent l’accent sur l’émotivité : on a des sentiments avant d’avoir des idées. Les modèles littéraires du villageois vertueux, du père exemplaire, de la jeune fille rêveuse constitueront des sources d’inspiration pour le peintre. Le contraste entre l’hédonisme rococo, souvent cynique, et la glorification des sentiments vertueux chez Greuze est tout à fait saisissant. Si le rococo est représentatif du libertinage aristocratique, la peinture de Greuze est celle des vertus bourgeoises. Historiquement, le rococo illustre à merveille un monde qui disparaît, Greuze un monde nouveau en train de naître » (Rivage de Bohême).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Biographie de Jean-Baptiste Greuze , 1725-1805 (même source).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire moderne, B. Photos, C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon), E. Arts Lettres Langues, E. Mobilité internationale

Canal Rhône à Sète (1773-1834)

Le canal du Rhône à Sète : décision de la construction en 1773 et fin de l’ensemble des travaux en 1834. Il relie l’étang de Thau à la hauteur de Sète au Rhône à Beaucaire. Au-delà du Thau, il est prolongé par le canal du Midi.

3 août 2017 : pour accéder à l’ancienne cathédrale de Saint-Pierre sur l’île de la Maguelone, il faut franchir le canal du Rhône à Sète, en empruntant une passerelle piétonne . Quand un bateau de plaisance se présente, la passerelle est barrée et tourne sur un axe pour permettre le passage du bateau. Album 19 de photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Un corps d’ingénieurs et une école pour la formation (source : site de l’École Nationale des Ponts et Chaussées)

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, C. PACA Corse, E. Ingénierie, F. 19ème et 20ème siècles

Montpellier Université, 1289-2017

13ème et 14ème siècles, aux confins du Royaume de France, les royaumes d’Aragon et de Majorque : fondation des universités de Montpellier (1289), de Lerida (1300) et de Perpignan (1350) (chronique du blog du 5 mai 2017).

Communication de l’université : depuis 8 siècles, l’Université de Montpellier invente l’avenir.

Faculté de médecine (cliquer pour agrandir)

« Elle est la 6e université de France avec 45 000 étudiants et 4 600 personnels. Héritière de la Faculté de médecine de Montpellier (1220), elle rassemble une vaste palette de savoirs et de disciplines : sciences et techniques, droit, économie, environnement, administration, gestion, médecine, pharmacie, activités physiques et sportives, biologie, informatique, sciences de l’éducation, science politique…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire moderne, B. Photos, C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon), E. Médecine Pharmacie

Rome. Galerie Corsini, six Saints

La Galerie Corsini dans le palais éponyme présente une collection de peintures du 14ème au 18ème siècle. Suite de la chronique Épisodes de la vie de la Vierge Marie.

Dans cette chronique, neuf peintures du 16ème au 18ème siècle, représentant six saints : Agathe, Jean-Baptiste, Jérôme, Lazare, Pierre, Sébastien. Album de 31 photos.

Pieter Paul Rubens (Siegen 1577 – Anversa 1640), San Sebastiano curato dagli angeli (1602).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire moderne, D. Italie

Schongauer, le Jugement dernier

5ème chronique sur Martin Schongauer (Colmar vers 1450 – Breisach am Rhein, 1491). Collégiale Saint-Étienne.

Le peintre colmarien y a peint des fresques sur le Jugement dernier. Il avait été émerveillé par le Jugement dernier de Rogier Van der Weyden, peint pour les Hospices de Beaune entre 1443 et 1452, et en avait copié des parties.

Deux albums de la collégiale (extérieur, intérieur, fresques du jugement dernier). Février 2013 (27 photos) et avril 2014 (24 photos).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, D. Allemagne