Archives de Catégorie: AB. Art médiéval et moderne

Tobias Stimmer, 30 ans en 1569

Pierre Kintz, communication au colloque Autour du livre de combat du strasbourgeois Joachim Meyer (1537-1571), Tobias Stimmer, l’illustrateur du Fechtbuch (Pierre Kintz est doctorant en histoire de l’art, ARCHE, Université de Strasbourg).

Album de 17 photos, projetées à l’écran au cours de la communication au Palais universitaire de Strasbourg.

Télécharger l’album photos pour visualiser les images en grand format (diaporama)

Source des citations de la chronique : Biographie de Tobias Stimmer (1539-1584), dessinateur, peintre et graveur d’origine suisse.

1539 (7 avril). « Naissance de Tobias Stimmer à Schaffhouse, Suisse. Son père, Christoffel Stimmer, était maître d’école.

1553 (14 ans). Fils aîné d’une fratrie de onze enfants, Tobias Stimmer, débuta probablement un apprentissage à 14 ans, à Schaffhouse ou à Zurich. Certains auteurs lui attribuent un contact avec la peinture vénitienne, mais sans précisions sur un éventuel séjour dans la cité des Doges.

1562 (23 ans). Il achète une maison à Schaffhouse avec son père et ses frères Abel et Loth. Après un passage à Bâle, il se rend à Strasbourg où étudie son frère Isaac, et noue ses premières relations avec l’imprimeur et éditeur Bernhard Jobin.

Commentaires fermés sur Tobias Stimmer, 30 ans en 1569

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, AF. Histoire 16-17èmes siècles

J. Meyer. L’Art de l’escrime (1570)

A. Colloque Autour du Livre de combat du strasbourgeois Joachim Meyer (1537-1571)

« Joachim Meyer, un coutelier d’origine bâloise, bourgeois de Strasbourg, est l’auteur d’un des ouvrages les plus aboutis sur l’art du combat de son temps. La parution de Gründtliche Beschreibung der Kunst des Fechtens en février 1570, imprimé chez Thiebolt Berger place du Vieux marché aux Vins, n’a eu que peu de succès à Strasbourg même. Il n’y a pas même un seul exemplaire conservé dans les différents fonds patrimoniaux de la ville, et un seul en Alsace, à la bibliothèque Humaniste de Sélestat.

L’ouvrage a pourtant marqué son temps et a donné lieu à plusieurs rééditions au XVIIe siècle… Enfin le contenu allie la tradition des armes chevaleresques de la fin du moyen âge (dague, épée à deux mains, bâton), des armes de guerres employées dans le contexte du combat singulier (hallebarde, grande pique) et modernité avec la rapière et le poignard ».

Un exemple d’arme : l’épée longue.

Album de 14 photos : le colloque, les planches de l’ouvrage de Meyer

B. Joachim Meyer, article de la Fédération Française des Arts Martiaux Historiques Européens.

« Auteur du dernier ouvrage pouvant être attribué à la tradition martiale de Johannes Liechtenauer, Joachim Meyer est un auteur du milieu du XVIe siècle, et son œuvre demeure la seule tentative de modernisation de la tradition liechtenauerienne. Probablement originaire de la ville de Bâle (né en 1537) et coutelier de profession, son père aurait été papetier.

Ce serait au cours de son compagnonnage que J. Meyer se serait rendu dans la ville de Strasbourg. En 1560, il accède officiellement à la bourgeoisie. C’est également autour de 1560 qu’il semble diriger la rédaction de son premier ouvrage, un manuscrit dédié au comte Otto de Sulms, Minzenberg et Sonnenwaldt,

En février 1561, puis en septembre 1563, en juin 1566, en février 1567 et en juin 1568, on trouve dans les archives de Strasbourg des demandes de Joachim Meyer, afin de pouvoir organiser des « fechtschulen ».

Son œuvre majeure, « Discours détaillé sur l’Art de l’Escrime », est datée du 24 février 1570, visiblement à la fin d’une décennie d’enseignement et de pratique de l’escrime.

L’année 1570 semble également être liée à la rédaction de son second manuscrit, dédié au comte Heinrich von Eberst, aujourd’hui conservé à Rostock.

 Durant cette année, il parvient également à se faire engager comme maître d’armes (fechtmeister) par le duc Jean-Albert 1er de Mecklembourg. Il quitte Strasbourg un jeudi de janvier 1571, arrive à la cour du duc de Mecklembourg le 10 février et y meurt le 24, à l’âge de 34 ans« .

Commentaires fermés sur J. Meyer. L’Art de l’escrime (1570)

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, AF. Histoire 16-17èmes siècles, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, E. Mobilité internationale

Baldung. Saintes et saints martyrs

Suite et fin des chroniques et photos sur l’exposition de Karlsruhe. Hans Baldung Grien. Sacré / Profane, Saintes (Catherine d’Alexandrie, Dorothée) et Saints (Christophe, Jérôme, Georges).

Saintes : album de 24 photos. Saints : album de 24 photos

Hans Baldung Grien, Sainte Catherine, vers 1504, Panneau de résineux, Schwabach, Stadtpfarrkirche St. Martin

« La tradition situe la naissance de Sainte Catherine à Alexandrie et date sa mort dans la même ville, à dix-huit ans en 312, sous le règne de Maximin II Daïa. Elle était très instruite compte tenu de son sexe et de son âge : à 18 ans elle convertit plusieurs philosophes qui avaient été chargés par l’empereur de la faire renoncer à sa foi.

Un préfet conseille alors un supplice féroce pour la vierge, afin que l’exemple de cette mort effraye les autres chrétiens : quatre roues entourées de scies de fer et de clous doivent lui déchirer et broyer le corps. Alors la vierge pria le Seigneur de détruire cette machine : « et voilà qu’un ange du Seigneur frappa et brisa cette meule avec tant de force qu’il tua quatre mille païens ».

Hans Baldung Grien, Sainte Catherine, vers 1505/1507, Gravure sur bois, Karlsruhe, Staatliche Kuntshalle

Commentaires fermés sur Baldung. Saintes et saints martyrs

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne

Baldung. Vierge / Vénus

Suite des chroniques et photos sur l’exposition de Karlsruhe. Hans Baldung Grien, Sacré / Profane : Vierge / Venus. Citations : cartouches des œuvres exposées.

Album de 33 photos

Représentations de la Vierge pendant la Réforme. « La Vierge à l’enfant est l’un des sujets les plus traités de l’Art chrétien, et Baldung n’a cessé, lui aussi, d’en donner de nouvelles interprétations ».

La Vierge à l’enfant endormi, Strasbourg, 1520

« Il peut paraître étonnant que même après l’adoption de la réforme à Strasbourg en 1529, il ait encore peint une série de tableaux sur ce thème, dans la mesure où beaucoup des adeptes de la nouvelle foi rejetaient tout autant les images religieuses que le culte marial.

Nous ne savons pas pour qui Baldung a peint ces madones : pour des commanditaires restés fidèles à l’ancienne foi ? Ou pour des protestants modérés ? Ou pour des amateurs d’art de culture humaniste. Résidaient-ils à Strasbourg ou dans des villes catholiques de la Région du Rhin supérieur, par exemple à Fribourg ?

Sacré / Profane. La vision idéalisée, parfois même teintée d’érotisme, de la Vierge n’est pas sans lien avec l’iconographie antique de Vénus, et les anges rappellent de petits cupidons »…

1 commentaire

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, AE. Histoire médiévale, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne

Renaissance Carolingienne

Republication de la chronique du 28 avril 2014, publiée à l’occasion de la visite d’Aix-la-chapelle.

La Bibliothèque Nationale de France s’est lancée dans des expositions virtuelles, permettant l’accès gratuit à des textes, des images et des sons. Initiative excellente ! L’exposition virtuelle, Trésors carolingiens, constitue la base de cette chronique. Lire aussi à propos de l’exposition Les serments de Strasbourg. Charlemagne, le fils, les petits-fils.

L’université, au sens médiéval d’une institution fondée par une bulle du Pape, d’une corporation d’enseignants et d’étudiants soumis à un statut définissant des droits et des devoirs, diffusant des connaissances organisées en programmes d’enseignements progressifs et délivrant des titres, n’existe pas sous Charlemagne (747-814). Généalogie des Carolingiens de Charles Martel à Charles le Gros. Histoire de l’Europe carolingienne.

Charlemagne n’a inventé ni l’École, ni l’Université médiévale. Mais à l’image de certains anciens des siècles précédents, il a fait gravir des marches essentielles à l’enseignement. Un précurseur, Cassiodore (480-575). Celui-ci s’est « retiré loin du monde dans le monastère de Vivarum, qu’il a lui-même fondé en Calabre. Il y passera les trente dernières de sa vie à mettre en œuvre la transmission de l’héritage gréco-romain à un Occident tombé aux mains des Barbares« .

1 commentaire

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, AC. Université médiévale et moderne, AE. Histoire médiévale, D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues

Strasbourg. La flèche de Notre-Dame

1399 à 1419 : Construction de la haute tour (source citée : Œuvre Notre-Dame).

« Dès 1399, l’architecte Ulrich d’Ensingen dresse le plan d’une haute tour rehaussée d’une flèche ajourée. L’octogone est composé de huit baies monumentales, rythmées par des contreforts saillants. Au-dessus s’ouvre le petit étage de l’octogone qu’Ulrich n’achèvera qu’à moitié. Il meurt en 1419 avant d’avoir terminé son œuvre ». Lire la suite…

Photos du 7 février 2020

1419 à 1439 : Achèvement de la flèche

« Après la mort de maître Ulrich d’Ensingen en 1419, son parlier (ou appareilleur) Jean Hültz de Cologne, est choisi comme architecte. Confirmé par une commission d’experts invités à Strasbourg pour examiner les candidatures, Jean Hültz occupera ce poste jusqu’à sa mort en 1449″.

« Jean Hültz modifie le plan de son prédécesseur. Il révolutionne la conception de la flèche par une approche différente…

 Au moment de l’achèvement de la flèche en 1439, la cathédrale est, avec ses 142 m, le plus haut monument chrétien que l’homme ait jamais construit. Ses contemporains la qualifient de « huitième merveille du monde ». Lire la suite…

Commentaires fermés sur Strasbourg. La flèche de Notre-Dame

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, AE. Histoire médiévale, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, E. Ingénierie

Saint Sébastien par Baldung

Suite des chroniques et photos sur l’exposition de Karlsruhe. Hans Baldung Grien, Sacré / Profane.

Martyres de Saint Sébastien par Albrecht Dürer et par Hans Baldung Grien : album de 15 photos

A. Albrecht Dürer, Saint Sébastien attaché à une colonne, vers 1499, Gravure sur cuivre, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle.

B. Albrecht Dürer, Martyre de Saint Sébastien, 1501, Eau-forte sur papier vergé filigrané,  Nuremberg.

« Deux gravures de saint Sébastien réalisées par Albrecht Dürer (1471-1528) sont connues, une d’un saint Sébastien adossé à une colonne (1499) et celle-ci, plus rare, d’un saint Sébastien appuyé contre un arbre. Datant de 1501, elle est réalisée durant la période où il réside à Nuremberg, entre ses deux voyages en Italie. On y retrouve les lignes très rapprochées et croisées caractéristiques de son œuvre. Cette technique qui procure une grande vivacité au dessin est encore accentuée après son second voyage, jusqu’à obtenir une impression de clair-obscur. 

Commentaires fermés sur Saint Sébastien par Baldung

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, BA. Photos, D. Allemagne

Baldung. Scènes de la vie du Christ

Suite des chroniques et photos sur l’exposition de Karlsruhe. Hans Baldung Grien, Sacré / Profane.

Scènes de la vie du Christ, œuvres réalisées entre 1506 et 1517. Lieux de séjour d’Hans Baldung (1485-1545). 1503-1508 : il travaille dans l’atelier de Dürer à Nuremberg. 1509-1512 : il est à Strasbourg. 1512-1516 : séjour à Fribourg-en-Brisgau. Exécution du maître-autel de la cathédrale. 1517. Il acquiert pour la seconde fois le droit de bourgeoisie à Strasbourg. Il y travaillera jusqu’à sa mort.

Ces scènes de la Vie du Christ sont des œuvres de jeunesse, réalisées entre 18 et 32 ans. Scènes religieuses d’avant les thèses de Luther (1517), d’avant la diffusion de la Réforme (à partir des années 20), d’avant la brève période d’iconoclasme (vers 1524-1525 à Strasbourg).

  • Adoration des mages. Repos pendant la fuite en Égypte : album de 12 photos
  • Crucifixion. Déploration : album de 27 photos
  • Les albums comprennent les photos des notices de présentation des œuvres (en français).

L’adoration des mages, 1506. Vitrail Löffelholz, atelier Veit Hirsvogel l’ancien

Commentaires fermés sur Baldung. Scènes de la vie du Christ

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues, Non classé

Adam et Eve par Baldung Grien

Suite de la chronique Gravures et Peintures sur Adam et Eve (1504-1514) : Albrecht Dürer, Lucas Cranach l’Ancien, Hans Baldung Grien. Citations empruntées aux cartouches de l’exposition de Karlsruhe.

Album de 32 photos.

4. Hans Baldung Grien a 25 ans, Eve et le Serpent, 1510, Plume et encre noire, Hambourg, Kunsthalle.

« Il est très inhabituel qu’Adam soit absent d’une représentation de la Chute. Mais peut-être est-ce l’observateur qui occupe ici sa place ? En regardant vers l’extérieur du tableau, Eve, la séductrice, semble nous entraîner dans l’histoire.

C’est le plus ancien dessin que Baldung ait consacré au péché originel en son nom propre. C’est aussi sa première représentation d’un nu féminin. L’artiste s’est inspiré de modèles célèbres dont l’Eve de la gravure sur cuivre de Dürer (1504).

Commentaires fermés sur Adam et Eve par Baldung Grien

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, E. Mobilité internationale, Non classé

Adam et Eve par Dürer, Cranach

Suite des chroniques et photos sur l’exposition de Karlsruhe. Hans Baldung Grien, Sacré / Profane.

Gravures et Peintures sur Adam et Eve (1504-1514) : Albrecht Dürer, Lucas Cranach l’Ancien, Hans Baldung Grien. Citations empruntées aux cartouches de l’exposition, sauf mention explicite.

Album de 32 photos.

A. Albrecht Dürer, Adam et Eve, 1504, gravure sur cuivre, Staatliche Kunshalle Karlsruhe.

« Pour la première fois, Dürer fait du péché originel un sujet à part entière, en dehors de tout contexte religieux. La silhouette idéalisée d’Adam et Eve est le fruit d’une étude approfondie des proportions. Cette perfection physique de l‘homme et de la femme renvoie à l’idée d’un état paradisiaque de l’humanité. Cette gravure a largement contribué à la diffusion du thème et a inspiré d’innombrables artistes dont Baldung ».

Autre descriptif de la gravure : « Dürer a représenté le couple originel se détachant harmonieusement sur le fond d’une sombre forêt dans laquelle se profilent les quatre animaux symbolisant, selon l’antique théorie des quatre humeurs, les quatre tempéraments à l’image des quatre fleuves irriguant le paradis terrestre :le chat pour l’humeur colérique, le lapin pour le sanguin (un chaud lapin), le cerf mélancolique, et le bœuf lymphatique ».

Commentaires fermés sur Adam et Eve par Dürer, Cranach

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, BA. Photos, D. Allemagne