Archives de Catégorie: AE. Histoire médiévale

Reims. Trésors du Palais du Tau

Visite du Palais du Tau, le samedi 27 juin 2020 : les trésors de la monarchie, sculptures, peintures, tapisseries, orfèvreries, habits liturgiques… Mais visite en situation de semi-confinement : pas plus de 20 personnes simultanément dans le musée (en fait beaucoup plus) ; des salles fermées ; port du masque obligatoire ; trajet fléché au sol, encadré par des cordes formant un couloir continu, plutôt étroit ; impossibilité de lire les cartouches disposés près des œuvres : ils sont trop éloignés des yeux ; les notices écrites, disponibles d’habitude dans les salles ouvertes, ont été rangées dans les tiroirs. Peur de la contagion. Le coronavirus est toujours là. Et là pour longtemps.

Trésors (tapisseries et peintures en particulier) livrés sans explications. Au final, une visite frustrante. Se documenter sur la toile devient indispensable. Problème: les sites consultés sont quelquefois bien touffus.

  • présentation du musée : vidéo de 2’35
  • album de 32 photos. Trésors du Palais : tapisseries, portraits de rois, sculptures, orfèvrerie…
  • album de 15 photos : sculptures de la façade Sud de la cathédrale (couronnement de la Vierge, un archer, la Synagogue, galerie de rois).

Histoire du Palais. « Palais épiscopal puis archiépiscopal à partir du VIIIe siècle, le monument n’est connu comme palais du Tau qu’à partir de 1138. Le nom fait référence à la lettre Tau de l’alphabet grec en raison de son plan en forme de T. Cette forme de T majuscule rappelle également celle des premières crosses épiscopales. Le palais est reconstruit et complété d’une chapelle palatine à deux niveaux à la suite de l’incendie de 1207 ou 1210.

Vers 1500, sous les archevêques Guillaume Briçonnet (1497-1507) et Robert de Lenoncourt (1508-1532), le palais est remanié dans le style gothique flamboyant dont subsistent la salle basse voûtée d’ogives et le décor reconstitué au XXe siècle de la salle du Tau avec sa voûte lambrissée en carène.

De la fin du XVIIe siècle sous la direction de l’architecte Robert de Cotte durant l’archiépiscopat de Charles-Maurice Le Tellier (1671-1710) datent les transformations qui donnent au bâtiment son aspect classique actuel ».

1 commentaire

Classé dans AE. Histoire médiévale, AF. Histoire 16-17èmes siècles, AG. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Terribles épidémies

Terribles épidémies. Entre la peste et le choléra, par Charlotte Chaulin ; Herodote.net Le Media de l’Histoire, 1 mars 2020.

Peste bubonique, grippe espagnole, choléra ou Sida… ces termes nous font frémir à leur évocation car ils résonnent en nous comme synonymes de mort brutale…

1 commentaire

Classé dans AE. Histoire médiévale, AF. Histoire 16-17èmes siècles, AG. Histoire 18ème siècle, E. Médecine Pharmacie

1120. Naissance de l’Ordre du Temple

Chroniques du blog sur l’Histoire médiévale. Alban Dignat, 23 janvier 1120 Naissance officielle de l’Ordre du Temple, Herodote.net, Le Média de l’histoire, mis à jour 8 février 2020.

Le 23 janvier 1120, un concile réuni à Naplouse, en Palestine, reconnaît officiellement la « milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon » (pauperes commilitones Christi Templique Solomonici).

Plus tard appelé Ordre du Temple, il ne s’agit pour l’heure que d’une fraternité combattante vouée à la protection des pèlerins et au combat contre les infidèles. Elle n’a pas le statut d’un ordre monastique.

Cette fraternité a été fondée deux ans plus tôt par le Champenois Hugues de Payns et Godefroy de Saint-Omer, ainsi que six autres chevaliers de la croisade. Ils se sont inspirés de l’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem ou Ordre de l’Hôpital, fondé vers 1113. Les Hospitaliers sont des moines-chevaliers qui se consacrent au soin des pèlerins  venus prier à Jérusalem. Ils ne mènent pas de guerre offensive. Il en va de même des chevaliers du Saint-Sépulcre, un ordre fondé par Godefroy de Bouillon dès la prise de Jérusalem, en 1099, pour protéger le Saint-Sépulcre, autrement dit le tombeau du Christ.

Hugues de Payns et Godefroy de Saint-Omer se donnent quant à eux pour mission de sécuriser les routes des pèlerins contre les brigands et les Turcs et de mener donc des guerres offensives tout en s’imposant une discipline monastique. Comme les moines, ils font vœu de chasteté, d’obéissance et de pauvreté.

Leur initiative participe de l’extraordinaire renouveau monastique qui a lieu au même moment en Occident avec la fondation de Cîteaux, Clairvaux, Fontevraud…. Réunissant les deux fonctions les plus prestigieuses de la chrétienté médiévale, celles de moine et de chevalier, ils reçoivent d’emblée un accueil très favorable. C’est au point qu’en 1125, le comte de Champagne, ancien suzerain d’Hugues de Payns, abandonne ses titres et rejoint les Templiers !

Commentaires fermés sur 1120. Naissance de l’Ordre du Temple

Classé dans AE. Histoire médiévale

Baldung. Vierge / Vénus

Suite des chroniques et photos sur l’exposition de Karlsruhe. Hans Baldung Grien, Sacré / Profane : Vierge / Venus. Citations : cartouches des œuvres exposées.

Album de 33 photos

Représentations de la Vierge pendant la Réforme. « La Vierge à l’enfant est l’un des sujets les plus traités de l’Art chrétien, et Baldung n’a cessé, lui aussi, d’en donner de nouvelles interprétations ».

La Vierge à l’enfant endormi, Strasbourg, 1520

« Il peut paraître étonnant que même après l’adoption de la réforme à Strasbourg en 1529, il ait encore peint une série de tableaux sur ce thème, dans la mesure où beaucoup des adeptes de la nouvelle foi rejetaient tout autant les images religieuses que le culte marial.

Nous ne savons pas pour qui Baldung a peint ces madones : pour des commanditaires restés fidèles à l’ancienne foi ? Ou pour des protestants modérés ? Ou pour des amateurs d’art de culture humaniste. Résidaient-ils à Strasbourg ou dans des villes catholiques de la Région du Rhin supérieur, par exemple à Fribourg ?

Sacré / Profane. La vision idéalisée, parfois même teintée d’érotisme, de la Vierge n’est pas sans lien avec l’iconographie antique de Vénus, et les anges rappellent de petits cupidons »…

1 commentaire

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, AE. Histoire médiévale, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne

Renaissance Carolingienne

Republication de la chronique du 28 avril 2014, publiée à l’occasion de la visite d’Aix-la-chapelle.

La Bibliothèque Nationale de France s’est lancée dans des expositions virtuelles, permettant l’accès gratuit à des textes, des images et des sons. Initiative excellente ! L’exposition virtuelle, Trésors carolingiens, constitue la base de cette chronique. Lire aussi à propos de l’exposition Les serments de Strasbourg. Charlemagne, le fils, les petits-fils.

L’université, au sens médiéval d’une institution fondée par une bulle du Pape, d’une corporation d’enseignants et d’étudiants soumis à un statut définissant des droits et des devoirs, diffusant des connaissances organisées en programmes d’enseignements progressifs et délivrant des titres, n’existe pas sous Charlemagne (747-814). Généalogie des Carolingiens de Charles Martel à Charles le Gros. Histoire de l’Europe carolingienne.

Charlemagne n’a inventé ni l’École, ni l’Université médiévale. Mais à l’image de certains anciens des siècles précédents, il a fait gravir des marches essentielles à l’enseignement. Un précurseur, Cassiodore (480-575). Celui-ci s’est « retiré loin du monde dans le monastère de Vivarum, qu’il a lui-même fondé en Calabre. Il y passera les trente dernières de sa vie à mettre en œuvre la transmission de l’héritage gréco-romain à un Occident tombé aux mains des Barbares« .

1 commentaire

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, AC. Université médiévale et moderne, AE. Histoire médiévale, D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues

Strasbourg. La flèche de Notre-Dame

1399 à 1419 : Construction de la haute tour (source citée : Œuvre Notre-Dame).

« Dès 1399, l’architecte Ulrich d’Ensingen dresse le plan d’une haute tour rehaussée d’une flèche ajourée. L’octogone est composé de huit baies monumentales, rythmées par des contreforts saillants. Au-dessus s’ouvre le petit étage de l’octogone qu’Ulrich n’achèvera qu’à moitié. Il meurt en 1419 avant d’avoir terminé son œuvre ». Lire la suite…

Photos du 7 février 2020

1419 à 1439 : Achèvement de la flèche

« Après la mort de maître Ulrich d’Ensingen en 1419, son parlier (ou appareilleur) Jean Hültz de Cologne, est choisi comme architecte. Confirmé par une commission d’experts invités à Strasbourg pour examiner les candidatures, Jean Hültz occupera ce poste jusqu’à sa mort en 1449″.

« Jean Hültz modifie le plan de son prédécesseur. Il révolutionne la conception de la flèche par une approche différente…

 Au moment de l’achèvement de la flèche en 1439, la cathédrale est, avec ses 142 m, le plus haut monument chrétien que l’homme ait jamais construit. Ses contemporains la qualifient de « huitième merveille du monde ». Lire la suite…

Commentaires fermés sur Strasbourg. La flèche de Notre-Dame

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, AE. Histoire médiévale, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, E. Ingénierie

Charlemagne : fils et petits-fils

A l’occasion du cours d’Histoire médiévale de demain sur les Carolingiens, republication d’une chronique de janvier 2013.

Exposition au Musée Historique de Strasbourg jusqu’au 10 février 2012 : les serments de Strasbourg, le premier document écrit en français. « Le 14 février 842, c’est à Strasbourg que se rencontrent deux petits-fils de Charlemagne (742-814), Louis le Germanique et Charles le Chauve, pour faire alliance contre leur frère aîné Lothaire, qui prétend exercer le pouvoir sur l’Empire. Cet accord est validé par des serments prononcés par les deux alliés et par leurs armées, chacun dans la langue de son homologue ».

Visite de l’exposition du Musée historique : 16 photos. Les serments retranscrits à la fin du 10ème siècle (Manuscrit de Nithard). Les serments prononcés et leur traduction en français contemporain.

2 Commentaires

Classé dans AE. Histoire médiévale, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues, Non classé

Ravenne, Capitale, Mosaïques

Université de Strasbourg. Les cours du second semestre, en Histoire et Histoire de l’art, ont commencé cette semaine et se termineront mi-avril. Auditeur libre, j’ai choisi 4 cours. Celui de ce matin : cours de Licence 2, Introduction à l’histoire du Moyen Age. 100 étudiants présents.

Cours en ligne sur la plateforme Moodle. Lundi 20 janvier 2020 : la dislocation de l’Empire romain et l’apparition des premiers royaumes barbares. La mention, par le professeur, du nom du roi Théodoric me fait penser à mes deux derniers mois d’activité à Bologne, en octobre et novembre 2008. Découverte de Ravenne, qui garde des traces éblouissantes du temps où elle était devenue, au 5ème siècle, la capitale de l’empire romain d’Occident, puis celle des Ostrogoths de Théodoric (fin 5ème – début 6ème), celle enfin de l’Exarchat éponyme, dépendant de l’Empire romain d’Orient (564-752).

Ravenne, de grandioses mosaïques à thèmes religieux dans des édifices fondés par le pouvoir politique, pouvoir auquel participent de fait les évêques.

1 commentaire

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, AE. Histoire médiévale, BA. Photos, D. Italie

Baldung Grien, Luther, le Pape

Exposition du musée de l’œuvre Notre-Dame (Strasbourg), Regards sur Hans Baldung Grien (1485-1545). Suite de la chronique Baldung Grien. 30 ans en 1515

  • citations extraites des cartouches des œuvres exposées
  • diaporama de 33 photos : Hans Baldung Grien, Martin Luther et l’antipapisme.

« Le message du réformateur Martin Luther (1483-1546) est relayé à partir de 1520-1521 à Strasbourg comme dans la plupart des villes d’Allemagne du Sud-Ouest et de Suisse par des prédicateurs, mais aussi et surtout grâce à l’imprimerie.

Le vent de la Réforme, 1517. 500ème anniversaire des 95 thèses de Martin Luther. Portrait par Cranach l’Ancien, en 1520

« Pamphlets et feuilles volantes, souvent illustrés, véhiculent un anticléricalisme et un antipapisme, fréquemment virulents.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Baldung Grien, Luther, le Pape

Classé dans AE. Histoire médiévale, AF. Histoire 16-17èmes siècles, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Mobilité internationale, E. Sciences humaines et sociales

Strasbourg. Vitraux de Corporation

Suite de la chronique Strasbourg. Corporations de bouche. Le Musée Historique de la ville contient une belle série de vitraux dédiée aux corporations et à des personnalités, issues d’une corporation et occupant une fonction dans le système des institutions de la République.

A. 1609. Vitrail aux armes de Bernhardt Brant, échevin de la corporation des Fribourgeois, réunissant les hôteliers et restaurateurs, les fabricants de cervelas et les gens qui ne pratiquaient aucun artisanat.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Strasbourg. Vitraux de Corporation

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, AE. Histoire médiévale, AF. Histoire 16-17èmes siècles, AG. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)