Archives de Catégorie: BF. Quiz

Jean-Honoré Fragonard (1732-1806)

Jean-Honoré Fragonard (1732-1806) est l’un des principaux représentants du style rococo français. Source principale : extraits de l’article de Wikipédia.

Peintre d’histoire, de genre et de paysages, il se spécialise assez rapidement dans le genre libertin et les scènes galantes.

Diaporama de 43 photos (13 œuvres, cartels et détails).

Musées de Besançon, de Strasbourg, du Louvre, du Petit Palais, Cognacq-Jay, Jacquemart-André.

Jean-Honoré est fils de François Fragonard, garçon gantier, et de Françoise Petit. Après la mort, à dix mois, de son petit frère Joseph, il reste enfant unique. Il quitte sa ville natale à l’âge de six ans pour s’installer avec sa famille à Paris, où se déroule la plus grande partie de sa carrière.

1745 (13 ans). Les dispositions artistiques de Fragonard sont précoces et c’est le notaire chez qui il devient clerc à treize ans qui remarque ses dons artistiques.

1746 (14 ans). Après avoir quelque temps travaillé avec Jean Siméon Chardin, il entre comme apprenti, à l’âge de quatorze ans, dans l’atelier de François Boucher. C’est grâce à lui que le jeune Fragonard affirme ses dons et apprend à copier les maîtres.

1752 (20 ans). Boucher le présente bientôt au prestigieux grand prix de peinture de l’Académie royale qu’il remporta en grâce à son tableau Jéroboam sacrifiant aux idoles.

1752-1755 (20-23 ans). Une carrière dans la peinture d’histoire lui semble alors toute tracée. Il entre ainsi durant trois années à l’École royale des élèves protégés alors dirigée par le peintre Charles van Loo.

1756-1761 (24-29 ans). Fragonard effectue son Grand Tour et part en 1756 pour l’Académie de France à Rome en compagnie de son ami Hubert Robert (un autre peintre ayant remporté le prix de Rome) et l’architecte Victor Louis. Il y résidera jusqu’au mois d’avril 1761 et y est notamment influencé par le peintre Giambattista Tiepolo et le style baroque de Pierre de Cortone,

1761-1762. Cascatelles de Tivoli (musée du Louvre). Legs du Docteur Louis La Caze. L’attribution ancienne à Hubert Robert illustre les liens entre les deux artistes qui ont parfois dessiné côte à côte dans la campagne italienne, auprès de l’abbé de saint-Non, à qui a peut-être appartenu ce tableau.

Jean-Claude Richard de Saint-Non devient, à cette époque, son protecteur et principal commanditaire. Il quitte dès lors la Ville éternelle pour la France après avoir achevé en septembre un long périple qui l’a vu traverser les villes de Florence, Bologne et Venise notamment. Il obtient un atelier au palais du Louvre où il vit et est chargé de décorer la galerie d’Apollon5.

1765 (33 ans). Son tableau Corésus et Callirhoé, commandé pour la manufacture des Gobelins pour la tenture des amours des dieux, le fait entrer à l’Académie et remporte un grand succès au Salon.

Mais, désespérant d’atteindre le premier rang dans ce genre classique, il le quitte pour des scènes de genre érotiques qui obtiennent le plus grand succès auprès de la Cour de Louis XV. Il devient bientôt le peintre à la mode, peint des paysages illusionnistes et des portraits puis des tableaux de cabinets.

1765-1770 (33-38 ans). Le triomphe de Vénus (musée des Beaux-arts de Besançon ). Fragonard s’est, à quelques reprises, essayé à la grande peinture décorative.

« Notre tondo constitue justement un témoignage exceptionnel des quelques essais menés par le peintre dans ce contexte[…], nous sommes bien là en présence d’un projet pour la décoration d’un plafond, peut-être d’une coupole. Le sujet représente un traditionnel triomphe de Vénus dans le ciel, couronnée par une Renommée, la déesse de l’amour charnel est accompagnée de putti, de suivantes et de colombes qui animent la composition. Un thème somme toute bien conforme à l’esprit de Fragonard pour une forme bien étrangère à ses habitudes picturales » (source : De Bellini à Bonnard).

1769 (37 ans). Fragonard épouse une peintre en miniature également originaire de Grasse, Marie-Anne Gérard, sœur de Marguerite Gérard. La même année naît leur première fille Rosalie (1769-1788).

Portrait de Fantaisie, autrefois identifié à tort comme un portrait de Denis Diderot.

Le temps du portrait chez Fragonard et Diderot, Anthony Wall, dans Littérature, 2013/3 (n°171), pages 88 à 101.

« En juin 2012 paraît sur le marché de l’art un dessin singulier dans lequel l’expert en tableaux Hubert Duchemin reconnaît fort heureusement la main de Jean-Honoré Fragonard. Sur une petite feuille de papier vergé comportant dix-huit croquis (la plupart d’entre eux montrant un portrait de fantaisie  déjà connu) on croirait voir l’effigie de Denis Diderot. Sous le croquis d’un personnage feuilletant un livre, Fragonard a pourtant écrit non le nom Diderot, mais celui d’un littérateur beaucoup moins connu, beaucoup moins éclatant aussi : Meusnier. En décembre 2012, Carole Blumenfeld publie un ouvrage détaillant les révélations rendues possibles par ce dessin  : outre la surprise, peut-être même la déception, de découvrir que Diderot a irrémédiablement disparu des portraits de fantaisie, nous découvrons un chapitre sur la théorie du portrait que Fragonard met en œuvre avec cette feuille-ci et, plus généralement, dans bon nombre de ses portraits peints et dessinés ».

1769 (37 ans). Portrait de l’abbé de Saint-Non, amateur d’art, dessinateur, graveur, ami de l’artiste.

L’abbé de Saint-Non (1727-1791) est l’un des plus fidèles admirateurs de Fragonard. Une étiquette ancienne, au dos de l’œuvre : portrait de Mr. l’abbé de St Non, peint par Fragonard en 1769, en une heure de temps.

1770 (38 ans). Perrette et le pot au lait (musée Cognacq-Jay). Le lait tombe : adieu, veau, vache, cochon, couvée !

« Le jupon s’envole et laisse apparaître deux jambes dénudées. Perrette, sens dessus dessous, pleure sa vertu perdue ou ses rêves de fortune. Les représentations du faux-pas, de la chute abondent au XVIIIe siècle et sont prisées pour leurs associations érotiques sous-jacentes. Le lait ainsi répandu, ce sont tous les gains liés à sa vente qui se volatilisent, représentés sous forme de nuées tourbillonnantes s’échappant de la cruche ».

Poster un commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, BF. Quiz, C. PACA Corse, D. Italie, E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Le crépuscule des Fêtes vénitiennes

Venise au 18ème siècle. Deux tableaux de Canaletto (1697-1768) et de Michele Marieschi (1710-1743). Six de Francesco Guardi (1712-1793) : série dédiée aux fêtes vénitiennes, peinte entre 1770 et 1780.

Diaporama de 40 photos (musée du Louvre, octobre 2022). Huit œuvres (+ détails et cartels).

Le départ du Bucentaure vers le Lido de Venise, le jour de l’Ascension (vers 1770-1780)

Quiz :  le premier tableau (ci-dessous, en noir et blanc) est aussi un tableau de Guardi, mais il n’appartient pas au Louvre. Dans quel musée des Beaux-arts peut-on l’admirer ?

1797 : La fin de Venise. Source : extrait de l’article de Wikipédia. « Après environ un millénaire d’indépendance, la république de Venise fut occupée par les troupes de Napoléon Bonaparte, le mai 1797, au terme de la campagne d’Italie. L’invasion des Français mit ainsi un terme aux libertés politiques des patriciens vénitiens.

Commentaires fermés sur Le crépuscule des Fêtes vénitiennes

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AI. Art médiéval et moderne, BA. Photos, BF. Quiz, D. Italie, E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Mobilité internationale

L’âne à l’honneur. Quiz du W-E

L’âne à l’honneur en trois parties : ânes au cœur de la peinture d’un artiste contemporain et de deux scènes du Nouveau Testament, personnage central de deux films récents.

Partie 1. Quiz : ânes / ânesses dans 6 tableaux d’un artiste contemporain.

Diaporama de 6 photos (Pierre Dubois, octobre 2022)

Quiz. A. Qui est l’artiste auteur des 6 toiles?

B. Dans quel musée son œuvre est-elle exposée actuellement ?

C. Titre et date d’au moins deux des six tableaux ?

Le Quiz a été trouvé (cf; le commentaire) : merci Jean-Marc. Pour aller plus loin : Gérard Garouste, l’exposition. Boutique du Centre Pompidou (Paris), 58 pages, 10 euros 30.

Partie 2. L’âne au cœur de deux épisodes du Nouveau Testament

Bernard Antérion, L’âne, humble animal biblique et riche symbole, Imaginaire & Inconscient, 2003/3 (no 11), pages 117 à 118.

Entrée de Jésus dans Jérusalem. Chronique du 28 mars 2021 : 31 photos. « Il avait dit à ses disciples : allez au village et vous trouverez une ânesse et un ânon et si on vous demande quelque chose, dites : le Seigneur en a besoin ! Comme en eurent besoin Balaam et le messie pacifique de Zacharie. La monture n’est pas brillante, mais elle est solide. Elle est liée à la marche et à la démarche du Seigneur sur le chemin des hommes; elle est solide, commune, familière et proche de la volonté de Dieu même dans ce qu’elle a de plus surprenant pour les hommes : outil de bénédiction plutôt que de malédiction, outil de lucidité plutôt que de vanité, instrument de service et de paix plutôt que de gloire et de conquête ». Peinture (1480) ci-dessous : Martin Schongauer, Musée Unterlinden, Colmar.

Fuite en Égypte. Chronique du 25 janvier 2022 : 38 Fuites en Égypte. « L’Ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : Lève-toi, prends avec toi l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte ; restes-y jusqu’à nouvel ordre, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. Joseph se leva, prit avec lui l’enfant et sa mère, de nuit, et se retira en Égypte. Il y resta jusqu’à la mort d’Hérode (Matthieu, 2, 13-15) ».

Corrado Giaquinto, Le repos pendant la fuite en Égypte, vers 1736-1737, Musée du Louvre.

Partie 3. L’âne au cœur de deux films récents

1 commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, AH. Histoire 19-20èmes siècles, AI. Art médiéval et moderne, BA. Photos, BF. Quiz, C. Ile-de-France, D. Italie, E. Arts Lettres Langues, E. Mobilité internationale, E. Sciences humaines et sociales

Fromages du 18ème et d’aujourd’hui

Les vacances d’été sont terminées. Place à une nouvelle année de travail, d’école, voire de retraite. Une année avec ses multiples incertitudes climatiques, politiques et économiques. Il me semble pourtant utile de la commencer par le Manger et le Boire et par un Quiz.

Place au Manger d’abord : Fromages du 18ème et d’aujourd’hui.

J’ai eu le très grand plaisir de pouvoir goûter 5 des 25 fromages présentés sur chariot, dans un restaurant du Sud du Bas-Rhin.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Quiz : pour gagner, il faut nommer le maximum de ces 25 fromages et si possible indiquer le nom du restaurant et de son chef

Place au Boire dans la chronique de demain : eaux-de vie de cerises, dont la fabrication a été octroyée, en 1726, à tous les citoyens par le cardinal Armand-Gaston de Rohan dans la partie de son évêché située sur la rive droite du Rhin.

Partie 1. L’Encyclopédie et les Fromages du  XVIIIème siècle. Source : extraits de l’article du blog Androuet.

« L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, éditée de 1751 à 1772 sous la direction de Diderot et D’Alembert décrit longuement les fromages de l’époque, comme par exemple les pâtes cuites type Comté ou Gruyère.

On fait le fromage cuit dans des chaumes construites sur les sommets aplatis des plus hautes montagnes des Vosges pendant tous le temps qu’ils sont accessibles et habitables, c’est-à-dire depuis la fonte des neiges, en Mai jusqu’à la fin Septembre, où les neiges commencent  à couvrir ces montagnes.

Une chaumière destinée au logement des markaires et de leurs vaches, et placé au milieu d’un district affecté pour les pâturages, a donné le nom à ces chaumes. Le terme de Markaire est consacré pour indiquer les pâtres qui ont soin des vaches, et qui préparent le fromage, ainsi que ceux qui sont à la tête de ces établissements économiques. De Markaire on a formé Markairerie, qui signifie également et la chaumière, et la science de faire les fromages cuits. Ces habitations sont composées d’un logement pour les markaires, d’une laiterie et d’une écurie pour les vaches ; le plus souvent la laiterie n’est pas distinguée du logement des markaires, mais il y a toujours à part une petite galerie destinée à placer les fromages qu’on sale sur des tablettes de planche de sapin fort larges.

Le corps de ces constructions est fait de madriers de sapin placés horizontalement les uns sur les autres, et maintenus par de gros piquets. L’intervalle des madriers est rempli de mousse et d’argile, ou scellé de planches : toute cette cage, qui n’a pas plus de sept piés d’élévation, est surmontée par une charpente fort légère en comble, couverte de planches. L’écurie est le plus souvent un bâtiment séparé de l’habitation des markaires ; on a soin au-dessous d’une petite source, telle qu’il s’en trouve fort fréquemment sur ces montagnes élevées. L’eau conservée d’abord dans un réservoir qui domine ces habitations, est conduite par des tuyaux de sapins mis bout-à-bout, dans le logement des markaires, et surtout dans l’écurie…

Dans le logement des markaires, qui est aussi leur laiterie, on remarque d’abord le foyer qui est placé à un des angles du bâtiment sans tuyau de cheminée. Quatre ou cinq assises de granite ou de pierre, de sable disposées en forme circulaire en composent toute la maçonnerie. D’un côté, on aperçoit un baril où l’on conserve du petit-lait aigri, et que l’on tient toujours exposé à l’action modérée du feu ; de l’autre est une potence mobile, à laquelle on suspend une chaudière pleine de lait, qu’on place sur le feu et qu’on retire à volonté ; la forme circulaire du foyer est destinée à recevoir la chaudière ».

Partie 2. Dépassé le chariot de fromage au restaurant ? État des lieux d’une tradition bien française. Source : extraits de l’article de Franck Pinay-Rabaroust, sur le bloc Atabula, mai 2018.

« Lorsqu’au restaurant on présente le menu, les clients sont souvent tentés de sauter l’étape fromages car on peut le manger à la maison. Et pourtant les restaurateurs persistent à les présenter. Leur démarche est créative et pas la même partout. Quelles sont les astuces qui peuvent inciter, après un repas copieux et avant le dessert, à prendre un peu de fromage ? Éléments de réponse de Paris à Nîmes en passant par Reims.

2 Commentaires

Classé dans BA. Photos, BF. Quiz, E. Agriculture

Quiz. Saverne, le château et le canal

Cliquer sur les images pour les agrandir

Saverne. Le château est celui des Rohan (façade sur le parc) et le canal, celui de la Marne-au Rhin à la hauteur de l’écluse double.

Quiz. Sur la photo de juin 2020, le château actuel et le canal existent.

Question 1. A quelle date, ni l’un ni l’autre n’existaient ?

Question 2. Depuis quand le château et le canal existent-ils tous les deux ?

Question 3. Lequel, du château ou du canal, a-t-il été construit le premier ? Indiquer les dates de début et de fin de chacun des chantiers.

Des indices dans :

« Après plus de deux mois de travaux, la grande écluse de Saverne sera remise en eau, dans une version modernisée, à la fin du mois de mars. Juste à temps pour la saison touristique sur le canal de la Marne au Rhin, dont la ville est une escale clé.

Il a fallu ériger un barrage en amont de la grande écluse, vider le port de la ville de ses bateaux, avant d’attaquer les travaux début janvier : remplacement des vannes, des portes, réparation de la pierre et des joints… Un large lifting à 1,4 millions d’euros, entrepris par Voies navigables de France pour rendre l’ouvrage plus fiable et plus économe en eau ».

Commentaires fermés sur Quiz. Saverne, le château et le canal

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, BF. Quiz, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture, E. Mobilité internationale, E. Sciences

Louis Pasteur, 30 ans en 1852

« En 2022, le monde célèbre le bicentenaire de la naissance de Louis Pasteur. Le découvreur du vaccin contre la rage et de la pasteurisation est né à Dole dans le Jura, le 27 décembre 1822.

Quiz du week-end : page 2 de cette chronique.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Pasteur a toujours montré un attachement profond pour le Jura : en 1826, la famille s’installe à Marnoz ; en 1827, elle déménage à Arbois ; en 1831, Louis y entre au petit collège et y étudie jusqu’en 1838.

La maison natale de Pasteur est aujourd’hui un musée aux collections riches et bien mises en valeur. Diaporama de 36 photos (juin 2022).

Commentaires fermés sur Louis Pasteur, 30 ans en 1852

Classé dans AA. Universités : billets d'humeur, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, BF. Quiz, C. Bourgogne Franche-Comté, E. Agriculture, E. Médecine Pharmacie, E. Mobilité internationale, E. Sciences

1er mai 2022, manif à Strasbourg

Depuis 2009 et chaque année, chroniques et photos du blog dédiées à la manifestation du 1er mai à Strasbourg.

Temps maussade, 14 degrés. Départ de la place Kléber. Fin de la manif : place Broglie, deux heures plus tard.

Diaporama de 48 photos.

La bannière « Résistance » a déjà servi. Quiz : en quelle année ?

Celle pour la retraite à 60 ans est nouvelle. Mais il ne s’agit pas d’une bannière syndicale mais d’une bannière portée par des jeunes affiliés ou sympathisants d’un des partis de gauche.

Cliquer sur les images pour les agrandir

1 500 participants selon les nouvelles données à la radio à 13 heures.

Je me rends compte que d’une manif à l’autre depuis 2009, la première partie du défilé, celle conduite par les syndicats, est devenue minoritaire, faute d’être intersyndicale (absence de drapeaux de la CFDT, de la CFTC, de la CFE-CGC, du SNPTES). Parmi les présents, les militants cégétistes demeurent les plus nombreux. Les autres, militants de FO, de Sud-Solidarité, de l’UNSA, du SNES et de ses différentes branches, ne font pas masse.

Les salariés d’une entreprise privée (une seule), syndiqués à la CGT, affichent leurs objectifs, leurs revendications : Punch Powerglide. La formulation est offensive : ils demandent un partage équitable de la bonne santé de l’entreprise.

Commentaires fermés sur 1er mai 2022, manif à Strasbourg

Classé dans BA. Photos, BF. Quiz, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Quiz. 2 peintres et 2 portraits

Au 18ème siècle, le portrait est à la mode.

Ce quiz est l’occasion de découvrir deux peintres français qui ont peint deux femmes appartenant au Royaume de France.

Félicitations et merci à JMJ pour sa bonne réponse :
Louis Tocqué, Marie Leszczynska, reine de France, musée du Louvre

Question 1. Qui sont ces deux femmes nobles ? Ont-elles un lien de parenté?

Question 2. Par quel peintre français la plus âgée a-t-elle été peinte en 1740?

Question 3. Et la plus jeune, par qui son portrait a-t-il été peint en 1750-1751?

Félicitations et merci à JMJ pour sa bonne réponse :
Nattier, portrait de Marie-Adélaïde de France, fille de Louis XV, dite Madame Adélaïde, musée Cognacq-Jay

Commentaires fermés sur Quiz. 2 peintres et 2 portraits

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, BF. Quiz, C. Ile-de-France, E. Arts Lettres Langues

Quiz. Trouver le sculpteur !

Quiz en trois questions et photos :

  • 1. qui est le sculpteur représenté par ce buste et auteur des deux œuvres des questions 2 et 3?
  • 2. qui est ce militaire du milieu du 18ème siècle ?
  • 3. quel est l’évènement historique célèbre, évoqué par ce haut-relief imposant ?

Question subsidiaire : dans quel musée de province peut-on admirer ces 3 œuvres ?

Cliquer sur les images pour les agrandir

Commentaires fermés sur Quiz. Trouver le sculpteur !

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, BF. Quiz, E. Arts Lettres Langues

Quiz. Une ville, un fleuve en 1787

Quiz. Une Ville, un fleuve : vue panoramique en 1787.

  • Le nom de la ville ?
  • Le nom du fleuve ?
  • Le nom du peintre ?
  • Le nom de la cathédrale ?

Commentaires fermés sur Quiz. Une ville, un fleuve en 1787

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BF. Quiz, C. Centre Val de Loire, E. Arts Lettres Langues