Archives de Catégorie: C. Bourgogne Franche-Comté

Le président joue l’apaisement

Université de Franche-Comté, suite de la chronique du 20 février 2017 : le président Jacques Bahi a appelé la police

14 avril 2017, dans un long courrier adressé à ses cher-e-s collègues et à ses cher-e-s étudiant-e-s, le président Bahi revient sur l’évènement du 14 février. Il confirme ce qu’il avait dit dans le feu de l’action : « les faits liés à cet évènement [faits de nature à porter atteinte à l’ordre ou au bon fonctionnement de l’université] relèvent du conseil de discipline ».

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Depuis le 14 février, le président fait observer que plusieurs réunions se sont déroulées et ont confirmé une « volonté d’apaisement au sein de la communauté universitaire »…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Bourgogne Franche-Comté

La Sudversion à Besançon

Sud Éducation (syndicat de Franche-Comté), Nouvelles de la sudversion, n°36, avril 2017.

Université de Franche-Comté (UFC), Besançon. Ce numéro de Sudversion revient sur le Conseil d’administration du 14 février 2017 : le président Bahi a appelé la police nationale. Lire également le communiqué de l’Intersyndicale.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Sudversion met en image la dite séquestration des membres du conseil d’administration.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Bourgogne Franche-Comté

Quiz. 1453, la croisade, l’Europe

Idée de Quiz, venue du livre de Georges Minois, Charles VII, un roi shakespearien, Perrin, 2005, page 749 et 750.

« 1453 marque la véritable fin de la guerre de Cent ans. Mais le grand évènement de l’année se déroule en Orient, où Constantinople tombe aux mains des Turcs. A côté de cette catastrophe, la reprise de Bordeaux aux Anglais est une anecdote mineure. Le dernier rempart de l’Europe chrétienne contre la vague islamique vient de tomber. A Rome, c’est la consternation, et pour le pape une nouvelle croisade s’impose. Les principaux souverains européens sont contactés. Nicolas V leur demande d’oublier leurs querelles et de joindre leurs forces contre l’infidèle.

Charles VII (1403 – 1461) devait être une pièce maîtresse dans l’expédition projetée, avec l’empereur Frédéric III, le roi d’Aragon et le duc de Bourgogne, Philippe. Mais Charles VII n’a aucune intention de se lancer dans une pareille aventure… D’ailleurs, dans le reste de l’Europe, on ne se bouscule pas pour aller à la Croisade : ni le roi d’Angleterre, ni le roi d’Aragon, ni Gênes, ni Venise ne manifestent la moindre intention d’y participer, ce qui provoque cette remarque désabusée de l’évêque… »

Quiz : quel évêque a fait la remarque désabusée qui suit ?

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, B. Quiz, C. Bourgogne Franche-Comté, D. Allemagne, D. Espagne, D. Europe (autres), D. Italie

Le président a appelé la police

20 février 2017, Université de Franche-Comté (UFC), Besançon, communiqué de l’Intersyndicale* à propos du Conseil d’administration du 14 février 2017 : le président Bahi a appelé la police nationale

p1000855Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Liens cités par le communiqué de l’Intersyndicale :

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Bourgogne Franche-Comté

Dijon, Notre-Dame (42 photos)

Notre-Dame de Dijon : architecture extérieure et intérieure (26 photos), vitraux (Adam et Eve, Fuite en Égypte, 16 photos). Sources et citations : Wikipédia. Autres sources en Note finale.

Histoire. « À l’emplacement de Notre-Dame se trouvait à l’origine, avant la seconde moitié du XIIe siècle, une simple chapelle, située hors de l’enceinte de la cité et dénommée chapelle Sainte-Marie ».

Vers 1150, « la chapelle fut reconstruite dans le style roman. À sa place, les Dijonnais élevèrent à partir des années 1220 l’église gothique actuelle. Notre-Dame étant située au milieu d’un quartier populaire, la place faisait défaut et l’architecte, resté inconnu, usa de nombreuses techniques inédites pour ériger l’église. Par exemple, tout le poids de la charpente et de la toiture repose sur les piliers et non sur des arcs-boutants, permettant ainsi d’utiliser un maximum de surface au sol pour l’intérieur de l’édifice »…

p1470315Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté

Quatre vierges allaitantes

Dijon, Musée des Beaux-Arts, Quatre vierges allaitantes, album de 16 photos.

C’est la première fois qu’en cherchant en ligne des informations sur des peintures, je trouve des notices faites par une étudiante de master : bravo aux enseignants pour la valorisation des recherches de leurs étudiants. Deux notices ci-dessous d’Olympe Sauvage extraites du Catalogue des objets de dévotion domestique du musée des Beaux-Arts de Dijon, XIIIe-XVIe siècle, mémoire de master 2 sous la direction de Daniel Russo et Sophie Jugie, Université de Bourgogne, 2008)

La vierge allaitant l’enfant Jésus. « Copie d’après le Maître de Flémalle (un des membres de l’atelier de Robert Campin, peintre né à Valenciennes vers 1375, établi à Tournai en 1406 où il mourut en 1444).Peinture à l’huile sur bois.

p1470162Cliquer sur les images pour les agrandir

« Le tableau de format ­circulaire présente la Vierge en buste allaitant l’Enfant. Elle le tient de la main droite, coupée partiellement par le cadre. Elle est vêtue d’une robe au ­décolleté arrondi dont ­dépasse une chemise blanche. Un voile fait de plis complexes est posé sur ses cheveux détachés. La Vierge a le visage ovale et des traits réguliers, elle baisse les yeux sur l’Enfant. Celui-ci tourne son regard vers le lecteur de l’œuvre tout en continuant à téter le sein maternel qu’Il tient de sa main gauche. Une étoffe lui couvre l’épaule droite. La Vierge et l’Enfant sont placés devant un fond d’or moucheté de petits traits disposés en quinconce. En plus d’un dessin minutieux, le rendu des matières est soigné, notamment pour le drapé de la coiffe, les chevelures et le modelé des visages, les plis de la robe. Le cadrage rapproché renforce la proximité avec le fidèle. Cette Vierge allaitante s’inspire de La Vierge allaitant l’Enfant attribuée au Maître de Flémalle, conservée au Städel Museum de Francfort. Le thème de la Vierge allaitante est à associer à l’iconographie de la Vierge de tendresse qui se développe à la fin du Moyen Âge et évolue au XIVe siècle vers une représentation plus humaine avec des attitudes plus libres et variées du couple mère et enfant : la Vierge peut être debout, assise, à genoux ou allongée. Elle protège, caresse ou allaite l’Enfant qui se place sur le bras, la hanche ou le genou maternel. Moment d’intimité, les représentations de la Virgo Lactans célèbrent la vie transmise par la mère à l’enfant ».

Saint Luc peignant la Vierge, diptyque, Anonyme des anciens Pays-Bas, 15e siècle, peinture à l’huile sur bois.

p1470168

« La scène est répartie sur les deux panneaux, saint Luc et la Vierge allaitant l’enfant sont dans le même espace, présentés tous deux de trois quarts de face. Il s’agit d’un jardin clos délimité par un mur de briques. Derrière ce jardin se déroule un paysage dont la distance est rendue par une perspective atmosphérique, avec l’utilisation de tons froids pour ce dernier contrairement aux personnages distincts par des tonalités beaucoup plus vives.

L’individualisation de la physionomie de saint Luc a fait dire à Charles Cuttler qu’il s’agissait du portrait de Jérôme de Busleiden (humaniste ardennais ayant vécu entre 1470 et 1517) ou d’un membre de sa famille. Enfin, la présence du boeuf, discret mais dont le regard vient à notre rencontre, nous inclut comme spectateur de la scène. De plus, la présentation à mi-corps place cette présentation dans la tradition de l’icône. Dans la composition d’origine, même les personnages à la balustrade sont dans un dialogue interne à l’oeuvre, ce monde demeure autonome et refermé sur lui même.

En sus de cette identification de saint Luc, il nous semble important de souligner la place privilégiée accordée à saint Luc comme témoin et écrivain de la révélation, mais aussi comme patron des peintres, justifiant leur activité par sa propre réception de l’image de la Vierge. A ce titre, la popularité du thème éxécuté ici peut être comprise comme une exaltation des vertus picturales mises en oeuvre par l’artisan et de son rôle de médiateur dans la présentation de la doctrine chrétienne.

Une grande place décorative est accordée aux étoffes par leur brocart à motifs végétaux. Celle-ci a incité certains chercheurs à inclure ce diptyque dans les œuvres attribuées au Maître au feuillage brodé. Ce groupe semble toutefois controversé ».

La Vierge allaitant l’enfant entre saint Pierre et saint François, Alvaro di Piero Pirez, 15e siècle (1ère moitié), peinture à l’huile sur bois, fond d’or.

p1470225

« Le groupe de ce tableau forme une composition relativement fermée, pleine de délicatesse et de sentiment. Quant aux ramages du fond, ils sont d’un effet plus riche, plus subtil et mieux rythmé que d’autres oeuvres attribuées à Alvaro Pires, ce qui peut laisser penser qu’il s’agit d’une de ses dernières œuvres ».

Vierge allaitante, Maitre au brocard d’or, vers 1500.

p1470166

Pour aller plus loin. La maternité dans l’iconographie mariale. Les Vierges enceintes ou allaitantes dans l’art chrétien, par M. Christian Jouffroy, membre titulaire, 34 pages, 2007.

Vierge allaitante au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg.

Cinq vierges allaitantes, Quiz pour Noël 2016.

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Sculptures polychromes (Talant)

Église Notre-Dame de Talant (Côte d’Or). Sources et citations : Lieux sacrés pour les sculptures, Mes vitraux favoris pour les vitraux modernes de Garouste et Parot. Album de 39 photos.

« L’église paroissiale de Talant, située sur le point culminant de la ville de Dijon, dans la cour de l’ancien château et dominant le lac Kir, fut construite en 1208 à l’initiative du Duc de Bourgogne Eudes III. De forme basilicale, elle est dédiée à la Vierge Marie.

p1470383

Terminée au XIVème siècle, elle fut consacrée le 2 juillet 1430 par Charles de Poitiers, archevêque de Langres, ainsi que le porte une inscription gravée sur l’un des piliers de la nef principale. Sous les poussées de la voûte et du clocher, les murs gouttereaux de la partie orientale s’inclinèrent vers l’extérieur. Pour éviter la chute, des arcs-boutants extérieurs furent construits au XVème siècle, puis refaits au XIXème ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté

1390, de Baerze et Broederlam

Dijon, Musée des Beaux-Arts, Retable des saints et martyrs et Retable de la crucifixion. Album de 23 photos

Pour aller plus loin, chroniques et photos du blog sur deux autres retables du musée : Quatre docteurs de l’Église, Martyre de Sainte Marguerite.

copie-de-p1470248Cliquer sur les images pour les agrandir

Les deux retables proviennent de la chartreuse de Champmol. Commandés en 1390, ils ont été sculptés par Jacques de Baerze à Termonde, puis peints et dorés à Ypres par Melchior Broederlam. Ils furent installés en 1399, le Retable des saints et martyrs, sur l’autel de la salle du chapitre, le Retable de la crucifixion, sur l’autel d’une chapelle latérale, appelée chapelle du duc de Berry.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté

Martyre de Sainte Marguerite

Dijon, Musée des Beaux-Arts, Retable du Maître des Ronds de Cobourg représentant Sainte Marguerite d’Antioche. Album de 23 photos.

p1470176Cliquer sur les images pour les agrandir

Vie de Sainte Marguerite. « Le culte de Sainte Marguerite arriva en Europe à l’occasion des croisades et devint dès le XIème siècle très populaire. Jacques de Voragine, pour sa Légende Dorée, reprend l’histoire trouvée dans le ménologe (le calendrier liturgique) de Siméon Métaphraste (886-912).

Cependant très tôt l’Église Catholique Romaine mit en doute la véracité du martyre de la Sainte. Le Pape Gelase Ier (mort en 496) avait déclaré apocryphe les Actes de Sainte Marguerite, et en 1969 sa fête fut retirée du calendrier liturgique.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté

Quatre docteurs de l’Église

Dijon, Musée des Beaux-Arts, deux volets de retable (Suisse, fin du XVe siècle) représentent les 4 premiers docteurs de l’Église : Grégoire Ier dit le Grand (540-604), pape, Ambroise de Milan (339-394), évêque, Jérôme (vers 347-420), moine et bibliste, Augustin d’Hippone (354-430), évêque.

Album de 14 photos.

p1470208Cliquer sur les images pour les agrandir

« Dans l’Église catholique, un docteur de l’Église est un baptisé, homme ou femme, dont l’Église reconnaît l’autorité exceptionnelle dans le domaine de la théologie (eminens doctrina). La profondeur de leur foi, alliée à la sûreté de leur pensée et la sainteté de leur vie donnent à leurs écrits et leur enseignement un poids et une influence durable et remarquable dans le développement de la doctrine chrétienne.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté