Archives de Catégorie: C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie)

Mondes anciens. 5 thèses en cours

Université de Lille, 23 mai 2018, Rencontre des doctorants d’HALMA (Histoire, Archéologie, Littérature des Mondes Anciens).

Résumé de cinq communications sur le Blog Insula, par Christophe HugotCliquer sur l’image pour l’agrandir

« Le mercredi 23 mai 2018, le laboratoire Halma UMR 8164 (CNRS, Université de Lille, MCC) organise une rencontre durant laquelle des doctorants du centre de recherche présentent leur travail académique.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Tourcoing. SHS et Réalité virtuelle

Suite de la chronique : Lille, Frédérique Vidal en visite à EuraTechnologies. 12 février 2018, Tourcoing (Plaine Images). Frédérique Vidal a inauguré un « dispositif inédit et innovant de réalité virtuelle réalisé dans le cadre du projet Irdive, Innovation et Recherche dans les Environnements Visuels Numériques et Interactifs« .

« IRDIVE est une plateforme technologique en Sciences Humaines et Sociales lauréate de l’appel à projets Équipements d’Excellence 2011 du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos, C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, E. Sciences humaines et sociales

Lille, F. Vidal, Euratechnologies

12 février 2018, Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, est en déplacement pour s’enquérir des innovations en Hauts-de-France, à Lille (Euratechnologies) et à Tourcoing (Equipex Irdive, chronique à suivre). Sans lien avec la visite de la ministre, le 24 janvier 2018, un ami lillois, professeur de géographie-climatologie, me faisait découvrir in situ la reconversion des usines Le Blan Lafont : album de 30 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

1.Du temps du coton, avant Euratechnologies. L’industrie cotonnière aux Bois blancs : de la prospérité à la fermeture des usines, en passant par la crise (Sources : Wikipédia et Euratechnologies). Lire Sociologie de Lille (page de couverture du livre et carte des projets d’aménagement de la métropole : photos).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos, C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), E. Ingénierie, E. Sciences

Lille. Réussite en 1ère année SHS

Quatrième test sur les taux de réussite en 1ère année de licence d’Histoire : le cas de l’université de Lille 3 Sciences Humaines et Sociales, intégrée dans l’université de Lille fusionnée au 1er janvier 2018. Les cas précédents analysés sur ce blog  : Nantes, Nice, Paris-Est Marne-la-Vallée.

Pourquoi l’Histoire ? Parce que j’étudie cette matière à l’université de Strasbourg en tant qu’auditeur libre. Pourquoi Lille 3 ? Parce que j’y ai enseigné la sociologie en AES de 1980 à 1988.

Parcoursup propose… sept licences d’Histoire à Lille. C’est évidemment une première difficulté pour l’orientation de l’élève de terminale. C’est plus clair sur le site de la Faculté. Était-il indispensable de faire état de ce nombre dans Parcoursup ?

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Bruges. Beffroi, Stadhuis, Églises

Suite de la chronique : Histoire de Bruges médiévale en Pays-bas. Chronique et 102 photos dédiées aux principaux édifices dont le début de la construction remonte au Moyen Age : le beffroi, l’hôtel de ville (Stadhuis), trois églises, la bourse.

1.Le beffroi (album de 43 photos)

Source Wikipédia. « À l’emplacement de l’actuel beffroi de Bruges se trouvait à l’origine une première construction surmontée d’une tour en bois érigée en 1240. La construction abritait les halles aux laines et aux draps et des entrepôts. La tour avait une fonction plus administrative et servait à l’époque aux magistrats de la ville. Elle comportait une salle de coffres ainsi que les archives de la ville.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Un incendie détruisit la tour en 1280. Elle fut reconstruite au même emplacement, sur la halle aux draps, à la fin du XIIIe siècle, avec deux hauts soubassements quadrangulaires superposés en brique (photo), et la base des quatre tourelles aux angles avec flèches en pierre au sommet. C’est l’un des plus anciens exemples de l’architecture gothique en brique en Flandre.

Les halles de la ville se sont étendues au cours du XVe siècle et notamment entre 1482 et 1486. On abattit alors la flèche de bois pour construire à la place la saisissante partie supérieure de forme octogonale, en pierre blanche cette fois, puissante et élancée, surmontée d’une délicate couronne ajourée, dans le nouveau style gothique brabançon. Cette adjonction augmenta de plus d’un tiers la hauteur de la partie en maçonnerie de la tour.

Les halles se trouvant sous la tour avaient une fonction commerciale. Elles étaient composées de plusieurs salles où les artisans, avec l’aval de la ville, commercialisaient leurs produits. Au deuxième étage se trouvait une chambre forte (la salle du Trésor) et les archives de la ville.

Avant le XVIe siècle, les cloches du beffroi étaient actionnées manuellement. Le fait de sonner les cloches avait une signification particulière, notamment :

  • l’ouverture et la fermeture des portes de la ville ;
  • une « cloche de travail » qui indiquait le début et la fin du temps de travail. Il était alors interdit de travailler avec une luminosité insuffisante ;
  • une cloche qui annonçait quand il n’était plus permis d’être en rue sans torche ;
  • des cloches festives (par exemple, pendant la procession du Saint-Sang).

Après l’incendie de 1741 le carillon fut équipé de 47 cloches, fondues par Joris Dumery, pour un total de 27,5 tonnes. Elles sont encore utilisées actuellement ».

2. Le Stadhuis sur la place centrale (album de 21 photos)

Source Visiter Bruges. « L’Hôtel de Ville (1376-1420) compte parmi les plus anciens des Pays-Bas. C’est d’ici que la ville est administrée depuis plus de 600 ans.

Après l’assassinat de Charles le Bon (1127), Bruges reçoit une charte de Ville, ce qui confère plus d’indépendance à sa politique et lui donne ses propres échevins. En 1376, l’on entame la construction sur le Burg d’une Schepenhuis (maison des Échevins). Sa construction va durer des siècles; l’on est aussi constamment confronté à un manque de place… Lors de la restauration de la façade en 1959, les statues se révèlent de piètre qualité et sont retirées. Jusqu’en 1989, Bruges se chamaille pour savoir comment remplir les niches vides. Finalement, la Ville demande à des sculpteurs de remettre en honneur la conception initiale, avec des personnages bibliques et des souverains laïques ».

3. Promenade dans la ville (album de 38 photos pour les points 3, 4, 5 et 6 de cette chronique)

Maisons de briques, couleur ocre ou rouge. « Le pignon à gradins ou pignon à échelons est un pignon ornemental constitué de gradins montants sur ses deux pentes, qui orne souvent le dessus des édifices de l’architecture gothique et Renaissance en Europe du Nord, en particulier dans les contrées germaniques, flamandes et néerlandaises, et scandinaves ».

4. La Basilique du Saint-Sang

Source Bruges Tourisme. « Le bâtiment ne ressemble pas à un édifice religieux car il est ne dispose pas de clocher et est de taille modeste.

Depuis le 12ème siècle se tient une chapelle initialement dédiée à Saint-Basile. Au retour de croisades en 1147, Léonius de Furnes abbé et aumônier du comte de Flandre Thierry d’Alsace rapporte de Jérusalem la relique du Saint-Sang. Il garde la relique avec lui en permanence puis en 1150, il dépose le précieux chargement dans l’église.

La façade, de couleur gris foncé rehaussé par des sculptures dorées, conjugue à la fois le style gothique et le style renaissance. Sur cette façade, une sculpture de Thierry d’Alsace avec en médaillon la femme qu’il épousa durant la croisade, Sibylle d’Anjou. cette scène est complétée par sept autres sculptures de bronze doré représentant Philippe d’Alsace ou encore Isabelle et Marie de Bourgogne ».

5. La Cathédrale Saint-Sauveur

Source Wikipédia. « Bâtie au Xe siècle, la cathédrale est la plus ancienne église de Bruges. Imposant édifice gothique, en brique, elle est flanquée d’une tour haute de 79 mètres, dont le couronnement a été achevé entre 1846 et 1849 en néoroman par un architecte anglais… En 1478, les chevaliers de la Toison d’or se réunissent dans l’église saint-Sauveur après la mort de Charles le Téméraire, pour élire son successeur ».

6. L’Église Notre-Dame

Source Wikipédia. « La construction de l’actuelle église Notre-Dame (Vrouwekerk) commence au XIIIe siècle sur l’emplacement d’une église romane, au cœur historique de la ville de Bruges. Son architecture est composite, trois styles gothiques successifs peuvent y être distingués.

C’est entre 1270 et 1340 que la partie la plus importante et massive de la haute tour est construite, en brique jaune (la couleur originelle de la brique est désormais visible depuis une récente restauration). Cette tour est typiquement flamande et représente un modèle pour de nombreux clochers des régions côtières de la Flandre. Ici elle est placée sur la nef collatérale nord.

Vers le milieu du XVe siècle une flèche de 54 mètres de haut en brique rouge et pierre blanche est ajoutée à l’édifice, portant la hauteur totale de la tour de 115,5 mètres, ce qui en fait l’une des plus hautes constructions en brique du monde ».

7. La Bourse

Source Universalis. « La création de la Bourse, en 1409, marque toutefois un tournant important, dans la mesure où elle initie le déplacement vers le nord de l’Europe des activités financières qui s’épanouiront ensuite sur les places d’Anvers, d’Amsterdam et de Londres. Le mot bourse viendrait d’ailleurs du nom de la famille van der Bourse (ou van den Burse), propriétaire d’un bâtiment dans la ville, près duquel ou dans lequel se tenaient les premières réunions d’échanges financiers.

La ville de Bruges disposait d’atouts précieux pour s’imposer comme le premier siège des investisseurs européens, à commencer par la renommée de ses foires, puis son port qui bénéficiait de l’essor du transport maritime. Mais également le climat de tolérance et de liberté offert aux marchands de toute nationalité et de toute religion ».

Pour aller plus loin : 199 chroniques du blog sur l’Art médiéval.

Site Aparences. Les villes d’art du duché de Bourgogne. Bruges, foyer des Arts.

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté, C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), D. Allemagne, D. Espagne, D. Europe (autres), E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie

Bruges médiévale, en pays bas

Histoire de Bruges médiévale. 35 000 habitants en 1340, près de 100 000 en 1500. Pour la ville, un Age d’or au Bas Moyen-Age et au début de l’Ère moderne.

Bruges, apparue au 9ème siècle, a atteint le summum de son développement urbain, de son dynamisme économique dans l’industrie drapière, de ses activités portuaires, de ses innovations commerciales et bancaires, de son autonomie communale, s’intégrant, non sans conflits, non sans révoltes et non sans combats sanglants, dans le Comté de Flandre, vassalité du roi de France, puis dans les Pays-bas bourguignons, puis dans les Pays-bas espagnols, avant de tomber dans une léthargie certaine, l’ensablement de son chenal vers la mer ne l’expliquant qu’en partie.

Bruges, les comtes de Flandre, les échevins de la commune, les ducs de Bourgogne, et enfin les empereurs germaniques y ont fait montre de leurs richesses, de leurs splendeurs, des fastes de leur Cour, de leurs goûts artistiques.

Trois d’entre eux, Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, Marie de Bourgogne, sa fille, Charles Quint, son arrière petit-fils, ont vécu des épisodes-clés de leur vie, en Flandre, à Bruges ou à Gand.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Bourgogne Franche-Comté, C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), D. Europe (autres), E. Mobilité internationale

Jean-François Millet, 30 ans en 1844

Deux chroniques sur Jean-François Millet (1814-1875) : Millet, 30 ans en 1844, Millet et le travail paysan (à venir).

Biographie. Sources des citations : se référer à la note finale. 1. Maison natale à Gréville, Manche (album de 15 photos). 2. Exposition du Musée des Beaux-arts de Lille (album de 37 photos).

Cliquer sur les images pour les agrandir

1814. Naissance de Jean-François Millet à Gréville, au hameau de Gruchy. Il est le premier enfant de Jean-Louis Nicolas et de Aimée-Henriette Henry, qui possèdent et cultivent une terre d’un peu moins de cinq hectares. Un grand-oncle prêtre et une grand-mère fort pieuse vivent au foyer où règne une atmosphère d’austérité et de rigorisme moral. Le fils aîné va mordre au latin, et un vicaire lui fera aimer Virgile.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans B. Photos, C. Bretagne Normandie, C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), E. Arts Lettres Langues, F. 19ème et 20ème siècles

Loi ORE : premiers toussotements

La Loi ORE (Orientation et Réussite des Étudiants) provoque des premiers toussotements : contre la sélection de fait pour entrer en licence, contre la définition locale des attendus, contre le délai de remontée des attendus dans ParcourSup, pour avoir les moyens nécessaires pour gérer des flux fort importants de dossiers. Prochaine étape : l’action directe (boycottage du traitement des dossiers) ?

Jaspal De Oliveira Gill, présidente de l’UNEF Paris 1.

Bonjour à toutes et à tous, je vous fais part d’un aperçu national des différentes mobilisations contre le Plan Étudiants partout en France. Sur demande du ministère, les CFVU des établissements devaient faire remonter les attendus locaux et les critères de sélection des formations avant le 15 janvier 2018 au ministère afin de pouvoir lancer la plateforme Parcours Sup.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Bourgogne Franche-Comté, C. Bretagne Normandie, C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), C. Ile-de-France, C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon), C. PACA Corse, C. Rhône-Alpes Auvergne, Non classé

Mai 1968

Anniversaire de mai 1968 : 50 ans, un demi-siècle.

Je termine alors mon doctorat de sociologie sur le recours ouvrier dans l’industrie textile du nord de la France. Mai 1968, je participe aux assemblées générales étudiantes et à toutes les manifestations qui ont lieu à Lille.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Octobre 1968, je suis recruté, à Paris, comme chercheur contractuel dans le Laboratoire de sociologie industrielle, dirigé par Alain Touraine. Pourquoi faire ? Pour renforcer une équipe de sociologues : comprendre les plus longues grèves ouvrières de l’après seconde guerre mondiale. On me confie l’analyse des formes d’action utilisées dans les grèves (dont les piquets de grève et les occupations des lieux de travail, les assemblées générales et les comités de grève).

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), C. Ile-de-France, E. Sciences humaines et sociales, F. 19ème et 20ème siècles

Picardie. Éviter la mise sous tutelle

Suite de la chronique du 4 décembre 2017 : Picardie. Une grave crise financière. « Communiqué intersyndical de l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV) : la situation budgétaire de l’UPJV est catastrophique. Elle est devenue si grave qu’est envisagée l’hypothèse de geler, pour un an au moins à compter de 2018, tous les recrutements de personnels« 

Actualisation 22 décembre. Courrier picard, 20 décembre 2017. « Université: un budget 2018 pour éviter une mise sous tutelle. En pleine crise budgétaire, le conseil d’administration de l’UPJV vient de voter une nouvelle offre de formation rationalisée pour 2018, avant de lancer à partir de janvier une restructuration plus profonde ».

Pour aller plus loin. Chroniques du blog sur

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie)