Archives de Catégorie: E. Arts Lettres Langues

Habiter le temps de Lee Ufan

Lee Ufan. Habiter le temps. Exposition au Centre Pompidou Metz, jusqu’au 30 septembre 2019. Trois albums et 66 photos

  • Présentation. « Ce qu’il y a à voir est ce que vous ne voyez pas » (Lee Ufan). Les œuvres de cet artiste à la fois peintre, sculpteur, poète, philosophe, créateur d’environnements, agissent comme autant de révélateurs. Elles attirent l’attention sur le vide, la tension créée par les zones vierges de la toile, ou bien sur la distance entre deux éléments d’une sculpture, sur la position du spectateur, sur les reflets et les ombres : tout ce que nous n’avions pas vu au premier regard, et qui pourtant est là, participe de l’œuvre d’art.
  • Album 1, 15 photos. Le Centre Pompidou, l’affiche de l’expo, les œuvres en coton, pierre et acier.

Cliquer sur les images pour les agrandir

16 mars 2019, 10 heures, peu ou pas de monde dans les 19 salles du niveau 1 du Centre Pompidou. J’ai l’espace pour habiter le temps de Lee Ufan. Au final, une émotion profonde née d’une œuvre modeste et en même temps puissante.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans E. Arts Lettres Langues, E. Mobilité internationale, F. 19ème et 20ème siècles, Non classé

Inventions des Lumière, père & fils

Antoine Lumière (1840-1911) a fait fortune avec les plaques photographiques, épaulé pour cela par ses deux fils, Auguste (1862-1954) et Louis (1864-1948).

D’autres inventions ont suivi et ont été brevetées : la concurrence n’était pas moindre qu’aujourd’hui ! Source des citations et des 44 photos : visite du Musée du Cinéma, Institut Lumière (Lyon)

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Commentaires fermés sur Inventions des Lumière, père & fils

Classé dans B. Photos, C. Rhône-Alpes Auvergne, E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, F. 19ème et 20ème siècles

Antoine Lumière (1840-1911)

Antoine Lumière est le père des deux frères Lumière, les inventeurs du cinématographe.

  • il fait fortune dans la photographie (point 1)
  • et est alors atteint, selon l’humour de ses fils, de la maladie de la pierre : il fait construire de fastueuses villas, dont celle de Monplaisir à Lyon, mitoyenne de son usine (point 2).

Album de 14 photos

Institut Lumière. Cliquer sur les images pour les agrandir

Point 1. Biographie (sources : Wikipédia et Institut Lumière)

Lire la suite

Commentaires fermés sur Antoine Lumière (1840-1911)

Classé dans C. Rhône-Alpes Auvergne, E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, F. 19ème et 20ème siècles

Trésors de la Renaissance rhénane

Sélestat (67), Bibliothèque Humaniste, 3ème exposition temporaire après son agrandissement (œuvre de l’architecte Ricciotti) et sa réouverture en juin 2018.

 Cliquer sur les images pour les agrandir

« L’exposition Trésors restaurés de la Renaissance rhénane rassemble une quinzaine d’objets, témoins de la charnière des XVe et XVIe siècles dans le Rhin supérieur ».

Album de 52 photos

  • « Qu’ils appartiennent aux collections de la Bibliothèque Humaniste ou proviennent de communes ou établissement bas-rhinois, tous ont en commun d’être des trésors d’art et d’histoire, classés au titre des Monuments historiques et récemment restaurés.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Trésors de la Renaissance rhénane

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Université médiévale, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

F. Vidal en déplacement à Metz

Université de Lorraine. 1. Courriel envoyé à la liste « Expression libre ». 2. Déclaration des enseignants du Département Arts envoyée aux responsables de l’UL, à la liste expression libre de l’UL et à quelques médias locaux, Metz, 4 avril 2019.

1.« Avant Nancy, Frédérique Vidal s’est rendue à Metz cet après-midi. Mais il n’est pas sûr que Notre ministre (comme notre Président Pierre Mutzenhardt) ait pleinement conscience du fait que Metz fait partie de l’Université de Lorraine…

L’agenda de la ministre se contente d’une information très imprécise : « après-midi : déplacement en région » – et notre collègue Yann Boniface a raison de rappeler : « il semble que la popularité actuelle du gouvernement ne les incite que peu à prévenir de leurs déplacements ».

On doit cependant l’information du déplacement de la ministre Vidal à Metz à notre collègue Richard Lioger lequel, bien qu’ayant pris le train « en marche », a cependant, comme Mélenchon, le don d’hologramme, puisqu’il est capable d’être à la fois député de la Moselle et professeur d’Université à l’UL.

Lire la suite

Commentaires fermés sur F. Vidal en déplacement à Metz

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues

Rose Valland, 30 ans en 1928

Paradoxe. C’est en 1941, sous l’occupation allemande, que Rose Valland obtiendra enfin un travail stable et un statut dignes de ses compétences en Histoire de l’Art. Elle n’était, durant les années 30, qu’une travailleuse bénévole.

Après son rôle décisif et internationalement reconnu dans la récupération des œuvres d’art spoliées par les Nazis, elle bénéficiera après-guerre de plus de considération de la part de la France !

Travailleuse précaire devenue Femme d’exception. Une trajectoire inouïe.

Entre les deux guerres, Rose Vallant suit des formations supérieures, obtenant plusieurs diplômes prestigieux dans le champ de l’Art. Et pourtant, elle ne parvient pas à obtenir un travail rémunéré stable. En 1932 (elle a 34 ans), elle ne devient qu’attachée bénévole à la Galerie du Jeu de Paume.

Jeune femme, née en province, fille d’un artisan maréchal-ferrant, et ne cachant pas dès les années 20 son homosexualité : quatre handicaps pour une mobilité sociale ascendante et pour l’obtention d’un poste correspondant à la formation dans le monde de l’Art parisien, des Musées publics.

39 photos prises lors de la conférence d’Emmanuelle Polack, Rose Valland sur le front de l’art (1940-1944), organisée par Denise Borlée et Hervé Doucet, ARCHE, Faculté des Sciences Historiques, Strasbourg, 5 mars 2019.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Rose Valland, 30 ans en 1928

Classé dans B. Photos, C. Ile-de-France, C. Rhône-Alpes Auvergne, D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales, F. 19ème et 20ème siècles

Ipséité. Vous avez dit atypique ?

Ipséité. A priori une bonne idée

  • Ipséité ? Ce qui fait qu’une personne est unique et absolument distincte d’une autre
  • un centrage sur les Sciences Humaines et Sociales
  • une exposition itinérante
  • de jolis portraits (photos en noir et blanc en ligne).

Lire la suite

Commentaires fermés sur Ipséité. Vous avez dit atypique ?

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon), C. Pays de Loire, E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Caravage. L’exil (1606-1610)

Crime et exil (1606-1610) : citations de la notice de Wikipédia + bande dessinée de Milo Manara + 8 œuvres de la période

« 28 mai 1606, dans une rixe à Rome, Caravage tue Ranuccio Tomassoni d’un coup d’épée… Pour ce meurtre d’un fils d’une puissante et violente famille, liée aux Farnèse de Parme, Caravage est condamné par contumace à la mort par décapitation. Cela le contraint à rester éloigné de Rome.

Commence ensuite un long périple de quatre années à travers l’Italie (Naples, Sicile, Syracuse, Messine) puis jusqu’à Malte.

La Flagellation du Christ, 1607, Naples

Lire la suite

Commentaires fermés sur Caravage. L’exil (1606-1610)

Classé dans A. Histoire moderne, B. Photos, D. Italie, E. Arts Lettres Langues

La Contre-Réforme et l’art

La contre Réforme et l’Art. L’exemple des représentations de Saint-Jérôme dans la peinture et dans la sculpture :

  • Le Concile de Trente et l’art, Marie Viallon, Archives ouvertes, 2009, 11 pages. Extrait. « Fin novembre 1563, on aborde enfin la question des images. Le débat n’est plus de savoir si on accepte ou non la représentation anthropomorphique de la divinité puisque l’Église estime que c’est un fait acquis depuis le concile de Nicée II en 787, même si les réformés ont une position radicalement contraire. En fait, la discussion — surtout entre les jésuites et les autres — porte sur le caractère sacré des images c’est-à-dire savoir si elles doivent être vénérées pour ce qu’elles représentent (images de Dieu, scènes de la vie du Christ ou de la Vierge, portraits des saints ou figurations de leurs martyres, …) ou si elles doivent être honorées pour elles-mêmes, faire l’objet d’un culte, car elles sont bénites, bien que l’on déclare qu’elles n’ont ni sainteté, ni divinité, ni vertu réelle. De manière expéditive, il est décidé d’en rester à la première opinion, jugée plus claire, qui retient un usage légitime des images conformément à la doctrine de l’Église.En fait, les pères ont assuré le service minimum ».
  • Institut Catholique de la Méditerranée. La peinture comme véhicule de la pensée de la Réforme catholique. 7 pages. Extrait. « La peinture devint l’auxiliaire de la Réforme catholique et l’un des aspects de l’apologétique. Le principal souci de l’Église des XVIème et XVIIème siècles était de défendre ce que le Protestantisme attaquait. L’art devint le défenseur de la Vierge, des saints, de la Papauté, des images, des sacrements, des œuvres et des prières pour les morts ».
  • Blog Débat Art et Figuration. Saint Jérôme, Marie-Madeleine, vanité et pénitence. Extrait. « Ce qui les rapproche est la pénitence et la volonté d’abandonner les plaisirs des sens : Marie Madeleine par amour du Christ et par désir de rachat des péchés de sa jeunesse, et Jérôme par acte de méditation sur les saintes Écritures, et défiance envers les tentations du Malin. Aussi Saint Jérôme incarne-t-il très tôt dans l’iconographie chrétienne le double idéal de l’ascète mortifié, à demi nu, retiré au désert, et celui de l’érudit mélancolique, dans son cabinet de travail rempli de livres, méditant devant un crâne ou un sablier, sur la vanité des biens terrestres ».

Lire la suite

Commentaires fermés sur La Contre-Réforme et l’art

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire moderne, B. Photos, D. Italie, E. Arts Lettres Langues

Saint Jérôme et le lion (vers 1500)

Saint Jérôme et le lion, dans trois œuvres de la fin du 15ème, début  16ème.

Œuvre 1. Jacques de Voragine, Légende dorée, Saint Jérôme et le lion, vers 1480-1490, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits.

Cliquer sur les images pour les agrandir

« La légende dorée raconte l’histoire de la rencontre du saint et du lion. Se promenant dans le désert, saint Jérôme se retrouve en face d’un lion qui, au lieu de l’attaquer, se lèche la patte d’un air malheureux.

Plein de pitié, il retire l’épine qui le blessait. Accompagné du lion reconnaissant, il rejoint son monastère où le fauve jette d’abord l’effroi et la crainte. Mais devant sa douceur et son affection pour le saint, les moines se prennent d’amitié pour le lion et le chargent de garder l’âne du monastère.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales