Archives de Catégorie: E. Arts Lettres Langues

1787, Metz. Un polar historique

L’Abbé Grégoire s’en mêle par Anne Villemin-Sicherman, Éditions 10-18, Grands détectives, 2018  (juin 2020 pour l’édition de poche), 616 pages.

Biographie de l’auteur sur Wikipédia et sur son site personnel. Anne Villemin Sicherman, née en février 1951 à Pont-à-Mousson, est un écrivain français. Elle est l’auteur d’une série de romans policiers historiques dont l’intrigue se déroule essentiellement à Metz, à la fin du XVIIIe siècle.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Son avant dernier roman, L’Abbé Grégoire s’en mêle a été récompensé en 2019 par le prix Historia du roman policier historique, et le dernier, Rumeur 1789 par le prix Littré du roman. Quatre autres romans les ont précédés depuis 2017.

Le roman, dont l’action se déroule essentiellement entre le 20 avril et le 31 mai 1787, met en scène des personnages de fiction et dix figures historiques. Leurs chemins s’entrecroisent, au plus grand plaisir du lecteur, curieux d’en connaître davantage sur les personnages réels. Aujourd’hui, vu la richesse de la toile qui permet de vérifier les informations, je pense que le roman historique bien fait peut devenir un outil pédagogique performant pour les élèves et les étudiants.

Le héros du roman est un personnage de fiction.  Augustin Duroch est vétérinaire à Metz et fait fonction de médecin légiste quand il s’agit d’enquêter sur des morts suspectes et quand le lieutenant de police Camus ne parvient pas à régler l’énigme. Choix intéressant car l’auteur était-elle-même médecin au cours de sa vie professionnelle.

L’action se déroulant principalement à Metz, l’auteur, Anne Villemin-Sicherman, donne un plan de la ville, localisant les édifices réels mentionnés dans le roman.

Bonnes feuilles. Page 13, 1ère page du chapitre 1. Vendredi 20 avril 1787, sur la route de Paris à Strasbourg.

Poster un commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Médecine Pharmacie

E. Bouchardon, statue de Louis XV

1748-1762. Edmé Bouchardon. Statue de Louis XV. Suite de la chronique du 5 janvier 2021, Edme Bouchardon, 30 ans en 1728.

Benoît-Louis Prévost, Le monument de Louis XV à Paris, vers 1768, estampe, © The Getty Research Institute. Cliquer sur les images pour les agrandir.

Source principale des citations : Henriette Pforr, Edme Bouchardon, Éditions Prisma, 2016, 223 pages, pages  121 à 161. Attention : cette chronique comprend quatre pages, numérotées de 1 à 4.

1748. Louis XV a 38 ans. En 1746, il a participé à la bataille de Fontenoy et battu les anglais. La France sort victorieuse de la guerre de succession d’Autriche. Le traité d’Aix-la-Chapelle (mars à octobre 1748) consacre la primauté de la France en Europe, mais Louis XV ne revendique pas l’annexion des Pays-Bas autrichiens (la future Belgique).

1748, juin. « Les échevins de Paris supplient sa Majesté d’accorder à sa bonne ville la permission d’ériger un monument à sa gloire.

1748, 11 juillet. Louis XV s’empresse d’accueillir cette proposition et fait demander des dessins et des modèles de statues équestres. Edme Bouchardon (alors âgé de 50 ans) participe à la compétition et la gagne.

Plusieurs esquisses, en terre et en cire, résultent de ses études. Le roi choisit celle en cire, qui représente non seulement le cheval et le cavalier, mais aussi le piédestal, avec les figures, bas-reliefs et ornements qui doivent l’accompagner.

1749. Dès lors, la ville et le sculpteur entrent en pourparlers pour définir les conditions du marché. Bouchardon présente un devis détaillé. Le marché est signé le 23 octobre, au prix de 260.000 livres [plus de 4 millions d’euros d’aujourd’hui] dont 30.000 payables d’avance.

Le 25 octobre, la ville passe un autre marché, pour la fonte de la statue équestre seule, moyennant 203.000 livres, avec Pierre Varin père, professeur de l’Académie de Saint-Luc. En 1750, la ville passe un autre marché pour la construction des ateliers.

1750. Le 19 septembre, la ville prend une délibération afin d’obtenir du roi l’autorisation d’emprunter un million en rentes viagères constituées, pour subvenir à la dépense du monument. Cet emprunt est autorisé par arrêt du Conseil d’État, le 11 octobre.

1750. Après deux ans de discussion sur les projets d’implantation, le roi désigne le terrain situé entre le pont tournant des Tuileries et les Champs-Élysées ; il en fait don à la ville. Ange-Jacques Gabriel, premier architecte du roi, est chargé de combiner les meilleurs plans. Il en fera trois. Le troisième est retenu à la fin de 1755.

1750-1752. Bouchardon se met au travail pour donner à son esquisse en cire des formes arrêtées pour le cavalier et le cheval qui doivent être, au final, fondus en bronze (le piédestal n’est alors pas concerné). Il prépare aussi l’exécution d’un modèle de dimensions moyennes en terre glaise.

L’exécution du cavalier d’après nature n’est pas un problème pour Bouchardon, rompu à la connaissance de l’anatomie du corps humain, mais celle du cheval lui est moins familière. Il consulte les ouvrages les plus autorisés et fait des observations de visu et in situ. Le modèle est terminé aux premiers jours de l’année 1752″.

Poster un commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AI. Art médiéval et moderne, C. Ile-de-France, E. Arts Lettres Langues

E. Bouchardon, 30 ans en 1728

Edme Bouchardon, né à Chaumont-en-Bassigny le 29 mai 1698 et mort à Paris le 27 juillet 1762, est un sculpteur et dessinateur réputé.

  • Citations de l’article de Wikipédia et de l’ouvrage d’Henriette Pforr, Edme Bouchardon, Éditions Prisma, 2016, 223 pages. Chronologie de la période (pages 7-8) et biographie du sculpteur (page 213-214).
  • Chronique du blog du 30 septembre 2020. Les Cris dans la ville, gravures d’après les dessins d’Edme Bouchardon. Exposition au musée des Beaux-arts de Caen, du 2 juin au 29 novembre 2020. 44 photos.
cliquer sur les images pour les agrandir

Edme Bouchardon (1698-1762) naît dans une famille d’artistes. Son père Jean-Baptiste et son frère Jacques-Philippe étaient sculpteurs. Il devient l’élève de Guillaume Coustou.

Cliquer sur les images pour les agrandir

1720 (22 ans). Il exécute le bas-relief La lapidation de Saint-Etienne pour l’église Saint-Étienne de Dijon.

1722 (24 ans). Il obtient le prix de Rome avec un relief ayant pour sujet Gédéon choisit ses soldats en observant leur manière de boire. 1722, Sacre et couronnement de Louis XV (né en 1710).

1723 (25 ans). Il part se perfectionner à l’Académie de France à Rome où il restera neuf ans. Il se trouve dans la cité papale au même moment que le sculpteur Adam l’aîné, et présente un projet pour la fontaine de Trévi.

1725. Mariage de Louis XV et de Marie Leszczynska.

1725-1737. Le peintre Nicolas Vleughels (1668-1737) est directeur de l’Académie.

1726-1730 (28-32 ans). Edme Bouchardon  profite de son séjour pour réaliser une copie du Faune endormi appartenant au cardinal Barberini.

Poster un commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AI. Art médiéval et moderne, C. Bourgogne Franche-Comté, C. Ile-de-France, D. Italie, E. Arts Lettres Langues

5 autres massacres des Innocents

Suite de la chronique 7 massacres des Innocents. Je n’ai pas eu l’occasion de photographier les 5 Massacres des Innocents de la chronique ci-dessous ; les 5 images qui l’illustrent sont donc des captures d’écran.

Les 5 artistes : Fra Angelico, Amico Aspertini, Guido Reni, Pierre-Paul Rubens, Nicolas Poussin.

« Le massacre des Innocents est un thème que de nombreux artistes, peintres et sculpteurs, ont illustré au fil des siècles, donnant lieu à des compositions parfois très complexes mettant en scène des corps entremêlés de soldats déchaînés, de mères se précipitant pour protéger leurs fils et de petits enfants déchirés à coups d’épée, au sein d’une action globale très violente. Pour cela, certains artistes de la Renaissance se sont inspirés de bas-reliefs romains représentant la bataille entre les Lapithes et les Centaures pour représenter des personnages nus » (source Wikipédia).

Fra Angelico (vers 1395-1455), Massacre des Innocents, Florence, Musée de San Marco, vers 1451-1452.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Amico Aspertini  (1474/1475-1552), Massacre des Innocents, vers 1510–1520, craie rouge et noire, avec des traces d’encre brune, rehaussées de rehauts blancs.

« Pour ce dessin, Amico Aspertini a emprunté à l’ancienne sculpture romaine qu’il avait vue à Rome cinq ou dix ans auparavant. Les figures entrelacées à droite sont parallèles à celles de l’ancien sarcophage. L’art d’Aspertini comprenait également des formes non idéalisées et des corps maladroits. Originaux et non conventionnels pour la date, ses personnages ressemblent à des paysans locaux plutôt qu’à des types idéaux. Le dessin d’Aspertini incluait typiquement du blanc incrusté, figures accroupies et énergie maniaque. Entre environ 1510 et 1520, il a souvent utilisé cette combinaison colorée de craie rouge et noire avec une couleur corporelle blanche. Son extrême blanc rehaussant donne au dessin une sensation de quasi-tridimensionnalité » (source : J-Paul Getty Museum).

Poster un commentaire

Classé dans AI. Art médiéval et moderne, C. Ile-de-France, D. Italie, E. Arts Lettres Langues

7 massacres des Innocents

Le massacre des Innocents est un épisode relaté dans l’Évangile selon Matthieu, chapitre 2, versets 16-18 : alors Hérode, voyant qu’il avait été joué par les mages, se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléem et dans tout son territoire, selon la date dont il s’était soigneusement enquis auprès des mages. Alors s’accomplit ce qui avait été annoncé par le prophète Jérémie : Ainsi parle l’Éternel : On entend des cris à Rama, des lamentations, des larmes amères ; Rachel pleure ses enfants ; elle refuse d’être consolée sur ses enfants, car ils ne sont plus.

Cliquer sur les images pour les agrandir

L’ensemble des Églises honore les Innocents comme martyrs au cours du Jour des Saints Innocents ; cet événement est fêté le 28 décembre en Occident.

Sept représentations du Massacre des Innocents : sculptures en bas relief, peintures, vitraux. Diaporama de 40 photos.

  • Édith Parmentier, Le massacre des Innocents, une construction mémorielle, Ékklèsia. Approches croisées d’histoire politique et religieuse, 104 | 2017, pp. 225-240.
  • « Le massacre des Innocents fixe la date de naissance de Jésus et donne le point de départ des persécutions. Cependant, l’évangile de Matthieu est le seul texte à évoquer cet événement qui joue un rôle fonctionnel dans la littérature chrétienne. Ni les autres évangélistes, ni l’historien juif Flavius Josèphe, qui partagent la même réprobation des crimes d’Hérode, n’en disent mot. Le seul témoignage qui pourrait l’attester indirectement est une plaisanterie d’Auguste, déclarant que mieux valait être le porc d’Hérode que son fils. Connue par l’anthologie tardive de Macrobe, ce bon mot doit son succès, dans le contexte culturel des calembours gréco-romains en vogue à la cour impériale, à la contamination entre un lieu commun pamphlétaire sur l’infanticide et une plaisanterie anti-juive sur l’abstinence du porc. L’amalgame chrétien entre les enfants de Bethléem et les fils d’Hérode n’est pas dû à Auguste, c’est une addition introduite a posteriori et popularisée par la mémoire collective ».

1.Chronique du 8 juillet 2018 : Antigny. Fresques (15ème siècle), .

Antigny (Vienne), Vallée de la Gartempe, Peintures de la Chapelle Sainte-Catherine de l’église paroissiale Notre-Dame, 15ème siècle. Diaporama de 12 photos

Cliquer sur les images pour les agrandir

« Dans la chapelle seigneuriale, adossée au sud du chœur de l’église Notre-Dame, sont représentés des cycles picturaux dédiés à l’Enfance et à la Passion du Christ et à la Résurrection. Ces thèmes avaient déjà été peints au 14ème siècle dans la nef de l’église ».

2. Strasbourg, Cathédrale Notre-Dame. Tympan du portail nord de la façade occidentale. Source : Centre régional de documentation pédagogique d’Alsace. Le tympan relate des scènes de l’enfance du Christ. L’action décrite par les trois registres se déroule de bas en haut et de gauche à droite. Au niveau inférieur sont représentés les rois mages rendant visite à Hérode puis la scène de l’Adoration. Au second registre sont représentés le massacre des Innocents – le roi Hérode apparaît au milieu de la scène du massacre qu’il a ordonné – et la fuite en Égypte.

Poster un commentaire

Classé dans AI. Art médiéval et moderne, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues

Noël Rome, 6 Vierges allaitant

Six Vierges allaitant, Musées de Rome : Doria Pamphilj (page 1 de la chronique), Écuries du Quirinal (page 2), Palazzo Barberini Corsini (page 3).

Diaporama de 23 photos. Autres chroniques sur les Vierges allaitant : Noël. 16 Vierges allaitant, Noël Catalogne. 4 Vierges allaitant

1.Doria-Pamphilj (source Wikipédia). » La Galerie est un musée privé appartenant à la famille Doria Pamphilj Landi. En 1647, Olimpia Aldobrandini, veuve de Paolo Borghèse, épouse le prince Camillo Pamphilj, neveu du pape Innocent X et lui apporte l’actuel palais, qui fait toujours partie du patrimoine Pamphilj au XXIe siècle ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

« Le palais a été conçu presque depuis le début pour permettre l’exposition des collections au public. L’aménagement actuel des tableaux est issu d’un plan d’accrochage du XVIIIe siècle retrouvé dans les archives de la famille.

Les collections sont présentées suivant le mode de présentation en vigueur au XVIIIe siècle : plusieurs tableaux sont superposés sur 2, 3, 4 voire 5 niveaux, dans de longues galeries souvent plus étroites que les espaces muséographiques modernes. Il n’y a pas de cartels, sauf (rare) exception ».

Scipione Pulzone (1544-1598), »dit aussi il Gaetano, est un peintre italien actif à Rome de la fin du maniériste, disciple de Jacopino del Conte. Il est surtout connu pour ses portraits en particulier de la famille Farnèse. À partir de 1570, ses sujets sont religieux directement liés à la Contre-Réforme« .

La Vierge allaitant

Fuite en Égypte. La Vierge allaitant durant un moment de repos

Poster un commentaire

Classé dans AI. Art médiéval et moderne, BA. Photos, D. Italie, E. Arts Lettres Langues

Noël Catalogne. 4 Vierges allaitant

Quatre Vierges allaitant, Musées de Catalogne (Barcelone, Solsona, Vic). Diaporama de 17 photos.

1.Mestre de la Dormició de Solsona, Mère de Dieu allaitant, Retable, Musée de Solsona, Peinture à l’huile sur bois, début de 16ème siècle.

« Dues taules de procedència desconeguda, que semblen compartiments del cos principal d’un mateix retaule dedicat a la Mare de Déu. L’escena de la Dormició presenta la Mare de Déu estesa al llit amb un ciri a la mà i entorn seu els apòstols que la vetllen. El compartiment de la Marededéu de la Llet mostra la Verge entronitzada que dona el pit al Nen Jesús nu ajagut a la seva falda. En les dues escenes es mostra un paviment enrajolat ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

2. Juan Gascó est un peintre espagnol du XVIe siècle, né à Tafalla (Navarre) avant 1480 et mort à Vic (Catalogne) en 1529.

Il réalise plusieurs retables, dont ceux des églises Saint-Jean de Fàbregues (1503), Saint-Jean del Galí (1507), Sainte-Julie de Vilamirosa (1508) et Saint-Romain de Sau (1509). Son style est de plus en plus marquée par la Renaissance.

Joan Gasco, Mère de Dieu allaitant, Musée épiscopal de Vic, vers 1520, peinture à l’huile sur bois.

Pour aller plus loin. Rafael Cornudelle, La pintura de la primera meitat del segle xvi al Museu Episcopal de Vic, Locus Amoenus 6, 2002-203, 145-185.

Commentaires fermés sur Noël Catalogne. 4 Vierges allaitant

Classé dans AI. Art médiéval et moderne, E. Arts Lettres Langues

Barcelone. 4 Adorations des Mages

Suite des visites virtuelles de musées et d’églises, dédiées aux Adorations des Mages. Deux musées à Barcelone : Musée d’histoire de la ville, Musée Mares. Artistes : Jaume Huguet, Esteban Jordan, Anonymes. Art du Retable. Périodes : 16ème au 17ème siècles.

Quatre Adorations des Mages : diaporama de 19 photos.

1.Œuvres du Musée d’Histoire de la ville de Barcelone. Source : Wikipédia.

« Depuis l’Exposition universelle de 1888, quelques tentatives de création d’un musée sur l’histoire de Barcelone sont entreprises.

Le musée est finalement inauguré sous le franquisme en 1943 après la guerre civile espagnole. Son noyau est constitué des vestiges archéologiques de la ville romaine et des bâtiments du palais royal médiéval, comprenant la grande salle appelée Saló del Tinell (XIVe siècle) et la chapelle du palais dédiée à Sainte Agathe (XIVe siècle) avec son retable gothique, une œuvre du peintre médiéval, Jaume Huguet ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

Jaume Huguet (1412-1492). Source : Wikipédia.

« Sous les voûtes romanes du palais royal médiéval une exposition explique l’histoire de Barcelone au Moyen Âge. Vers la fin du parcours on trouve les deux grands éléments architecturaux du palais royal médiéval, chefs-d’œuvre de l’architecture gothique catalane: la grande salle de cérémonies appelé Saló del Tinell, couverte par des grandes arches en plein cintre (XIVe siècle), et la chapelle palatine de Sainte Agathe (XIVe siècle).

Retable du Connétable, ou de l’Épiphanie (1464-1465), env. 673 × 368 cm, pour la chapelle Sainte-Agathe du Palais royal de Barcelone (commande de Pierre de Coimbra) ».

Jaume Huguet, Adoration des Mages, Musée d’Histoire de la ville de Barcelone, retable (1464-1465).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Commentaires fermés sur Barcelone. 4 Adorations des Mages

Classé dans AI. Art médiéval et moderne, E. Arts Lettres Langues

1756. La manufacture de Sèvres

Sources de cette chronique :

Page 1. Historique de la manufacture au 18ème siècle

1740. « La Manufacture de Vincennes est fondée, grâce au soutien de Louis XV et de Madame de Pompadour, afin de concurrencer les productions de Chantilly et de Meissen.

1756. La manufacture est transférée à Sèvres dans un bâtiment construit à l’initiative de Madame de Pompadour, à proximité de son château de Bellevue.

Longue de 130 mètres et haute de quatre étages, la manufacture est édifiée entre 1753 et 1756 par l’architecte Laurent Lindet (mort en 1769), à l’emplacement de la ferme dite de la Guyarde. De part et d’autre du pavillon central, surmonté, à l’étage des combles, d’un fronton sans sculpture portant l’horloge de l’ancienne Verrerie royale, le bâtiment se développe sur deux longues ailes terminées, aux deux extrémités, par des pavillons d’angle. Le pavillon central est précédé d’une cour dite du public, fermée par une grille en fer forgé. Face à la manufacture est aménagée une demi-lune pour permettre le stationnement des carrosses des visiteurs.

Au rez-de-chaussée, le bâtiment renfermait les réserves de terres, le bûcher et les dépôts de matières premières. Le premier étage abritait les ateliers de moulage, de plâtrerie, de sculpture et de gravure ainsi que les fours. Au deuxième étage se trouvaient les sculpteurs, tourneurs, réparateurs et garnisseurs. Enfin, l’étage sous comble abritait les peintres, doreurs, animaliers et figuristes.

1759. La manufacture est rattachée à la Couronne.

1768. La mise au point de la porcelaine dure. À l’origine, la manufacture produisait une porcelaine tendre. En 1768, le pharmacien bordelais Vilaris et son ami Jean-Baptiste Darnet découvrent le premier gisement de kaolin sur le sol français, à Saint-Yrieix-la-Perche au sud de Limoges.

1770. La porcelaine dure est commercialisée à Sèvres.

1771. Le 13 février, le Comte de Thy de Milly de l’Académie royale des sciences de Paris communique à l’académie royale des sciences un mémoire sur la composition de la porcelaine dure. Ces travaux sont issus de ses observations effectués dans les différentes manufactures établies en Allemagne notamment en Saxe. Jusqu’à cette époque, on n’avait fait dans les manufactures de porcelaine établies en France, sans excepter celle de Sèvres, que des porcelaines vitreuses, qui n’avaient aucune des qualités réelles »…

Commentaires fermés sur 1756. La manufacture de Sèvres

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, C. Ile-de-France, D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, Architecture

L. van Beethoven, 30 ans en 1800

Ludwig van Beethoven (1770-1827) est un compositeur et pianiste allemand né à Bonn et mort à Vienne.

Source de la chronique du blog : Biographie des 30 premières années de Beethoven à partir de l’article de Wikipédia.

1770. « Beethoven naît à Bonn en décembre dans une famille modeste qui perpétue une tradition musicale depuis au moins deux générations.

Son père, Johann van Beethoven (1740-1792), est musicien et ténor à la Cour du prince-électeur de Cologne, Clément-Auguste de Bavière. Le père de Ludwig est un homme médiocre, brutal et alcoolique ; il élève ses enfants dans la plus grande rigueur.

1775 (Ludwig a 5 ans). Il ne faut pas longtemps à Johann van Beethoven père pour détecter le don musical de son fils et réaliser le parti exceptionnel qu’il peut en tirer. Songeant à l’enfant Wolfgang Amadeus Mozart, exhibé en concert à travers toute l’Europe une quinzaine d’années plus tôt, il entreprend l’éducation musicale de Ludwig.

1778 (8 ans). Devant les exceptionnelles dispositions de son fils, il tente de le présenter au piano à travers la Rhénanie, de Bonn à Cologne.

1781 (11 ans). Mais il ne semble capable que d’autoritarisme et de brutalité, et cette expérience demeure infructueuse, à l’exception d’une tournée aux Pays-Bas en 1781.

1782-1783 (12-13 ans). Le jeune Ludwig devient l’élève de Christian Gottlob Neefe (piano, orgue, composition) qui lui transmet le goût de la polyphonie en lui faisant découvrir Le Clavier bien tempéré de Bach. Il compose pour le piano les 9 variations sur une marche de Dressler et les trois Sonatines dites à  l’Électeur.

1784 (14 ans). Devenu organiste adjoint à la cour du nouvel Électeur Max-Franz, qui devient son protecteur, Beethoven est remarqué par le comte Ferdinand von Waldstein dont le rôle s’avère déterminant pour le jeune musicien.

1787 (17ans). Celui-ci emmène Beethoven une première fois à Vienne en avril, séjour au cours duquel a eu lieu une rencontre furtive avec Wolfgang Amadeus Mozart.

1792 (22 ans). En juillet, le comte Waldstein présente le jeune Ludwig à Joseph Haydn qui, revenant d’une tournée en Angleterre, s’était arrêté à Bonn. Impressionné par la lecture d’une cantate composée par Beethoven et tout en étant lucide sur les carences de son instruction, Haydn l’invite à faire des études suivies à Vienne sous sa direction. Beethoven accepte.

À la fin du XVIIIe siècle, Vienne est la capitale de la musique occidentale et représente la meilleure chance de réussir pour un musicien désireux de faire carrière. Âgé de vingt-deux ans à son arrivée, Beethoven a déjà beaucoup composé, mais pour ainsi dire rien d’important. Bien qu’il soit arrivé à Vienne moins d’un an après la disparition de Mozart, le mythe du passage du flambeau entre les deux artistes est infondé : encore très loin de sa maturité artistique, ce n’est pas comme compositeur, mais comme pianiste virtuose que Beethoven forge sa réputation à Vienne… Malgré l’influence profonde et durable de Haydn sur l’œuvre de Beethoven et une estime réciproque plusieurs fois rappelée par ce dernier, le père de la symphonie n’a jamais eu avec Beethoven les rapports de profonde amitié qu’il avait eus avec Mozart

1794 (24 ans). Après le nouveau départ de Haydn pour Londres, Beethoven poursuit des études épisodiques jusqu’au début de 1795 avec divers autres professeurs. Ses talents de pianiste et ses dons d’improvisateur le font connaître et apprécier des personnalités mélomanes de l’aristocratie viennoise.

1795 (25 ans). Beethoven donne son premier concert public le mars pour la création de son Concerto pour piano n°2 (écouter sur France Musique).

Commentaires fermés sur L. van Beethoven, 30 ans en 1800

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AH. Histoire 19-20èmes siècles, D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues