Archives de Catégorie: E. Economie Gestion

Hommage à Richard Biéganski (3)

Troisième chronique d’hommage à mon ami Richard : comment s’était-il préparé – certes inconsciemment – à la vie post covid-19, à un avenir durablement menacé par les pandémies ? Il pouvait être l’homme du passé rétif aux outils modernes de communication (chronique 2). Mais il était aussi et surtout un homme d’avenir consommant moins, achetant à proximité, fréquentant les puces pour y trouver des occasions inespérées et même des produits neufs, jamais utilisés.

Diaporama de 34 photos. Marseille et Kerblaise, Cuisine et Brocante

Richard, un homme d’avenir pratiquant la pluriactivité. Il exerçait le métier de sociologue et celui de maître-ouvrier polyvalent dans le logement ancien. Il avait d’autres potentialités : tenir un restaurant en étant en même temps chef de salle et cuisinier, créer une brocante aussi riche de produits qu’une caverne d’Ali Baba.

Kerblaise 2012. Petits farcis

Nous nous sommes plusieurs fois entretenus au téléphone cette année, durant et après le confinement. Richard ne sortait plus guère, vu ses difficultés respiratoires, accentuées par les sévères montées et descentes dans le quartier du Panier à Marseille, et par les deux étages pour atteindre, sans ascenseur, son appartement.

Quartier du Panier, La Vieille Charité, photographiée en 2009

Je lui disais qu’il regardait trop la télé, BFM TV en particulier ; quitte à être addict à l’information en continu, je l’incitais à regarder plutôt la chaîne publique, France Info Canal 27.

Nous avons discuté des résultats des élections municipales de mars et de juin, de notre contentement de la défaite de la LREM dans les grandes villes, même si nous ne sommes pas allés voter. Richard a souvent pratiqué l’abstention au cours de sa vie ; pour moi, c’était nouveau. Je m’en suis expliqué dans la chronique l’alliance inattendue.

Durant cette période de confinement, son second fils, Baptiste, lui a tenu compagnie. Que se sont dits le père et le fils ? Qu’a dit le père à son fils ?

A. La pluriactivité. Se développera-t-elle dans la société post-covid ? Pluriactivité : exercer deux ou trois métiers qualifiés au cours de la journée ou de la semaine ou dans des périodes rapprochées. Cela suppose de repenser le système de formation initiale, continue, et à distance, l’évaluation et la certification des acquis de l’expérience, les règles du marché du travail.

Tailler les haies, à Kerblaise, en 1999

Toute sa vie, Richard a mené de front deux activités principales. La sociologie (hommage à Richard 1). La rénovation d’appartements anciens. Il avait le don d’en dénicher, d’en estimer le prix et de prévoir l’importance des travaux à y effectuer. Il se devait d’être hyper-réactif quand une vente allait s’afficher chez un notaire ou dans une agence immobilière. Il avait la capacité de réaliser les travaux en partie lui-même. Il rénovait avant d’habiter, de louer ou de revendre. Une seule exception : arrivant à Marseille, il est devenu propriétaire d’un appartement dans la Cité radieuse construite par le Corbusier ; il n’était bien sûr pas autorisé à y modifier quoi que ce soit.

Richard avait un rêve : le Gaga-Club. Il en a parlé durant une vingtaine d’années. Plutôt que de terminer sa vie dans un EHPAD, il voulait vivre sa retraite dans un château avec une bande d’une dizaine de copains, qui auraient acquis chacun le même nombre de parts d’une société immobilière à créer ; ils auraient expérimenté l’autogestion. Il avait plusieurs arguments : plus un édifice est grand, moins il est cher au m² ; un château à 1 million d’euros se trouve ; y ajouter 200 ou 300 K€ pour la rénovation et l’aménagement adapté aux personnes âgées. Il se voyait déjà maître d’œuvre, chef de chantier et résidant, prenant son café dans le parc du château.

Richard préférait ne pas en avoir de voiture. Un temps, il avait eu une vieille camionnette brinquebalante : elle lui servait pour transporter ou entreposer les matériaux dont il avait ou allait avoir besoin sur « ses chantiers ».

Que de poussière avalée quand il fallait casser un mur ou un carrelage ! Son père mineur était mort de la silicose. Richard est mort de poumons devenus trop malades.

B. Richard le cuisinier. Il avait les qualités pour exercer d’autres métiers encore. Faire fonctionner un restaurant et y pratiquer une cuisine simple, goûteuse, de bonne qualité et à prix raisonnable. Richard aimait la bonne chère, et il était heureux quand on le félicitait pour les plats qu’il avait cuisinés.

Il aimait les fruits de mer et le poisson et s’assurait de leur fraicheur en allant les acheter chez les ostréiculteurs, ou sur les quais au retour des bateaux de pêche. Il faisait coup double : la dépense était moindre, la vente se faisant sans intermédiaires.

Poster un commentaire

Classé dans BA. Photos, C. Bretagne Normandie, C. PACA Corse, E. Economie Gestion

Pour ou contre le 10 améliorable

Quelles modalités de contrôle des connaissances pour le second semestre universitaire 2019-2020 ? Université de Lorraine : débats et propositions. Deux chroniques. Celle ci-dessous : tous les étudiants ne sont pas d’accord entre eux ; celle immédiatement à suivre : la position de la direction de l’université.

1. Vers une annulation des partiels pour certains étudiants en droit à Nancy ? Lorraine Actu, Amandine Mehl, 11 avril 2020.

A Nancy, le Conseil de Collégium Droit, économie et gestion travaille sur les modalités de passage des examens dans le cas où le déconfinement n’aurait pas lieu avant fin mai.

Université de Nancy 2, Faculté de Droit et Sciences Économiques, 2010 (photos de Pierre Dubois)

Dans le cas où le déconfinement n’aurait pas lieu avant la fin du mois de mai, la mise en place du 10 améliorable s’imposera donc.

Mais, qu’est-ce que ce principe ? Hania Hamidi  (UNEF) l’explique :

Pour la Faculté de droit, c’est une sorte de 10 améliorable déguisé qui a été mis en place. En clair, les moyennes du second semestre seront basées sur les colles organisées avant le confinement. Si cette moyenne est supérieure à 10, imaginons un 15, alors elle restera à 15. Mais, si elle est inférieure à 10, la fac de droit augmentera la moyenne et la figera à 10. Enfin, si la moyenne du second semestre est supérieure à 10 mais inférieure à celle du semestre 1 alors elle sera alignée sur celui-ci.

Pour les étudiants qui souhaiteraient avoir de meilleures notes, une « session spéciale » sera organisée entre les 15 et 22 juin où ils auront l’occasion de choisir leurs épreuves.

Le 10 améliorable pour tous

Depuis le début du confinement, l’UNEF ne cesse de mettre en avant les étudiants en situation d’isolement numérique. Si l’Université de Lorraine a tenté de répondre à cette problématique en lançant un plan de lutte. Pour Hania Hamidi, même si c’est encourageant ce n’est pas suffisant.

Outre ces questions d’ordre numérique, certains étudiants sont également confrontés à d’autres difficultés. C’est le cas notamment de ceux qui travaillent et à qui on ne peut pas imposer un partiel sur un temps court, de ceux qui sont atteints par le coronavirus ou qui sont contraints de vivre dans des lieux inappropriés au travail universitaire explique Hania Hamidi. Autant de raisons qui motivent les membres de l’UNEF à réclamer l’adoption par l’Université de Lorraine du 10 améliorable pour l’ensemble des étudiants.

On revendique vraiment que l’Université de Lorraine prenne exemple sur ce qu’il s’est passé en droit et mette en place un 10 améliorable pour tous mais aussi la mise en œuvre de sessions spéciales pour celles et ceux qui peuvent passer leurs examens. 

L’institution l’entendra-t-elle de cette oreille ? Affaire à suivre !

Commentaires fermés sur Pour ou contre le 10 améliorable

Classé dans BH. Universités et COVID 19, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion

1715-1723. La Régence

La Régence (1715-1723). Le gouvernement controversé de Philippe d’Orléans, par Fabienne Manière, Hérodote.net

Extrait… « Dès le lendemain de la mort du vieux roi et de l’avènement de son arrière-petit-fils Louis XV (5 ans), Philippe d’Orléans fit casser le testament par le Parlement de Paris et se fit reconnaître comme régent « pour exercer pleinement l’autorité royale ». Sage mesure mais en contrepartie de laquelle le duc eut la maladresse de rendre aux parlementaires le droit de remontrances dont ils avaient été privés par Louis XIV et dont ils n’allaient pas tarder à abuser.

Au gouvernement, Philippe d’Orléans s’appuya sur son ancien précepteur l’abbé Dubois qu’il fit entrer au Conseil d’État et dont il fit son ministre des Affaires étrangères puis son principal ministre (ou Premier ministre), tout en lui obtenant la barrette de cardinal.  

En réaction contre l’absolutisme de Louis XIV, le Régent libéra les jansénistes emprisonnés et exila leur ennemi de toujours, le confesseur jésuite du roi défunt, le père Michel Le Tellier. Tirant profit de la paix retrouvée, il licencia aussi 25 000 soldats. Il nomma chancelier le procureur général d’Aguesseau…

… Durant les huit années de la Régence, la monarchie absolue instaurée par Louis XIV et ses grands ministres a connu de sévères secousses et, malgré la prospérité retrouvée et la paix intérieure, les rois Louis XV et Louis XVI n’allaient jamais renouer avec le prestige et l’autorité dont avait joui leur aïeul »…

Commentaires fermés sur 1715-1723. La Régence

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion

Décès quotidiens par département

Surmortalité due au Covid-19 ? Le temps du politique n’est pas le temps de la statistique. La communication politique s’exerce dans l’immédiateté. La communication statistique doit s’exercer dans le temps long, celui de la collecte exhaustive des données, de leur vérification, de leur traitement, de leur consolidation, de leur éventuel ajustement.

Il me semble que l‘INSEE a été forcée, par le politique, de publier le nombre de décès quotidiens en France, par région, par département, pour montrer qu’entre le 1er et le 23 mars 2020, il y avait eu moins de décès que durant la même période de 2018. Rassurer les bonnes gens ! Le message des pouvoirs publics : le Covid-19, ce n’est donc pas si grave que cela !

L’INSEE, dans cette publication hors norme, multiplie les infos méthodologiques, les messages de prudence statistique. Mais qui prend le temps et le soin de les lire ? Elles sont tellement et structurellement arides qu’elles en sont souvent illisibles. Utiliser le confinement pour développer la culture statistique ?

La surmortalité, provoquée par le Covid-19, ne pourra être mesurée rigoureusement que plusieurs mois après la fin de la pandémie. On n’en est pas là !

Nombre de décès quotidiens par département, INSEE. Extraits.

Exceptionnellement, pendant la pandémie du covid-19, l’Insee diffuse le nombre de décès par jour et par département.

Au niveau national, le nombre de décès totaux enregistrés à la date du 2 avril 2020 et survenus entre le 1er et le 23 mars 2020 est dorénavant supérieur à celui enregistré sur la même période en 2019 : 40 684 décès ont été enregistrés en 2020, dont 39 707 pour la France hors Bouches-du-Rhône contre 39 141 en 2019 en France hors Bouches-du-Rhône. Ce nombre reste néanmoins encore inférieur aux décès enregistrés sur la même période en 2018 (44 443 décès en France hors Bouches-du-Rhône), année où la grippe saisonnière était encore virulente au mois de mars.

Au niveau régional, les régions Grand-Est et Île-de-France comptent désormais un nombre de décès totaux, survenus entre le 1er et le 23 mars, supérieur de plus de 10 % à celui enregistré sur la même période en 2019 (respectivement de 19 % et de 11 %) ; il avoisine le nombre de décès survenus au cours de la même période en 2018. Le nombre de décès survenus entre le 1er et le 23 mars 2020 est également supérieur à celui de 2019 en Corse (+ 6 %) ou dans les Hauts-de-France (+ 5 %), mais reste encore inférieur à 2018 dans ces régions.

1 commentaire

Classé dans BH. Universités et COVID 19, E. Economie Gestion, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences humaines et sociales

Et si on discutait enfin des IES ?

Le projet de créer de nouveaux établissements d’enseignement supérieur, à savoir des Instituts d’Enseignement Supérieur (IES), est proposé par mon blog Histoires d’Universités, depuis 2009.

IES dédiés au 1er cycle d’enseignement supérieur, la licence.

Cinq ans après cette proposition, en 2014, j’ai fait le point : propositions pour les IES. Chronique : Le combat du blog : créer des IES

Jean-Philippe Denis et Adrien de Tricornot (XERFI Canal) proposent d’engager la discussion sur les IES : décentraliser et décloisonner l’enseignement supérieur. Je les en remercie vivement. Il n’est jamais trop tard pour discuter !

Voir et écouter l’interview d’Adrien de Tricornot par Jean-Philippe Denis (9’18)

Commentaires fermés sur Et si on discutait enfin des IES ?

Classé dans E. Economie Gestion

Doctorat en gestion. Quelle valeur ?

Xerfi Canal a reçu Jean-Philippe Denis, professeur de Sciences de gestion à l’Université Paris Saclay et rédacteur en chef de la Revue française de gestion, pour parler de la valeur d’un doctorat en gestion.

Une interview menée par Mounia Van de Casteele. Vidéo de 6’30 (17 janvier 2020)

300 nouveaux docteurs en gestion par an. 150 font carrière dans l’enseignement supérieur et la recherche en dépit de la faible attractivité salariale du secteur.

Commentaires fermés sur Doctorat en gestion. Quelle valeur ?

Classé dans E. Economie Gestion

Privatisation d’EM Lyon

L’enseignement supérieur privé se porte bien, très bien, comme l’indique l‘indicateur 09.03 de l’état de l’Enseignement supérieur. La croissance des inscriptions est continue et forte depuis 2000. Un exemple récent : celui de l’École de Management de Lyon.

Philippe Gattet, Directeur d’Eudes Xerfi Canal, novembre 2019, vidéo de 4’04

C’est une déflagration qui risque de provoquer des réactions en chaîne sur les grandes écoles de commerce, voire au-delà… Après s’être transformée en société anonyme, l’École de Management de Lyon vient d’ouvrir largement son capital à des financiers. Il s’agit de Qualium Investissement, société de gestion de portefeuille soutenue par la Caisse des Dépôts, et de Bpifrance. But de l’opération ? Prendre le relais de la CCI locale dont les ressources financières se tarissent en apportant des fonds propres pour financer l’ambitieux plan de développement de l’école de management, y compris d’éventuelles opérations de croissance externe. Bref, il s’agit de sortir l’emlyon de l’impasse financière dans laquelle d’ailleurs toutes les grandes écoles sont entrées.

1 commentaire

Classé dans C. Rhône-Alpes Auvergne, E. Economie Gestion

Le Cours Magistral est moribond

Xerfi Canal a reçu Andreas Kaplan, professeur et Recteur de l’ESCP Europe Berlin, pour parler des professeurs et du digital.

La revanche des professeurs face au digital : une interview de 3’59, menée par Adrien de Tricornot.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire la suite

Commentaires fermés sur Le Cours Magistral est moribond

Classé dans D. Allemagne, E. Economie Gestion

ONISEP. Changement de Direction

Frédérique Alexandre-Bailly (52 ans), professeure associée en sciences de gestion depuis 1998 à l’ESCP Europe a été nommée par décret du 28 août 2019, directrice générale de l’Office national d’information sur les enseignements et les professions (ONISEP), pour une période de trois ans.

L’ESCP Europe Business School dont elle est issue est un établissement international privé d’enseignement supérieur.

Une des missions de Frédérique Alexandre-Bailly sera bien difficile à mettre en œuvre. Ses compétences dans le champ du management des hommes dans les organisations suffiront-elles pour réussir la mise à disposition des régions d’une partie des personnels des directions régionales de l’ONISEP. Rien ne le dit car le décret du 5 août 2019 qui fixe le cadre de ce transfert est d’une rare stupidité.

Autres missions possibles dans les 3 années à venir :

Lire la suite

Commentaires fermés sur ONISEP. Changement de Direction

Classé dans E. Economie Gestion, Non classé

STAPS. Cinq mentions de licence !!!

Licence de Sciences et techniques des activités physiques et sportives : une première année commune, cinq mentions de deuxième année, sept mentions de licence professionnelle, et combien d’intitulés de master ? De spécialisation en spécialisation, on s’y perd ! Chemin faisant, l’offre de formation en STAPS devient pléthorique, mais son attractivité ne se dément pas.

  • toutes les chroniques d’Histoires d’universités sur STAPS

A. Nomenclature des mentions des diplômes : modification, arrêté du 23-5-2019, J.O. du 27-6-2019

Article 1 – L’annexe de l’arrêté du 22 janvier 2014 fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de licence susvisé est ainsi modifiée :

L’alinéa Sciences et techniques des activités physiques et sportives est remplacé par les cinq alinéas suivants :

Lire la suite

Commentaires fermés sur STAPS. Cinq mentions de licence !!!

Classé dans E. Economie Gestion, E. Sciences