Archives de Catégorie: E. Médecine Pharmacie

De mystérieux étudiants en L

Les effectifs universitaires en 2016-2017. Par rapport à 2015-2016, « les effectifs continuent d’augmenter dans les cursus licence et master et de diminuer en cursus doctorat. En 2016-2017, le nombre d’étudiants inscrits à l’université est de 1 623 500 (+1,9 % par rapport à 2015-2016). Hors doubles inscriptions en CPGE, l’augmentation est ramenée à +1,1 % (+16 600 inscriptions).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Les effectifs augmentent moins fortement que l’année dernière et en cursus licence (+2,8 %) et en cursus master (+0,8 %) et poursuivent leur baisse en cursus doctorat (-2,3 %). Les doubles inscriptions des étudiants de CPGE continuent à expliquer une part importante de la hausse : hors ces inscriptions parallèles – abrégé en h. CPGE dans la suite – l’augmentation est divisée par 2 en cursus licence mais elle reste sensible : +1,4 %.

Les nouveaux entrants en première année sont toujours plus nombreux (+0,8 % h. CPGE) et parmi eux, les nouveaux bacheliers surtout : +1,8 % h. CPGE ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion, E. Ingénierie, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales

Yvon Berland et le classement QS

Ma chronique du 9 mars 2017 – Classement QS des universités – a donné lieu à un commentaire d’Hervé Boismery. Yvon Berland, président d’Aix-Marseille Université, répond à Hervé Boismery dans un courriel qu’il m’a envoyé aujourd’hui.

Hervé Boismery. « Un classement de ce type n’a évidemment qu’une valeur relative. Néanmoins, apparaissent d’une manière significative les reculs de certaines universités françaises, notamment les Tours de Babel issues des méga-fusions du début de la décennie 2010. Le cas le plus probant est probablement celui d’Aix-Marseille Université, « la plus grande université de France » et peut-être aussi d’Europe (?).

Ainsi, entre 2015 et 2017, dans le classement afférent à la rubrique « Life Sciences and Medicine », cet établissement est passé du rang 183 au rang 224, et cela en seulement deux ans. Dans le domaine de la Médecine, domaine où Marseille bénéficiait jadis d’une renommée mondiale, AMU se situe désormais à un niveau modeste, loin derrière non seulement des universités européennes, mais aussi, ce qui est surprenant, loin derrière des universités de pays émergents. Ainsi, l’Université de Chulanlongkorn de Thaïlande obtient un ranking nettement meilleur qu’Aix-Marseille en matière médicale.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. PACA Corse, E. Médecine Pharmacie

Grève des internes en médecine

Communiqué de l’Intersyndicat national des internes (ISNI). L’appel du 18 avril. Mobilisation nationale massive pour une formation de qualité.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire également la chronique du blog de juillet 2016 : Épreuves classantes nationales, l’accès à l’internat.

Communiqué de la CPU (12 avril 2017), Réforme du 3ème cycle des études médicales : la CPU invite les acteurs à poursuivre les travaux en bonne intelligence.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans E. Médecine Pharmacie

Univ Grenoble fondée en 1339

Nouvelle série de chroniques : les universités fondées dans la guerre de Cent ans, sur le territoire la France d’aujourd’hui. La première fondée, au début de la guerre (la défaite de Crécy n’aura lieu qu’en 1346) et en dehors du royaume de France, est Grenoble, en 1339.

Frédéric II de Hohenstaufen fonde l’université de Naples en 1224 (il a alors 30 ans). Un peu plus d’un siècle plus tard, en 1339, Humbert II, dauphin du Viennois, demande à Benoît XII, docteur en théologie de l’université de Paris, pape en Avignon de 1335 à 1342, de pouvoir fonder l’université de Grenoble, ville de quelques milliers d’habitants. Celui-ci a 27 ans. Un record de jeune âge pour un fondateur ? Sans doute. Mais peut-être un record de faible durée pour l’université : les sources ne parlent plus de l’université de Grenoble dès la fin des années 1340. Dix ans d’existence seulement pour la 1ère université du Dauphiné.

Trois sources mobilisées dans cette chronique. 1. Article de Paul Fournier, Le dauphin Humbert II (1312-1355), in Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Année 1912, Volume 56, Numéro 8, pp. 581-599.

p1000422p1000423Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Rhône-Alpes Auvergne, E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Médecine Pharmacie

Une complexification absurde

Thierry Mandon, le secrétaire d’État, est un ardent partisan de la simplification. Hélas en France, on fait toujours compliqué quand on peut faire simple. Et cela confine quelquefois à l’absurde.

Ainsi en est-il de la circulaire (n°2017-046 du 15 mars 2017) sur les Modalités d’admission en deuxième et troisième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme, modalités définies à l’origine par l’arrêté du 26 juillet 2010. Cette longue circulaire a pour objet de préciser l’organisation de la procédure retenue pour chacune des trois passerelles (accès direct en 2ème année, accès direct en 3ème année, exercice du droit au remords).

Ces modalités d’admission sont compliquées et dissuasives (cf. ci-dessous les 2 images), en particulier pour la mise en œuvre du droit au remords (droit des étudiants qui ont réussi le concours en fin de 1ère année (PACES), qui n’ont pas poursuivi leurs études en 2ème année, et qui peuvent justifier de deux années réussies d’études après la PACES).

Compliquées et dissuasives : les modalités le sont tellement qu’aucun étudiant des cohortes 2011, 2012 et 2013, et 2014 n’a demandé à exercer son droit de remords. C’est ce que révèle une Note d’information récente de la DEPP.

Procédure complexe, absence de candidats, mais quand même publication d’une nouvelle circulaire d’application. Une complexification absurde !

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans E. Médecine Pharmacie

Classement QS des universités

QS World University Rankings by Subject, un classement des universités selon 46 disciplines (4 nouvelles dans le classement de 2017) : le degré de précision n’est pas mal du tout pour les étudiants, pour les enseignants. Méthodologie : classement selon quatre indicateurs, ceux- ci étant pondérés différemment d’une discipline à l’autre.

11 ans après la création des PRES, 4 ans après la création des COMUE, les regroupements d’établissements (sauf les fusions) sont ignorés par le classement.

Quiz.

  • Dans quelle discipline, un établissement français enseignement supérieur et de recherche est-il le mieux classé ?
  • En théologie et sciences des religions, la France existe-t-elle ?

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans B. Quiz, E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion, E. Ingénierie, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales

Hospice de Cusanus (15ème)

Le fleuve Moselle et ses méandres : sur 50 kilomètres, entre Trèves et Bernkastel-Kues, le vignoble est roi.

P1010236Cliquer sur les images pour les agrandir

Sur la rive gauche, à Kues, l’hospice fondé par Nicolaus Krebs, dit Cusanus, fils d’un batelier de la Moselle et vigneron aisé. Né en 1401 à Kues et mort en 1464 à Todi en Italie. L’écrevisse que l’on voit sur ses armoiries et sur le retable de la chapelle rappelle le nom de la famille (Krebs en allemand). Source et citations : le petit guide en français, mis à disposition par le syndicat d’initiative.

Album de 57 photos (février 2017).

Copie de P1010257

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, D. Allemagne, E. Médecine Pharmacie, E. Mobilité internationale

Régions/Universités, bilan « 0 »

Vers une coopération renforcée entre les régions et les établissements d’enseignement supérieur (communiqué de presse de la CPU).

« Le 28 février 2017, à l’occasion du colloque annuel de la CPU, organisé à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, la CPU et Régions de France ont signé une convention-cadre de coopération destinée à renforcer leurs liens et à fixer de nouvelles bases de travail suite aux évolutions législatives des dernières années. En 2017, les axes de travail porteront sur quatre chantiers prioritaires : le patrimoine universitaire, la formation tout au long de la vie, l’intégration des formations paramédicales au sein des universités et les futurs programmes européens…

En 2009, la CPU et Régions de France avaient déjà signé, pour une durée de 5 ans, une convention visant à mettre en place des relations de travail régulière entre les organisations, dans un objectif d’accès à l’enseignement supérieur pour le plus grand nombre et dans un cadre d’engagement croissant des régions dans le soutien aux universités.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans E. Médecine Pharmacie

AFGES : collecte de sang

L’AFGES Les étudiant.e.s d’Alsace et l’Établissement Français Du Sang Strasbourg organisent une collecte de sang, de 11h00 à 16h00, Aula Marc Bloch du Palais universitaire de Strasbourg.

p1000140Cliquer sur les images pour les agrandir. Photos du 26/1, 11 heures

Nouveauté pour cette année, venez vous informer sur les différents types de dons sur un stand dédié avec animations tel que des maquillages proposés par Metamorphoses (Make-Up & SFX).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Médecine Pharmacie, Non classé

Baume pour soigner l’ergotisme

« La congrégation des Hospitaliers de saint Antoine, reconnue comme ordre religieux en 1218, s’est instituée beaucoup plus tôt à partir d’un hôpital ouvert à Saint-Didier-de-la-Mothe (Dauphiné) ; la fondation, approuvée au concile de Clermont par Urbain II (1095), en avait été décidée en reconnaissance pour une guérison du mal des ardents obtenue par les reliques de saint Antoine ».

p1520482Cliquer sur les images pour les agrandir

L’ordre devait compter 369 hôpitaux à la fin du XVème siècle. Celui d’Issenheim est fondé dès le XIIIème siècle.

Élisabeth Clémentz y a consacré sa thèse. Les Antonins d’Issenheim : essor et dérive d’une vocation hospitalière à la lumière du temporel, thèse de doctorat en Histoire, sous la direction de Maurice Gresset, université de Franche-Comté, 1995.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Médecine Pharmacie