Archives de Catégorie: F. 18ème siècle

Diderot. Plan d’université russe

Plan d’une université pour le Gouvernement de Russie (1775-1776). Extraits

429. DE L’INSTRUCTION

Instruire une nation, c’est la civiliser ; y éteindre les connaissances, c’est la ramener à l’état primitif de barbarie. La Grèce fut barbare ; elle s’instruisit et devint florissante. Qu’est-elle aujourd’hui ? Ignorante et barbare. L’Italie fut barbare ; elle s’instruisit et devint florissante : lorsque les arts et les sciences s’en éloignèrent, que devint-elle ? Barbare. Tel fut aussi le sort de l’Afrique et de l’Égypte, et telle sera la destinée des empires dans toutes les contrées de la terre et dans tous les siècles à venir.

431. DES AUTEURS QUI ONT ÉCRIT DE L’INSTRUCTION PUBLIQUE

Pour satisfaire aux ordres de Sa Majesté et répondre aussi bien que je le pouvais à la confiance dont elle m’honore, j’ai commencé par m’instruire de ce que les hommes les plus éclairés de ma nation ont, autrefois ou récemment, publié sur cette matière. Tous ont assez bien connu les vices de notre éducation publique, aucun d’eux qui nous ait indiqué les vrais moyens de la rectifier ; nulle distinction entre ce qu’il importe à tous de savoir et ce qu’il n’importe d’enseigner qu’à quelques-uns ; nul égard ni à l’utilité plus ou moins générale des connaissances, ni à l’ordre des études qui devrait en être le corollaire. Partout la liaison essentielle des sciences ou ignorée ou négligée. Pas le moindre soupçon que quelques-unes, nécessaires dans toutes les conditions de la société, et ne tenant à d’autres que par un fil trop long et trop délié, semblent exiger et exigent un cours séparé qui marche parallèlement au premier. Rollin, le célèbre Rollin, n’a d’autre but que de faire des prêtres ou des moines, des poètes ou des orateurs ; c’est bien là ce dont il s’agit !…

Lire la suite

Commentaires fermés sur Diderot. Plan d’université russe

Classé dans A. Histoire moderne, D. Europe (autres), E. Mobilité internationale, F. 18ème siècle

Diderot, dessine-moi une université !

Denis Diderot, Plan d’une université pour le Gouvernement de Russie (1775-1776), projet réalisé à la demande de Catherine II, impératrice (texte intégral).

Chronique en 3 temps. 1. Propositions principales du Plan. 2. Contexte historique. 3. Morceaux choisis

1. Propositions principales

Le texte de Diderot est écrit avec brio et causticité. Il ne se lasse pas de critiquer l’université de Paris et, en particulier, sa Faculté de Théologie. Ses propos sont même parfois haineux.

« Instruire une nation, c’est la civiliser ; y éteindre les connaissances, c’est la ramener à l’état primitif de barbarie…

Une université est une école dont la porte est ouverte indistinctement à tous les enfants d’une nation et où des maîtres stipendiés par l’État les initient à la connaissance élémentaire de toutes les sciences…

Le but de l’éducation publique sera le même dans tous les siècles : faire des hommes vertueux et éclairés » (Gorbatov)…

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans A. Histoire moderne, D. Europe (autres), E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Ingénierie, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences, F. 18ème siècle

Diderot contre la Sorbonne

1752, une année horribilis pour Denis Diderot (39 ans) et pour Jean-Martin de Prades (32 ans).

Diderot et d’Alembert ont publié les deux premiers volumes de l’Encyclopédie en 1751. Mais le 7 février 1752, Louis XV en fait interdire la vente, l’achat et la détention.

Jean-Martin de Prades connaît l’Encyclopédie ; il en est un des contributeurs : article Certitude. Pour aller plus loin : Jean Haechler et Françoise Jouffroy-Gauja, L’article CERTITUDE de l’Encyclopédie commenté par un souscripteur anonyme, Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie.

Fin 1751, Prades, prêtre, soutient en Sorbonne la quatrième thèse nécessaire pour l’obtention du doctorat en théologie. Le jury lui décerne ce titre à l’unanimité. Retournement de situation : de janvier à mai 1752, la thèse est condamnée par la Sorbonne, le Parlement, l’archevêque de Paris et plusieurs évêques, et enfin par le Pape. Pour éviter la prison, Prades doit partir en exil.

Issue à peine croyable pour Diderot (cf infra, point 4). Il contre la Sorbonne, complétant la défense de Prades, démontrant aux théologiens que les argumentations du condamné produits dans sa thèse sont tout à fait orthodoxes. Il joue des contradictions entre les différents courants religieux (les conservateurs de la Sorbonne, les Jansénistes, les Jésuites), attaquant le plus faible du moment. Mettre de l’huile sur le feu lui réussit.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Diderot contre la Sorbonne

Classé dans A. Histoire moderne, C. Ile-de-France, E. Sciences humaines et sociales, F. 18ème siècle

Diderot. 5 villes universitaires

L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert procède par article. Cette chronique s’intéresse aux articles qui portent un nom de ville : dans 22 villes, ont été fondées, du 13ème au 16ème siècle, des universités. Lors de la création de leur université, toutes les villes n’étaient pas localisées dans le royaume de France. Toutes les universités fondées n’ont pas survécu jusqu’au milieu du 18ème siècle ; certaines ont été transférées dans une autre ville.

Les universités sont mortelles : toutes disparaitront moins de 40 ans après l’Encyclopédie, lors de la Révolution. La période contemporaine, avec sa frénésie de regroupements expérimentaux, ne devrait pas l’oublier !

Les articles de l’encyclopédie ont un contenu que je n’imaginais pas aussi divers :

  • Il semblerait donc que les auteurs aient eu une très grande autonomie de rédaction.
  • la fondation d’une université n’est pas mentionnée dans les 13 villes marquées en italique dans la liste ci-dessous !
  • autre surprise : les auteurs ne mâchent pas leurs mots, critiquent sans vergogne.
  • bref, l’encyclopédie n’est pas une source de premier plan pour connaître l’histoire des universités et pour comparer les universités entre elles.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Diderot. 5 villes universitaires

Classé dans A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, C. Centre Val de Loire, C. Ile-de-France, C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon), C. PACA Corse, E. Mobilité internationale, F. 18ème siècle

Diderot, l’Encyclopédie, l’Université

37 articles de l’Encyclopédie, consultables sur ENCRRE, base de données du CNRS.

  • Les structures : Écoles, Universités, Collèges, Académies
  • Les fonctions : chancelier, recteur, procureur, doyen de faculté, professeur, bedeau…
  • L’enseignement et la recherche : les disciplines…
  • Les grades : bachelier, licencié, maître, docteur.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Commentaires fermés sur Diderot, l’Encyclopédie, l’Université

Classé dans A. Histoire moderne, E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales, F. 18ème siècle

Denis Diderot, 30 ans en 1743

1713-1784. Denis Diderot, « né à Langres et mort à Paris, est un écrivain, philosophe et encyclopédiste français des Lumières, à la fois romancier, dramaturge, conteur, essayiste, dialoguiste, critique d’art, critique littéraire et traducteur ». Sources des citations de cette chronique : Wikipédia, Pierre Lepape, Diderot, Grandes Biographies Flammarion, 1991, 443 pages.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

1713. Denis Diderot naît à Langres, dans une famille bourgeoise. Son père Didier Diderot (1675-1759), maître coutelier, était réputé pour ses instruments chirurgicaux, scalpels et lancettes notamment. Sa mère Angélique Vigneron (1677-1748) était la fille d’un maître tanneur.

Diderot était l’aîné d’une fratrie dont chaque membre tint un rôle important dans la vie de l’écrivain. Didier-Pierre (1722-1787) embrassera la carrière ecclésiastique et sera chanoine de la cathédrale de Langres. Les relations entre les deux frères seront toujours conflictuelles.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, E. Arts Lettres Langues, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales, F. 18ème siècle