Archives de Tag: Assises

Jeunes Chercheurs déçus et rassurés

Suite des chroniques sur la grogne contre le projet de loi Fioraso. Communiqué de la Confédération des Jeunes chercheurs en date du 28 février 2013.

« La CJC est déçue par le manque d’ambition du projet de loi sur l’ESR mais rassurée par les pistes de travail du ministère ». Au CNESER [où elle n’a pas pu s’exprimer], la CJC avait décidé de ne pas s’opposer à l’adoption de ce projet de loi mais de s’abstenir, marquant ainsi, malgré les attentes déçues, une confiance maintenue envers le gouvernement ».

La CJC espère que le ministère tiendra ses engagements sur trois points.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Jeunes Chercheurs déçus et rassurés

Classé dans Non classé

Communauté d'universités

La loi Fioraso devrait entrer en vigueur le 1 septembre 2013. Elle supprime les PRES et prévoit, au titre des regroupements et des coopérations entre établissements, 3 modalités dont la communauté d’universités. Le rapport de Vincent Berger n’avait pas tranché entre les différentes appellations possibles pour les regroupements. Jean-Yves Le Déaut a suggéré la dénomination de communauté d’universités dans le rapport qu’il a remis à la Ministre le 17 janvier 2013 (Refonder l’université. Dynamiser la recherche. Mieux coopérer pour réussir, page 38).

Il faut féliciter le député de Meurthe-et-Moselle, par ailleurs premier-vice président du Conseil régional de Lorraine, car il n’a pas eu peur du ridicule : “communauté d’universités” est un pléonasme fort inventif !

Le projet de loi (version du 15 janvier 2013) retient la suggestion du Lorrain. Il modifie en effet l’article L719-11 du Code de l’Éducation. “La politique territoriale de coordination prévue à l’article L. 719-10 est organisée par un seul établissement d’enseignement supérieur pour un territoire donné. Elle est organisée, pour les établissements d’enseignement supérieur, selon l’une des trois modalités suivantes : 1° la fusion d’établissements d’enseignement supérieur ; 2° le regroupement, qui peut prendre la forme : a) de la participation à une communauté d’universités ; b) du rattachement d’établissements ou d’organismes publics ou privés concourant aux missions du service public de l’enseignement supérieur ou de la recherche à un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel”.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Communauté d'universités

Classé dans Non classé

Fioraso : "va-que-je-t'embrouille"

Le réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche ressemble de plus en plus furieusement au « jeu nocturne du va-que-je-t’embrouille » qu’aurait inventé Pierre Rosensthiel en 1944 en Bourgogne : « par rotation des panneaux de carrefour, il fit faire zigzaguer les colonnes de la Wehrmacht en repli vers l’Est« . En 1992, le Pierre deviendra membre de l’Oulipo.

Une magistrale illustration d’un tel jeu de labyrinthe est l’affaire de l’IDEX et du PRES Sorbonne Paris Cité dont l’université Paris 7 Denis Diderot (président Vincent Berger, rapporteur général des Assises) et l’université Paris 13 Villetaneuse (président Jean-Loup Salzmann, élu hier président de la CPU) sont membres fondateurs. Avant d’exposer ce cas de labyrinthe presque parfait, j’en rappelle le contexte.

Printemps 2012. François Hollande, puis Geneviève Fioraso, annoncent la couleur. Les Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche seront un lieu exemplaire d’échanges, de consultations et de propositions aux différents niveaux, local, régional et national. Un projet de loi et une loi s’ensuivront. Cette loi se devant de reprendre toutes les propositions consensuelles. Que n’a-t-on vanté les qualités d’un processus bottom-up ! Bref, un truc à l’inverse de la politique top-down pratiquée par Valérie Pécresse au début de l’été 2007 et qui allait aboutir à la loi Libertés et Responsabilités des Universités (LRU).

Lire la suite

Commentaires fermés sur Fioraso : "va-que-je-t'embrouille"

Classé dans C. Ile-de-France

Fioraso élue présidente de la CPU

20 décembre 2012. Geneviève Fioraso ne pouvait rêver mieux : le trio conduit par Jean-Loup Salzmann a été élu au bureau de la CPU par 56 voix contre 42 au trio Guy Cathelineau (communiqué de la CPU). Mais encore une fois une instance nationale « unie, forte et indépendante », use d’une communication tronquée.

La CPU compte 128 membres ; il n’y a eu que 98 votants ; l’équipe de Jean-Loup Salzmann n’a donc recueilli que 43,8% des voix des électeurs inscrits ! Les 30 autres présidents étaient-ils absents ? Combien de présents ont voté « blanc » ? 14 ? Comme le nombre de présidents qui ont demandé à la Ministre de « reprendre dans le budget de l’État la masse salariale des fonctionnaires travaillant dans l’enseignement supérieur » ? Actualisation à 19 heures 20. Lettre de la CPU du 20 décembre 2012 : elle précise enfin la composition du corps électoral : 103 électeurs seulement (les PRES ne sont qu’associés).

La Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche ne veut pas toucher aux fondamentaux de la loi LRU, à savoir aux responsabilités et compétences élargies (chronique : « Assises, un rapport consternant« ). Elle trouve dans le nouveau bureau de la CPU un allié de choix, qui viendra renforcer l’équipe de ses conseillers ex-présidents. Elle va donc, de fait, présider la CPU car le bureau Salzmann est composé de trois présidents réélus : ils ont mis en œuvre sans vergogne la LRU dès 2008. Leur profession de foi réussit le tour de force de ne pas mentionner cette loi ! Touche pas à ma LRU !

Lire la suite

9 Commentaires

Classé dans C. Ile-de-France, C. Rhône-Alpes Auvergne

A. Beretz, un président inclassable

Les 22 membres du Conseil d’administration de l’université de Strasbourg, élus le 20 novembre 2012, se sont réunis cet après-midi pour élire le président. Résultats : Alain Beretz, 12 voix, Jacques Haiech, 7 voix. 3 conseillers ont voté « blanc ». « Félicitations, cher Alain Beretz ! Te voilà réélu pour un second mandat ».

Les élus étudiants de l’AFGES ont fait le président et ils expliquent pourquoi dans un communiqué daté de ce jour, 18 décembre 2012. Ils ont choisi le candidat Beretz en toute transparence. Rien ne peut leur être reproché ! Mais… l’AFGES est membre de la FAGE : à Reims, les 4 élus de la FAGE ont voté pour Gilles Baillat, candidat du SNESUP ; à Strasbourg, les 4 élus de la FAGE ont voté contre le candidat du SNESUP, Jacques Haiech. Ils ont voté pour un homme, pour une personnalité. Ils ont aussi voté pour un programme exposé lors du débat du 11 décembre 2012. Débat qui a tourné l’avantage d’Alain Beretz. La FAGE navigue-t-elle au fil des programmes locaux ou a-t-elle une stratégie nationale ?

Mon pronostic avant le scrutin de cet après-midi : Alain Beretz devait l’emporter 12 voix à 10 si les 4 élus de l’AFGES votaient pour lui. Jacques Haiech devait l’emporter 14 voix à 8 si les 4 élus de la FAGE votaient pour lui. Ce dernier n’a obtenu que 7 voix et donc apparemment aucune voix des 3 élus BIATSS (dont un élu SGEN-CFDT et un élu CGT), Aucune voix des 5 élus étudiants (dont un élu UNEF).

Lire la suite

5 Commentaires

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Le PRES : G. Baillat et V. Berger

Gilles Baillat, président de l’URCA, m’a fait parvenir sa réponse à la chronique critique « Le PRES, Université Fédérale Européenne Champagne Ardenne Picardie, battu en plein champ« . Quel avenir pour les PRES ? Le rapport de Vincent Berger déborde d’une imagination consternante (2nde partie de cette chronique).

Texte intégral de la réponse de Gilles Baillat. Extraits. « Rester isolés ? Non, effectivement, nous ne le pouvons pas. Non qu’il faille se marier de gré ou de force dans le nouveau paysage universitaire qui a valorisé (sans doute à tort, effectivement) le « big is beautiful », mais parce que des universités comme l’URCA ont tout intérêt à conclure des alliances stratégiques avec les établissements qui peuvent construire avec nous du « gagnant-gagnant« …

« Certes, la forme de PRES que revêt notre partenariat stratégique avec l’UPJV est aujourd’hui spécifique »… [Elle] n’interdit en rien d’autres alliances stratégiques qui respecteront l’identité de notre établissement. La vision que je défends est donc tout à fait claire : oui au PRES UFECAP, sans exclusive aucune, au service d’une Université de Reims Champagne-Ardenne insérée dans les réseaux susceptibles de renforcer son développement« .

Lire la suite

Commentaires fermés sur Le PRES : G. Baillat et V. Berger

Classé dans Non classé

Assises : un rapport consternant !

Vincent Berger, rapporteur général des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche, a remis, le 17 décembre 2012, au Président Hollande, un rapport de 88 pages comportant 135 propositions. La mise en œuvre de toutes ses propositions, de portées fort différentes d’ailleurs, ne changera rien à l’état de l’enseignement supérieur en France ! Le projet de loi Fioraso ne sera présenté en Conseil des ministres qu’en mars 2013. Le changement, tout en moins ce qui en reste, c’est peut-être pour après-demain !

Le rapport est décevant par son mélange d’intentions généreuses, de vœux pieux réitérés depuis la réforme de 1968, de réformettes qui font plaisir au peuple laïc (proposition 28), d’une multiplication de règles sottes qui vont étouffer encore davantage l’autonomie des universités et les libertés et responsabilités des universitaires, de projets qui ne seront pas financés. Plus gravement, certaines analyses et propositions sont consternantes. Un exemple parmi d’autres !

Page 75 et proposition 135. « La DIRDA ne prend en compte qu’environ la moitié du budget des universités, c’est-à-dire la  partie recherche. Il reste la partie enseignement, pour laquelle, hors recherche, l‘université dépense de l’ordre de 6.000 € par étudiant. Pour soutenir les propositions présentées dans ce document, il conviendrait d’augmenter progressivement cette somme à 9.000 € par étudiant (pour les établissements et hors allocation d’études), pour environ 2 millions d’étudiants – à noter que même avec cela la France restera encore loin derrière les États-Unis et ou les pays nordiques ».

Lire la suite

Commentaires fermés sur Assises : un rapport consternant !

Classé dans Non classé

Cours à distance et en présentiel

27 et 28 novembre 2012. Pour la première fois de ma vie, je donne six heures de cours dans une « salle de téléprésence immersive« . Invitation par le Collège doctoral international de l’Université Européenne de Bretagne. Le thème : « Enseignement supérieur et recherche en France : points forts, points faibles, opportunités et menaces ». Le public : 21 doctorants des 8 écoles doctorales de l’UEB. Cours en présentiel : onze doctorants sont à mes côtés à Brest. Cours à distance : une doctorante se trouve à Lorient et neuf doctorants à Rennes. J’ai accepté, avec grand plaisir, le défi de tenter une expérience innovante et stimulante. En voici un bilan personnel.

Salle de cours dans chacune des trois villes : un amphithéâtre de 18 places, équipé des technologies les plus avancées pour un enseignement multi-sites. Des fauteuils plus que confortables. Capacité d’accueil des 3 amphis : 54. Les doctorants de Rennes et de Lorient sont à près de deux cents kilomètres de Brest mais ils sont présents et visibles sur un très grand écran. Chaque doctorant a devant lui un écran d’ordinateur et un micro, peut intervenir quand il le veut. Sons et images d’une qualité exceptionnelle. Tout se passe comme si nous étions tous dans le même amphithéâtre circulaire, moi au milieu de l’arène ; les doctorants de Brest sont derrière moi.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Cours à distance et en présentiel

Classé dans C. Bretagne Normandie

Droit à la formation initiale différée

Les propositions du comité de pilotage des Assises, en matière de formation tout au long de vie, sont quasi inexistantes, ne font qu’encourager la mise en œuvre de droits reconnus. Certains d’entre eux – le congé individuel de formation – datent de plus de 40 ans !

Proposition 24. Encourager les établissements à développer le nombre des formations en alternance et par apprentissage, en formation initiale ou tout au long de la vie. 27. Développer la possibilité de doctorat en formation continue ou en alternance. 25. Faciliter la validation des acquis de l’expérience, simplifier et accélérer les procédures, diminuer les coûts selon les certifications visées. 26. Encourager le retour en formation et la formation tout au long de la vie en général en renforçant les financements de formation continue et en adaptant les rythmes et les méthodes d’enseignement aux salariés ».

Une proposition mériterait d’être précisée : « 26. Encourager la reprise d’études pour les bacheliers professionnels ou technologiques qui ont déjà eu une première expérience professionnelle ». Signifie-t-elle qu’il faut dissuader, empêcher une partie des bacheliers professionnels de poursuivre immédiatement des études après le baccalauréat ? Sélection à l’entrée de l’université : mot tabou jamais mentionné dans les 121 propositions des Assises (sauf pour la première année des études de santé).

Dommage, vraiment dommage que le comité de pilotage des Assises n’ait pas pris en compte les propositions de Jean-Marie Filloque, vice-président Formation Tout au long de la Vie, en charge du CEVU de l’université de Bretagne Occidentale (Brest), ancien président du réseau national de la Formation Continue Universitaire. Je partage totalement ses analyses, ses argumentations et ses propositions (chronique : “alarme pour les bacs pros“. Lire la contribution de Jean-Marie Filloque pour les Assises (photo du 28 novembre 2012.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Droit à la formation initiale différée

Classé dans C. Bretagne Normandie

CIR. Recruter 2.000 docteurs en 2013

Suite logique du « Dossier Crédit Impôt Recherche » : embaucher davantage de jeunes docteurs ! Combien de jeunes embauchés chaque année dans le cadre des dispositifs actuels du CIR ? Selon le Ministère, les entreprises ont été de plus en plus nombreuses à embaucher de jeunes docteurs : 439 en 2007, 700 en 2008, 781 en 2009, 886 en 2010“.

Le rapport de juillet 2012 de Michel Berson, sénateur socialiste, remis à Geneviève Fioraso, propose la refonte du CIR (communiqué du Sénat). Deux propositions : “favoriser la collaboration entre entreprises et organismes publics de recherche ; renforcer les dispositions incitatives en faveur de l’embauche de jeunes docteurs. Qu’attendez-vous, Geneviève Fioraso ?

Dans un commentaire, Philippe G. m’a signalé deux documents-clés à la base de cette nouvelle chronique. Merci à lui ! Le site Les Docteurs, le sens neuf de l’entreprise a publié un document intitulé, “Recrutez un docteur, bénéficiez des compétences d’un expert de l’innovation et optimisez votre CIR. Calcul établi par Les Docteurs : “le bénéfice du crédit d’impôt peut permettre de couvrir l’intégralité des 24 premiers mois de salaire du docteur (à hauteur de 108% du salaire), contre seulement 47% dans le cas d’un autre recrutement ».

Lire la suite

Commentaires fermés sur CIR. Recruter 2.000 docteurs en 2013

Classé dans Non classé