Archives de Tag: Carrières

Fabienne Blaise, rectrice depuis 2018

7 février 2020. Sale temps pour les Recteurs. Conseil des ministres du 5 février 2020 : six mesures d’ordre individuel (nomination ou promotion de rectrices et recteurs d’académie). Pourquoi six professeurs, anciens présidents d’université, acceptent-ils d’être recteur ?

  • alors que le projet de réforme des retraites est particulièrement pénalisant pour les personnels enseignants et non enseignants de l’ESRI
  • alors que la réforme Blanquer du Baccalauréat accentue les inégalités sociales
  • alors que le statut des enseignants-chercheurs est menacé par la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

2ème exemple. Promotion pour Fabienne Blaise, rectrice de l’académie de Grenoble, nommée rectrice déléguée pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation de la région académique Grand Est.

  • Lire aussi Sophie Béjean, rectrice de l’académie de Strasbourg, promue super-rectrice en Occitanie et rectrice de Montpellier

Fabienne Blaise a été présidente de l’université de Lille III de mai 2012 à décembre 2017 (lire la chronique). La trajectoire, qui l’a menée tardivement (à 55 ans) à une présidence d’université, est tout à fait atypique. Elle n’a été ni vice-présidente de l’université, ni membre d’une équipe présidentielle, ni directrice de composante, ni même élue dans un conseil central. Son expérience en matière de responsabilités de recherche est pourtant imposante tant au niveau local que national et surtout dans le champ de la recherche à la direction de l’UMR Savoirs et Textes, à la direction de le MESHS (Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société Lille, Nord de France) ?

Syndiquée au SNESUP bien avant sa première élection à la présidence de Lille III, élue en 2012 et réélue en 2016 avec le soutien du SNESUP, syndicat de gauche, pourquoi et quand Fabienne Blaise a-t-elle « tourné sa veste » ? Je laisse les lectrices et les lecteurs faire des hypothèses sur le Pourquoi. La concurrence est sévère entre les Hommes présidents pour participer à la « Lutte des places » ; elle est, de fait, moindre entre les Présidentes.

Dès la fin de son premier mandat et au début du second, la présidente de Lille 3 fait des choix qui la positionnent nationalement et la font donc connaître.

  • Février 2015. Elle est, avec deux autres présidents, l’auteur du rapport Disciplines rares. Une discipline rare peut-elle être une discipline en décroissance (en crise, en voie de disparition…) ou une discipline en émergence… Aller plus loin…
  • Décembre 2016. Elle est élue au Bureau CPU. Profession de foi. « Gilles Roussel est élu président de la Conférence des présidents d’université, en séance plénière, avec ses deux vice-présidents, Fabienne Blaise et Khaled Bouabdallah, président de l’Université de Lyon. Élus au premier tour à 82 voix sur les 94 votants, 130 inscrits. Profession de foi du bureau de la CPU (11 pages) Unité et collégialité, pour une CPU encore plus forte.
  • 2017. Fabienne Blaise, présidente d’une université SHS, ne refuse pas, comme d’autres universités de même type (Bordeaux, Lyon, Montpellier, Rennes), la fusion avec les deux autres universités lilloises. Préparée sous la gauche, la fusion est actée quelques mois après l’élection d’Emmanuel Macron. Le décret de création de l’université de Lille est paru le 11 septembre 2017 pour mise en œuvre le 1er janvier 2018. De plus, Fabienne Blaise accepte de ne pas candidater à la présidence de l’université fusionnée. Aller plus loin…

Ainsi Fabienne Blaise a construit un profil national, mais la position est fragile. Elle sait qu’elle ne sera plus jamais présidente d’université et donc qu’elle ne sera plus jamais vice-présidente de la CPU. Elle transforme cette fragilité en atout : elle est disponible pour une autre mission politique : elle sera Rectrice d’Académie. A droite comme à gauche, il y a accord pour une parité dans les nominations.

27 avril 2018. Fabienne Blaise, ex-présidente de l’université de Lille 3, nommée rectrice de l’académie de Grenoble. Un mois après le limogeage de Claudine Schmidt-Lainé, l’académie de Grenoble a trouvé sa nouvelle rectrice. Le conseil des ministres a en effet désigné Fabienne Blaise, à la tête du Rectorat, le 27 avril dernier.

Fabienne Blaise accepte, dois-je dire « sans vergogne » et « sans compassion », de remplacer une rectrice limogée. Mais qu’a fait Claudine Schmidt-Lainé pour subir cette sanction pour abus de confiance ? Sanction qui précède l’ouverture d’un procès en correctionnelle. Depuis quand une sanction s’applique-t-elle alors que l’affaire de référence n’a pas encore été jugée ? le 1er jugement fait d’ailleurs l’objet d’un appel en septembre 2018. Trois articles de presse relatent cette histoire tristissime (3 pages). Quid du jugement en appel ? Je ne l’ai pas trouvé/ Help svp.

11 septembre 2018. Fabienne Blaise. « Ces réformes profondes vont dans le sens de l’Histoire », L’essor Isère, Caroline Thermoz-Liaudy.

Nommée pour la première fois rectrice, dans l’académie de Grenoble, le 27 avril, Fabienne Blaise a fait sa première rentrée des classes. Une rentrée plutôt sereine selon ses termes malgré le train des réformes bien lancé. Réformes auxquelles elle adhère, non pas par dévotion envers le ministère, assure-t-elle, mais par conviction. Son crédo : l’égalité des chances.

Fabienne Blaise, c’est votre première rentrée dans l’académie de Grenoble en tant que rectrice, pouvez-vous tracer votre parcours avant cela ?

J’ai été professeur de langue et littérature grecque. J’ai dirigé quelques unités mixtes de recherche, laboratoires sous la tutelle du CNRS et le l’université Lille 3. J’ai d’ailleurs été la première femme élue directrice à ce poste, ce dont je suis fière. J’ai aussi dirigé une maison des sciences de l’Homme qui fédérait tous les laboratoires de sciences humaines et sociales de cette même région lilloise. En 2012, j’ai été élue présidente de l’Université Lille 3, où je me suis attelée avec les deux autres présidents à la fusion des universités. J’ai été réélue en 2016, au moment où la fusion a été effective. Et en même temps, j’ai travaillé avec Patrick Lévy et Lise Dumasy (respectivement président et ancienne présidente de l’UGA, NDLR) à monter un dossier Idex. Contrairement à Grenoble, Lille n’a pas eu l’Idex mais l’Isite. Mais c’était une concurrence amicale, car à mon sens, s’il n’avait dû y avoir qu’un Idex, il aurait été pour Grenoble.

Entre temps, j’ai été contacté plusieurs fois pour être rectrice. Ce n’était jamais le bon moment, jusqu’à cette dernière proposition. Et si je n’ai jamais eu de plan de carrière, j’ai l’impression que cette mission de rectrice est la dernière pièce qu’il fallait assembler. Vraiment, cette fonction m’épanouit ».

31 août 2019. Fabienne Blaise, rectrice d’académie : je ne crains pas la rentrée scolaire, je la fais, Le Dauphiné, Jean-Benoît Vigny. Deux mois après une fin d’année tendue, les enseignants ont fait leur rentrée ce vendredi 30 août. Fabienne Blaise, rectrice de l’académie, fait le point.

5 février 2020. Fabienne Blaise est promue Rectrice du Grand-Est, rectrice de Nancy. Dans deux ans, après de bons et loyaux services pour la Macronie, elle pourra prendre sa « retraite à l’âge pivot ».

Le jeu des chaises musicales est sans fin. Hélène Insel est nommée rectrice de l’académie de Grenoble. Elle était précédemment rectrice de l’académie de Reims depuis septembre 2015.

Après un doctorat en Sciences économiques soutenu en 1991, Hélène Insel est nommée maîtresse de conférences en sciences économiques à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne (1991-1994) puis obtient l’agrégation des universités en économie en 1994. Elle est successivement Professeure à l’université d’Angers (1994-1996), à l’université d’Évry-Val d’Essonne (1996-2005), puis à l’université Paris-XIII.

CV de Fabienne Blaise à jour sur EducPros.

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Rhône-Alpes Auvergne

Présidente F. Blaise, 2012 à 2017

7 février 2020. Sale temps pour les Recteurs. Conseil des ministres du 5 février 2020 : six mesures d’ordre individuel (nomination ou promotion de rectrices et recteurs d’académie)

  • Promotion pour Fabienne BLAISE, rectrice de l’académie de Grenoble, nommée rectrice déléguée pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation de la région académique Grand Est.

I. 2012-2016. Premier mandat de Fabienne Blaise à la présidence de l’Université de Lille 3 Sciences Humaines et Sociales

17 mai 2012. Présidente Fabienne Blaise, élue le 12 mai 2012 à l’âge de 55 ans. Son blog. CV Université de Lille jusqu’à 2012. Un CV de cette époque

Née à Valenciennes en 1957, elle est professeur en langue et littérature grecque depuis 2007 et directrice de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société Lille Nord de France depuis 2008.

Extraits de la chronique. La trajectoire qui a mené Fabienne Blaise à la présidence de Lille 3 est tout à fait atypique. Elle n’a été ni vice-présidente de l’université, ni membre d’une équipe présidentielle, ni directeur de composante, ni même élue dans un conseil central. Son expérience en matière de responsabilités est pourtant imposante tant au niveau local que national et ce depuis de nombreuses années, surtout dans le champ de la recherche à la direction de l’UMR Savoirs et Textes, de l’édition et de la valorisation des Humanités.

Mais pourquoi donc candidater à la présidence d’une université alors qu’on est devenu enfin professeur et surtout quand on est directrice d’une MSH ? Fabienne Blaise l’explique avec une grande honnêteté et tonicité dans sa profession de foi. « La situation actuelle m’oblige à cette décision, au nom de tout ce que m’a apporté notre communauté universitaire. Depuis quelques années, j’observe en effet avec inquiétude l’évolution de l’université Lille 3« .

Les objectifs du mandat présidentiel : « relever le défi de structurer la recherche en sciences humaines et sociales dans la région…, peser fermement dans la constitution de l’université de Lille…, défendre une ligne claire, où la recherche interdisciplinaire et sur programme ne doit pas faire oublier qu’elle ne peut exister sans recherche disciplinaire forte et sans soutien ferme et récurrent aux laboratoires…, concevoir recherche, formation et devenir des étudiants comme indissociables ».

« J‘ai appris que rien ne peut se faire si l’on n’accepte pas de s’exposer – même si cela nous met parfois en danger – en énonçant ses modalités d’action, au sein de son équipe et au-delà de cette équipe. C’est là, selon moi, assumer ses responsabilités de présidente sans tomber dans la personnalisation à laquelle incite la loi LRU ». Courage Présidente Blaise !…

Juin 2012. Mensuel du SneSUP, n°606, page 20. Une présidente à Lille 3. « Nous avons présenté des listes communes dans les collèges A ,B et C. La liste SNESUP-SGEN-CFDT est arrivée largement en tête dans les deux collèges enseignants, et nous avons également obtenu un élu dans le collège BIATOS, ce qui donnait à cette alliance 12 sièges sur 22 au CA ».

« Fabienne Blaise est syndiquée de longue date au SNESUP. Elle était bien connue de la section, puisqu’elle a fait la majeure partie de sac arrière dans notre établissement. Agrégée de Lettres depuis 1991, élève du philologue Jean Bollack, elle est devenue professeure de langue et littérature grecques en 2007, après avoir été recrutée comme maître de conférences en 1995″.

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), C. Rhône-Alpes Auvergne, Non classé

Quitter l'Education Nationale

Colloque SNALC, QUITTER L’EDUCATION NATIONALE : reconversion, mobilité, rupture conventionnelle, retraite, démission…

Lundi 2 mars à Mulhouse au lycée Louis Armand. Mardi 3 mars à Colmar au lycée Blaise Pascal. 9 à 17 heures.

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Retraites. D’autres choix possibles !

Notre démarche.  La retraite est un enjeu de société crucial.

Alors que le gouvernement passe en force en prétendant établir un « dialogue », la population française reste majoritairement opposée à ce projet et réaffirme son attachement à un véritable droit solidaire à la retraite. Point d’orgue de ce jeu de dupes : le « retrait » temporaire de l’âge pivot qui aboutit au même allongement de la durée du travail mais permet au gouvernement de communiquer, par le flou, sur une prétendue concession.

Pourtant, d’autres choix sont possibles. Des choix qui consolident notre système de retraite par répartition dans le respect de l’ambition originelle de la Sécurité sociale. De nouvelles orientations qui assurent le droit au temps libre en répondant aux enjeux de la transition écologique, de l’emploi, et de la réduction des inégalités.

Malgré nos différences, nous avons décidé de travailler ensemble pour proposer une autre voie. Ensemble, nous proposons de mettre sur la table le cadre d’une réforme progressiste des retraites.

Les grandes orientations que nous esquissons en commun peuvent contribuer à amplifier le débat sur les solutions et l’alternative : l’heure est désormais à l’instauration de nouvelles garanties collectives pour assurer le droit à la retraite pour toutes et tous.

Nous n’acceptons pas que le calcul proposé par le gouvernement pénalise les fonctionnaires en se basant sur l’ensemble de la carrière et non plus sur les six derniers mois tout comme les salariés du privé aux carrières les plus précaires, incomplètes, et aux salaires les plus bas.

À l’opposé de la logique comptable et régressive du gouvernement, nos propositions, dans le respect de la diversité de chacune de nos forces politiques, font la démonstration qu’il est possible de réparer les injustices de notre système en s’appuyant sur les fondements de notre modèle social.

Les organisations signataires

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Sale temps pour les Recteurs

Compte rendu du Conseil des ministres du 5 février 2020. Mesures d’ordre individuel (nomination ou promotion de rectrices et recteurs d’académie)

Mme Sophie BÉJEAN, rectrice de l’académie de Strasbourg, est nommée rectrice de la région académique Occitanie, rectrice de l’académie de Montpellier

Mme Fabienne BLAISE, rectrice de l’académie de Grenoble, est nommée rectrice déléguée pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation de la région académique Grand Est

Mme Simone BONNAFOUS, inspectrice générale de l’éducation, du sport et de la recherche de 1ère classe, est nommée rectrice déléguée pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation de la région académique Île-de-France

M. Khaled BOUABDALLAH, professeur des universités, est nommé recteur délégué pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation de la région académique Occitanie

M. Philippe DULBECCO, inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche de 1ère classe, est nommé recteur délégué pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation de la région académique Provence-Alpes-Côte d’Azur

M. Emmanuel ETHIS, Recteur de la Région académique Bretagne, Recteur de l’académie de Rennes (nomination le 1 avril 2019)

6 chroniques du blog traiteront de la trajectoire professionnelle après le mandat de président d’université des 6 recteurs nommés ci-dessus.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Brest. Carrière de Pascal Olivard

Pascal Olivard, né en 1966, est ancien président de l’Université de Bretagne Occidentale (2007-2016), ancien président de l’Université Européenne de Bretagne (2012-2016), ancien président de la COMUE Université de Bretagne-Loire (2016-2019), ancien candidat à la direction de l’IFREMER (en 2018). Il est aujourd’hui candidat à la mairie de Brest pour le mandat 2020-2026.

Quand j’étais professeur de sociologie du travail et des organisations, j’adorais faire le cours sur les mobilités sociales, professionnelles, et géographiques, en particulier en licence professionnelle.

Je conseillais à mes étudiants, à la recherche d’un stage, d’un contrat d’apprentissage, ou d’un emploi d’adapter leur CV aux caractéristiques de l’offre, pour se donner plus de chances d’être recrutés.

Toute histoire de vie a ses points forts (ne pas les exagérer) et ses points faibles (mentir par omission est tolérable, transformer ses échecs en succès) .

Cette chronique présente quatre CV de Pascal Olivard et quelques commentaires de ma part.

Poster un commentaire

Classé dans C. Pays de Loire, Non classé

Mettons l’université à l’arrêt

Université de Strasbourg. Motion de l’Assemblée générale des personnels du 31 janvier 2020. AG à l’initiative des organisations suivantes : SES-CGT, SNTRS-CGT, SNESUP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, DICENSUS, SUD Éducation Alsace, FO-ESR, CNT-STP 67.

La loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), la retraite à points et la réforme de la formation des enseignants font système et constituent une même politique.

Cette politique tourne le dos aux valeurs du Service public que nous défendons. Elle attaque nos statuts, brise les solidarités et accroît la précarité, des titulaires comme des non titulaires, des enseignants comme des personnels Biatss, et des étudiants. De plus les conditions d’étude ne cessent de se dégrader. Il faut mettre un point d’arrêt à cette politique…

… Sur la base de ces deux constats – un gouvernement qui reste sourd et qui louvoie, une protestation qui s’amplifie et une colère légitime qui croît – l’AG de l’Université de Strasbourg lance un appel à tous les personnels et à tous les étudiants visant à inscrire la protestation dans la durée et à obtenir satisfaction sur notre demande de retrait des trois réformes :

Commentaires fermés sur Mettons l’université à l’arrêt

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), Non classé

L’Éducation nationale manifeste

Vendredi 24 janvier 2020, nouvelle manifestation contre le projet de réforme des retraites, contre la retraite universelle par points.

Au fil des manifestations à Strasbourg, j’observe que la part des personnels et des usagers de l’éducation nationale est croissante. De plus en plus d’établissements scolaires de l’eurométropole sont représentés. L’enfumage de Jean-Louis Blanquer s’est vite dissipé.

Deux albums. Manifestation de l’Educ’Nat : 34 photos. Manifestation des militants CGT, FO, Sud Solidaires : 37 photos.

Commentaires fermés sur L’Éducation nationale manifeste

Classé dans B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Chômeurs : baisse des retraites

Réforme des retraites : mauvaises nouvelles pour les chômeurs, L’express Votre argent, Stéphane Béchaux, 21 janvier 2020.

« Le futur régime de retraite universel à points ne sera pas plus solidaire pour les demandeurs d’emploi. Le projet de loi leur prépare des vieux jours difficiles. Analyse.

Le gouvernement l’assure : le futur régime universel de retraite par points sera davantage redistributif; il tiendra mieux compte des aléas de la vie professionnelle. Pour les chômeurs, la réforme ne prend pourtant pas ce chemin d’un système plus solidaire. L’article 42 du projet de loi, qui traite des « interruptions de carrière », contient même des dispositions qui leur sont très défavorables. Revue de détail de ce qui va changer, à partir de 2025… Lire la suite…

Commentaires fermés sur Chômeurs : baisse des retraites

Classé dans Non classé

Point sur la réforme des retraites

Réforme des retraites : on fait le point sur l’avant-projet de loi présenté en Conseil des ministres, Anne Brigaudeau, France Télévisions, 24 janvier 2020.

« Le texte examiné en Conseil des ministres [non disponible sur le site du Gouvernement], vendredi 24 janvier, ne contient pas tout : les modalités précises de transition entre les deux systèmes seront définies par ordonnances ».

  • Comment fonctionne ce nouveau système ?
  • Qui est concerné par le système à points ?
  • Comment calculer sa pension dans le futur système ?
  • Qui sera perdant ?
  • Y aura-t-il une pension minimale ? 
  • Comment se passera la transition entre les deux systèmes ?
  • A quel âge pourra-t-on prendre sa retraite ?
  • Qu’est devenu l’âge-pivot ?
  • Avec ces mesures, le système sera-t-il à l’équilibre ?
  • Quel sera le montant des cotisations ? 

Commentaires fermés sur Point sur la réforme des retraites

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)