Archives de Tag: Carrières

Orientation : cartes redistribuées

Loi n°2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel. Section 2 : L’orientation et l’offre de formation. Article 18

Cette loi et le décret du 21 mars 2019 ont pour objectif de redistribuer profondément les cartes dans le champ de l’information et de l’orientation, de l’offre de formation et de la carte des formations.

  • ils accordent davantage de compétences aux régions.
  • ils multiplient les tutelles ministérielles : le ministère du travail et de l’emploi apparaît dans le paysage au coté du ministère de l’éducation nationale, du MESRI, du ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.
  • ils disent accorder plus d’importance aux partenaires sociaux.
  • ils transfèrent aux régions une partie des personnels et des budgets des délégations régionales de l’ONISEP.
  • ils appellent à la responsabilité de toutes et de tous : entreprises, recteurs, directeurs d’établissement, enseignants, élèves et familles.
  • ils créent une nouvelle appellation de métier : psychologue de l’éducation nationale (remplaçant le conseiller d’orientation psychologue)
  • ils créent une cascade d’opérateurs et de portails : Centre INFFO, Orientation pour tous, sans supprimer a priori l’opérateur historique, l’ONISEP, établissement public créé en 1970.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Commentaires fermés sur Orientation : cartes redistribuées

Classé dans Non classé

Effets de la mobilité résidentielle

Karine Briard, Quels liens entre mobilité résidentielle et situation professionnelle ? DARES analyses, avril 2019, n°015, 9 pages.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans E. Mobilité internationale

Transformer la Fonction publique

Pour la fonction publique, amplifions la mobilisation !

« Après des communiqués unitaires, après le boycott des Conseils Supérieurs et du Conseil Commun convoqués dans des conditions peu respectueuses des organisations syndicales, après que toutes les organisations représentatives de la Fonction publique aient donné un avis défavorable au projet de loi dit de transformation de la fonction publique, les organisations CFTC CGC CGT FAFP FSU Solidaires UNSA réaffirment leur volonté de mettre en œuvre un processus de mobilisation inscrit dans la durée pour exiger du gouvernement qu’il retire ce projet de loi et qu’il ouvre enfin des négociations sur de nouvelles bases.

Elles confirment leur engagement dans l’organisation de rassemblements devant les préfectures le jour du passage du projet de loi au Conseil des ministres le 27 mars et à Paris. Elles se reverront le 8 avril pour poursuivre la mise en œuvre de ce processus.

D’ores et déjà, elles appellent les agent.e.s à faire du jeudi 9 mai une étape forte de ce processus par une journée d’action et de grève ».

Lire la suite

Commentaires fermés sur Transformer la Fonction publique

Classé dans Non classé

Docteurs : impact du CIR ?

Voici enfin de nouveaux résultats sur l’impact du Crédit Impôt Recherche (CIR) ! Historique depuis 2009 : chroniques critiques d’Histoires d’universités sur le Crédit Impôt Recherche.

« Le CIR, c’est une dépense fiscale d’environ 6 milliards d’euros, soit les trois cinquièmes de l’ensemble des aides publiques à l’innovation ». France Stratégie, Commission nationale d’évaluation des politiques d’innovation, L’impact du crédit d’impôt recherche, mars 2019, 106 pages.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Un résultat fort : très faible impact du CIR sur l’emploi des docteurs (dispositif Jeunes docteurs), et, de plus, un impact limité dans la durée. Ajouter à cela que n’est concernée qu’une petite partie d’entre eux : les docteurs-ingénieurs.  Ce résultat est une nouvelle désillusion pour les docteurs, après celle de l’inutile inscription du doctorat au RNCP.

Impact du CIR sur l’emploi en R & D (page 44).

« Un éclairage est fourni par l’étude de Bozio et al. (2017), selon laquelle la réforme du CIR en 2008 a produit un effet plus modéré sur l’emploi en R & D que sur les dépenses de R & D. Cet impact serait de l’ordre de 5 % à 10 % (de 8 % à 18 % selon le chiffrage alternatif), avec une certaine fragilité des résultats. Cependant, les statistiques des effectifs de R & D sont moins fiables que celles sur les dépenses et il est probable que cette fragilité s’explique notamment par les limites des données sur l’emploi. Un effet sur l’emploi en R & D plus modéré que celui sur les dépenses de R & D peut en outre s’expliquer par le comportement de « relabellisation », par des effets sur les salaires des personnels de R & D, des effets sur des dépenses en capital de R & D, par de la sous-traitance non capturée par les entreprises dans la base agrément1 ou encore par de l’optimisation fiscale entre différentes filiales de multinationales. Les études ne sont pas en capacité de mesurer la contribution relative de chacun de ces facteurs.

Compte tenu que les dépenses de R & D passent environ pour moitié par des dépenses de personnel, ce faible résultat interroge sur la réalité des dépenses de R & D supplémentaires engagées par les entreprises. Il rejoint le constat déjà évoqué de Dortet-Bernadet et Sicsic (2014), selon lequel l’emploi de R & D a sous l’effet combiné du CIR et d’autres aides publiques augmenté dans les petites entreprises proportionnellement moins, depuis 2008, que les aides reçues« .

Impact du CIR sur l’emploi des docteurs (pages 45-46). Étude de Giret J.-F. (resp. scientifique), Bernela B., Bonnal L., Bonnard C. et Calmand J. (2018), Une évaluation des effets du Dispositif Jeunes Docteurs sur l’accès aux emplois de R & D, rapport pour France Stratégie, janvier 2019

  • « L’étude menée par Giret et al. (2018) porte spécifiquement sur l’impact du dispositif Jeunes docteurs, qui vise à favoriser leur accès aux emplois de R & D. Ce dispositif permet aux entreprises d’intégrer dans le calcul de la créance du CIR le double du salaire (charges salariales incluses) et des frais de fonctionnement relatifs au jeune docteur recruté. Cette disposition est subordonnée au fait que le contrat de travail des personnes concernées soit à durée indéterminée et que l’effectif salarié de R & D de l’entreprise ne soit pas inférieur à celui de l’année précédente (voir annexe 3)…

« Quatre résultats principaux ressortent de cette étude de Giret et al. (2018) :

  • sur la période analysée, et dans une conjoncture défavorable en ce qui concerne l’accès des jeunes à l’emploi en R & D, le CIR a réduit la durée moyenne entre l’obtention du diplôme et l’accès à un emploi de chercheur des docteurs
  • sur la période analysée, ce sont en fait surtout les docteurs de spécialité « ingénieurs » et les docteurs également titulaires d’un diplôme d’ingénieur qui ont ainsi amélioré leur rapidité d’accès aux emplois de R & D, relativement aux personnes titulaires uniquement d’un diplôme d’ingénieur. La réduction des écarts entre ces trois populations traduit un effet de substitution au bénéfice des diplômés de doctorat, lié au dispositif « Jeunes docteurs ». Toutefois, la rapidité d’accès des docteurs, hors docteurs-ingénieurs, aux emplois en R & D reste moindre que celle des ingénieurs ;
  • en tenant compte de la taille des entreprises, l’étude montre que les effets positifs sur la durée d’accès des docteurs aux emplois de R & D ne sont significatifs que dans le cas des petites et moyennes entreprises (entreprises de moins de 200 salariés).
  • cet effet de raccourcissement de la durée d’accès à l’emploi de R & D joue surtout entre la première et la troisième année qui suivent l’obtention du diplôme. Il s’amenuise très fortement par la suite »…

1 commentaire

Classé dans Non classé

Les femmes sont plus diplômées

Thomas Couppié et Dominique Epiphane. Et les femmes devinrent plus diplômées que les hommes, CEREQ, Bref n° 373, 2019, 4 pages.

Extraits du Bref. « En matière scolaire, le niveau de formation des jeunes s’est globalement élevé : la proportion de bachelier·e·s dans une génération est passée de 48 % en 1991 à  78 % en 2015. Déjà majoritaires parmi l’ensemble des bacheliers depuis plus de quarante ans, les filles représentent aujourd’hui 56 % des bachelier·e·s gé­néraux, filière préparant le mieux aux études supérieures longues. Elles sont aussi de moins en moins nombreuses à sortir du système scolaire sans aucun diplôme : 25 % en 1990-92, contre 10 % en 2014-16, quand les hommes sont passés de 28 % à 15 % de sor­tants sans diplôme sur les mêmes périodes.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

Études supérieures moins rentables

Arnaud Dupray, Christophe Barret, Que gagne-t-on à se former ? Zoom sur 20 ans d’évolution des salaires en début de vie active, CEREQ Bref, n°32, 2019, 4 pages.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Des études supérieures toujours rentables, mais moins qu’avant

« Le rapport entre le salaire médian des diplômés de grandes écoles, qui obtiennent les plus hauts niveaux de rémunérations, et celui des non-diplô­més ou titulaires d’un brevet seul, est passé de 2,4 à 1,9 en 18 ans (pour les actifs occupés à 5 ans), signalant un tassement de la hiérarchie des salaires en fonction du niveau de diplôme. Si l’on s’en tient aux diplômes universitaires, le facteur multiplica­tif entre le salaire médian des titulaires d’un 3ème cycle – master, M2 ou doctorat – et celui des déten­teurs d’un bac général est passé de 1,7 à 1,45″…

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

Recherche. De qui se moque-t-on ?

18 janvier 2019. Demande du collectif de chercheurs RogueEsr, pourtant soutenue par une large pétition : rétablir 50 des 300 postes supprimés au CNRS. Cette demande modeste, raisonnable n’est pas entendue  (chronique d’Histoires d’universités)

1 février 2019. Le premier ministre annonce une loi de programmation pluriannuelle de la recherche : elle sera présentée au Parlement au début 2020, pour une entrée en application début 2021.

  • Édouard Philippe. Je suis heureux d’annoncer que nous engageons aujourd’hui la définition d’un nouveau cadre pluriannuel pour la recherche, avec un objectif très simple : redonner à la recherche de la visibilité, de la liberté, et des moyens.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Recherche. De qui se moque-t-on ?

Classé dans Non classé

Ipséité. Vous avez dit atypique ?

Ipséité. A priori une bonne idée

  • Ipséité ? Ce qui fait qu’une personne est unique et absolument distincte d’une autre
  • un centrage sur les Sciences Humaines et Sociales
  • une exposition itinérante
  • de jolis portraits (photos en noir et blanc en ligne).

Lire la suite

Commentaires fermés sur Ipséité. Vous avez dit atypique ?

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon), C. Pays de Loire, E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Enseignants-chercheurs giflés

Assemblée nationale, Loi de finances pour 2019, Rapport de Philippe Berta, Recherche et Enseignement Supérieur, Enseignement supérieur et vie étudiante, 86 pages.

21 pages de ce rapport sont dédiées aux enseignants-chercheurs (dont les pages de recommandations, 30 à 38) : pour une plus grande reconnaissance et un meilleur accompagnement des enseignants-chercheurs dans l’ensemble de leurs missions.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Non classé

Mobilités professionnelles

Changer de métier : quelles personnes et quel emplois sont concernés ? Bertrand Lhommeau,  Christophe Michel, DARES Analyses, n°49, novembre 2018, 12 pages.

Résumé de l’article (page 1). « Entre 2010 et 2015, 22 % des personnes en emploi ont changé de métier. Ces changements sont plus fréquents parmi les jeunes : ils concernent un tiers des 20-29 ans. Chez les salariés, les personnes en contrat à durée limitée (intérim, CDD) changent plus souvent de métier que celles en contrat à durée indéterminée.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Les mobilités sont plus fréquentes lorsque le métier exercé initialement requiert des compétences transférables dans d’autres domaines. C’est le cas dans l’électricité-électronique et l’artisanat, où plus de trois personnes sur dix changent non seulement de métier mais aussi de domaine professionnel à cinq ans d’intervalle. À l’opposé, dans les domaines professionnels où l’accès est réglementé ou se fait par concours, la mobilité est plus limitée. C’est le cas de l’éducation, de la formation (5 % de changements de métier) et de la santé, l’action sociale, culturelle et sportive (9 %).

Lire la suite

Commentaires fermés sur Mobilités professionnelles

Classé dans Non classé