Archives de Tag: CPU

La CPU et la démocratisation

Communiqué de la conférence des présidents d’université, 23 mars 2017 : Protocole pour une démocratisation exigeante et ambitieuse de l’accès à l’enseignement supérieur. Une volonté commune en faveur de la mixité sociale.

Commentaires. Pour une démocratisation exigeante et ambitieuse. Pourquoi ces deux adjectifs ampoulés ? Parce que le mot « démocratisation » a été employé à toutes les sauces, parce qu’il a perdu de sa force politique. Ce protocole est ainsi d’une tristesse à pleurer : il peut se résumer à une action de communication et à des actions d’accompagnement de publics, sans que celles-ci soient précisément définies (qu’est exactement aujourd’hui une action de tutorat ?), et sans que l’impact de ces actions puisse être mesuré.

La démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur et de l’obtention de diplômes supérieurs doit être précisément mesurée pour pouvoir en suivre l’évolution dans le temps : quelle est la proportion d’enfants d’ouvriers et d’employés qui accèdent à l’enseignement supérieur, qui obtiennent un bac+2, un bac+3 ou un bac+5, qui obtiennent un emploi correspondant à leur niveau de diplôme ? Cet indicateur dit de « destinée » est plus pertinent que l’indicateur dit de « recrutement » (proportion d’étudiants qui ont des parents ouvriers ou employés dans l’ensemble des étudiants).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

La CPU et le suivi de carrière

Conférence des présidents d’université, Suivi de carrière, communiqué du 20 mars 2017. Texte intégral et commentaires.

« Le suivi de carrière a été confié au CNU par le gouvernement par le décret n° 2015-1102 du 31 août 2015, qui a modifié le décret n° 92-70 du 16 janvier 1992. Après plusieurs années d’expérimentation par quelques sections du CNU, la généralisation de la mise en œuvre du suivi de carrière a été votée à la majorité par l’assemblée générale de la CP-CNU en juin 2016.

La CPU a pris connaissance du communiqué de la CP-CNU du 15 mars qui donne la liste des 23 sections qui mettront en œuvre la procédure en 2017 et des 27 qui ont décidé de ne pas faire le suivi de carrière.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Président Roussel, 52 ans en 2020

Gilles Roussel est président de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée depuis 2012, et président de la CPU depuis le 15 décembre 2016. Que fera-t-il, que pourra-t-il faire en 2020, lorsqu’il aura fini son second mandat de président de l’UPEM ? 52 ans en 2020 : trop jeune pour prendre la retraite, peu motivé pour reprendre des recherches en informatique, après trop d’années de responsabilités administratives.

Gilles Roussel ne sera pas le seul jeune président dans ce cas. Il s’agit de l’effet pervers induit par la possibilité de faire 2 mandats de président, puis d’enchaîner avec 2 mandats de président de COMUE, ces 4 mandats ayant été précédés par 2 mandats de 1er vice-président.

p13307402Photo de mai 2015, Strasbourg

Une première chaise musicale pourrait se présenter devant lui en 2020 : devenir le premier président du nouvel établissement créé à la suite du succès à l’ISite FUTURE. Mais le jury international pourrait donner un avis négatif : « thématique trop étroitement centrée sur la ville de demain ».

Lire la suite

7 Commentaires

Classé dans Non classé

Bureau CPU. Profession de foi

Communiqué de la CPU, 15 décembre 2016. « Gilles Roussel, président de l’Université Paris-Est-Marne-la-Vallée vient d’être élu président de la Conférence des présidents d’université, en séance plénière, avec ses deux vice-présidents, Fabienne Blaise, présidente de l’Université de Lille-Sciences Humaines et Sociales – et Khaled Bouabdallah, président de l’Université de Lyon. Élus au premier tour à 82 voix sur les 94 votants, 130 inscrits ». A propos de cette élection, lire Bureau de la CPU : 5 gros ratés.

Profession de foi des trois candidats au bureau de la CPU (11 pages). Unité et collégialité, pour une CPU encore plus forte

A quoi s’engage le bureau pour combattre deux points noirs de l’Enseignement supérieur et de la recherche en France, à savoir les regroupements d’établissements et les stratégies territoriales, le post-bac et le 1er cycle universitaire ? Bons diagnostics, mais pas de ruptures envisagées. Il faut faire mieux.

Critique des regroupements et des contrats de site : il faut faire mieux

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Échec pitoyable de la loi ESR

Enfin ! L’échec pitoyable de la loi de juillet 2013 sur l’enseignement supérieur et la recherche éclate en plein jour : les regroupements d’établissements à marche forcée (par fusion, par COMUE ou par association), c’était du n’importe quoi ! Je m’y suis opposé dès le départ : j’ai mal aux regroupements.

Face à cet échec retentissant, le gouvernement a tellement la queue basse qu’il essaie de sauver les meubles en cachette. Heureusement, certains lanceurs d’alertes, comme Yann Bisiou sur son blog Le SUP en maintenance, sont capables de démontrer, avec une grande connaissance et rigueur juridiques, que la loi ne sert plus l’intérêt général, mais des intérêts purement particuliers (par exemple, obtenir, des Conseils d’administration des 4 universités membres de Sorbonne Paris Cité, un vote positif sur la feuille de route pour le 1 janvier 2020. Chronique SPC, enterrement le 16/12).

Yann Bisiou, La LRU3 par amendement à la loi sur le Grand Paris, 12 décembre 2016.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, E. Droit et Sciences politiques

L’IDEX Lyon sera retoquée

Le jury international des IDEX n’aime pas qu’on se moque de lui. Il va donc retoquer, en février prochain, le projet IDEX de Lyon, et ainsi épargner à l’État une dépense de quelques centaines de millions. Il faut l’en féliciter d’avance.

Petit rappel de calendrier.

Plusieurs motifs d’énervement à la lecture du seul document disponible à ce jour sur l’IDEX Lyon : un résumé de trois pages (voir également le site de l’IDEX).

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans B. Quiz, C. Rhône-Alpes Auvergne

Bureau de la CPU : 5 gros ratés

Suite de ma chronique du 16 novembre 2016. Bureau de la Conférence des Présidents d’Université : trois inconnus.

Communiqué de la CPU du 30 novembre 2016. « Le 15 décembre, les 130 membres de  la CPU sont appelés aux urnes pour l’élection du bureau et le renouvellement des instances. Le prochain bureau conduira la CPU pour les deux prochaines années ».

1er gros raté : une seule liste de candidats. « A la date de clôture des candidatures (le 30 novembre ), Gilles Roussel président de l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée, Fabienne Blaise, présidente de l’université Lille 3 Sciences humaines et sociales et Khaled Bouabdallah, président de l’université de Lyon sont les seuls à avoir déposé une liste candidate ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), C. Ile-de-France, C. Rhône-Alpes Auvergne

Bureau de la CPU : 3 inconnus

Suite de la chronique du 6 novembre 2016 : la Conférence des Présidents d’université – CPU – recherche son bureau.

Selon News Tank Education de ce jour, Gilles Roussel, président de l’Université de Paris Est Marne-la Vallée, a fait acte de candidature à la présidence de la CPU. Ses acolytes pour les deux vice-présidences : Fabienne Blaise (présidente de Lille 3 Sciences Humaines et Sociales) et l’éternel Khaled Bouabdallah, président de l’Université de Lyon, ancien président de Saint-Étienne, et vice-président de la CPU depuis deux mandats.

Ces trois présidents sont certes connus de leurs collègues : les deux premiers en sont à leur second mandat présidentiel et le troisième en est à son troisième mandat. Qu’ont-ils fait de si remarquable dans leur université et avec leurs universités proches pour prétendre représenter tous les établissements du supérieur ?

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), C. Ile-de-France, C. Rhône-Alpes Auvergne

Salzmann en quête de chaise

Coup de tabac pour Jean-Loup Salzmann : point de chaise musicale pour lui après son mandat à la tête de la conférence des présidents d’université. Sa décision à l’automne 2015 de suspendre le directeur de l’IUT de Saint-Denis, Samuel Mayol, a été condamnée par la section disciplinaire de l’université de Bordeaux et par le tribunal administratif de Montreuil. Dès lors, que compte-t-il, que peut-il faire début 2017 ?

Quelques éléments biographiques. « Né le 8 janvier 1955, JLS est le fils de Charles Salzmann, ami intime de François Mitterrand et son conseiller technique de 1981 à 1989.

Il a été président de l’université Paris 13 de mars 2008 à mars 2016 et brièvement administrateur provisoire de mars à mai 2016. Il est président de la conférence des présidents d’université depuis décembre 2012″ (source Wikipédia). Son second mandat de 2 ans à la tête de la CPU vient à échéance le mois prochain (chronique : CPU recherche Bureau).

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé

Présidents CPU (2010, 12, 14)

16 décembre 2010, Louis Vogel, président de la CPU (conférence des présidents d’université). Le contexte dans lequel vous prenez la présidence de la CPU est fort compliqué pour les universités, sur tous les plans : financier, économique, juridique, politique et social. En 2007, vous avez appelé à voter pour Nicolas Sarkozy et vous avez soutenu la loi LRU (chronique du 25 mai 2009) ; bien sûr, vous ne prendrez pas position en faveur de telle ou tel candidat à l’élection présidentielle de 2012. A vrai dire, en matière de politique de recherche et d’enseignement supérieur, les projets « droite » et « gauche » pour 2012 ne sont encore que « paroles » et « paroles ». La CPU doit et devra, comme vous vous y êtes engagé, être une force de propositions et d’actions communes. Lire la suite…

Quatre chroniques sur les positions de Louis Vogel et d’Alain Beretz, son concurrent malheureux : l’insertion, l’IUT, le cycle Licence, l’excellence.

20 décembre 2012. Geneviève Fioraso ne pouvait rêver mieux : le trio conduit par Jean-Loup Salzmann a été élu au bureau de la CPU par 56 voix contre 42 au trio Guy Cathelineau (communiqué de la CPU). Mais encore une fois une instance nationale « unie, forte et indépendante », use d’une communication tronquée. La CPU compte 128 membres ; il n’y a eu que 98 votants ; l’équipe de Jean-Loup Salzmann n’a donc recueilli que 43,8% des voix des électeurs inscrits ! Les 30 autres présidents étaient-ils absents ? Combien de présents ont voté « blanc » ? Lire la suite…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France