Archives de Tag: Formation continue

Lille. Réduire l’offre de formation

Trois chroniques sur la crise financière de l’université de Lille, observée par la note d’étape de l’audit de l’IGAENR.

Troisième chronique : que propose le plan de redressement en matière d’offre de formation ? Il propose de la rationaliser, de la maîtriser (respect des seuils d’ouverture des formation, des règles de dédoublement des groupes, cf l’encadré), de trouver de nouvelles ressources (diplômes d’université, alternance, formation continue). Au mieux, les réformes douloureuses ne seront opérationnelles que pour le prochain contrat quinquennal (2020-2024) : deux ans de perdus.

Globalement, c’est plus facile à dire qu’à faire : les fausses bonnes idées constituent un piège permanent !

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie)

Lille au régime maigre

Plan de redressement 2018-2019 pour l’université de Lille. qui résulte de la fusion, au 1er janvier 2018, des 3 universités lilloises créées au début des années 70, dans le cadre de la loi Faure de la fin 1968. Sur ce blog, depuis 2009, une trentaine de chroniques sur les universités lilloises.

Université de Lille : plus de 67 000 étudiants, 6 300 personnels, dont 3 300 enseignants chercheurs.

Jean-Christophe Camart, président de l’université, à News Tank Higher Education du 29 octobre 2018. « Nous n’avons pas encore absorbé la fusion, dont le coût est de plusieurs millions d’euros. Nous sommes par ailleurs face à une non-compensation de l’État d’une partie du GVT, ce qui nous prépare à un compte financier 2018 qui pourrait être négatif ».

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), Non classé

CPU. Qui sera président(e) ?

Le bureau de la Conférence des présidents d’université (CPU), comportant un président et deux vice-présidents, sera élu mi-décembre 2018. A ce jour, aucune information sur le site de la CPU, aucune déclaration de candidatures, aucune profession de foi. Je trouve cela fort dommage. Plus les semaines passent, plus le risque de candidature d’un seul trio de présidents est fort. Ce serait fort dommage.

Le précédent bureau a été élu le 15 décembre 2016, Gilles Roussel (université de Paris Est Marne la Vallée) devenant président. Fabienne Blaise (Université de Lille 3 Sciences Humaines et Sociales) était vice-présidente ; elle a démissionné quand elle a été nommée Recteur ; elle n’a pas été remplacée, comme si elle ne servait à rien ou comme si le respect des statuts n’avait pas d’importance.

Gilles Roussel termine son second mandat de président de l’UPEMLV dans deux ans ; il pourrait donc être candidat à sa propre succession à la présidence de la CPU et même reprendre la profession de foi d’alors. Ce serait dommage car on ne peut dire qu’il ait été audible dans les débats sur la loi ORE, sur ParcourSup, sur le budget 2019 de l’enseignement supérieur, sur l’ordonnance dédiée aux regroupements d’établissements.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

Titres professionnels ?

Il existe des Titres professionnels certifiés par le Ministère du Travail. Peu connus ou inconnus, ils contribuent à la prolifération de l’offre de formations professionnelles en France, à son illisibilité.

Une publication récente du CEREQ (Claudine Romani, La politique du titre à l’épreuve du terrain, CEREQ Bref, n°367, 2018) présente les résultats d’une enquête par entretiens sur ces titres professionnels.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Choisir son avenir professionnel

30 août 2018. 11èmes universités de l’Artisanat d’Alsace, à l’initiative de la Chambre de Métiers d’Alsace. Débat sur l’apprentissage dans l’amphi Michel Debré de l’ENA.

La plupart des intervenants, suite au vote de la nouvelle loi, demeurent dubitatifs, pour ne pas dire inquiets, en particulier pour le financement de l’apprentissage, la signature des contrats au fil de l’eau, l’organisation et le calendrier des formations, l’obligation du stage de préparation à l’installation comme artisan. Toutes et tous ont déclaré qu’elles/ils seront particulièrement attentifs/tives à l’écriture des décrets.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel (2 août 2018). Ci-dessous texte intégral de l’exposé des motifs de la loi en matière d’apprentissage et d’alternance, de formation continue.

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Mobilité internationale

ESR. Évaluations internationales

Deux rapports. Ministère de l’éducation nationale, Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Les objectifs de l’organisation de l’action internationale au MEN et au MESRI, rapport n° 2018-001, janvier 2018, 44 pages.

MEN, MESRI, IGAENR, La fonction internationale au MESRI, rapport n°2018-017, février 2018, 26 pages, rapport complémentaire au rapport précédent.

Parmi les huit recommandations du premier rapport, la recommandation n°7. « Créer un pôle stratégique dédié aux comparaisons éducatives internationales placé sous l’autorité du secrétariat général avec pour double mission de favoriser les transformations de notre système éducatif en fonction des expériences internationales et de diffuser le modèle français d’éducation dans le monde ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans D. Allemagne, D. Espagne, D. Europe (autres), D. Italie, E. Mobilité internationale

FPC. Les universités marginalisées ?

Réforme de la formation professionnelle : 12 mesures (dossier de presse).

Depuis 1971-1972 (accord national interprofessionnel puis loi), les universités publiques n’ont jamais été un acteur important de la formation professionnelle continue, devenue formation professionnelle tout au long de la vie.

Avec la réforme Pénicaud, si les universités ne s’emparent pas rapidement des changements fondamentaux introduits, elles risquent d’être définitivement marginalisées. La formation continue diplômante pour l’accès aux professions intermédiaires et aux professions de cadres ne figurent pas dans les priorités ; les congés individuels de formation (CIF) ne sont pas mentionnés dans la nouvelle réforme à marche forcée.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans F. 19ème et 20ème siècles

Valider les « galères » des jeunes ?

Terra Nova, Libérer la Validation des acquis de l’expérience (VAE) : comment mieux diplômer l’expérience ? 7 février 2018, 54 pages.

Point 5.2. Valider les « galères » des jeunes ?

« C’est probablement la question la plus difficile. Et l’un des enjeux collectifs les plus forts. On apprend toujours en travaillant. Même en CDD, même dans un emploi qui ne correspond pas à la filière de formation suivie. A fortiori quand on est jeune, toute expérience compte.

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé

Requinquer la VAE

Validation des acquis de l’expérience dans les établissements d’enseignement supérieur : un dispositif qui s’essouffle. La VAE a été instituée en 2002. Après un bon démarrage, un plafond a été atteint dans les cinq ans. Aujourd’hui, tous les indicateurs sont au rouge. La note d’information n’explique pourtant pas les raisons d’un tel échec : faute à qui ou faute à quoi ?

Cliquer sur les images pour les agrandir

Pourquoi l’essoufflement ? Les facteurs interagissent très vraisemblablement : offre de formation mal adaptée, procédure trop complexe, trop longue, trop coûteuse en temps et en argent, insuffisamment accompagnée, incertaine dans ses débouchés (prise en compte dans la carrière d’un diplôme acquis par la VAE?)… Les partenaires sociaux négocient sur la formation professionnelle tout au long de la vie : espérons qu’ils parviennent à requinquer la VAE, mais aussi le Congé individuel de formation.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

Toujours plus de technocratie

La Convention du 29 décembre 2017 entre l’État et la Caisse des dépôts et consignations relative au programme d’investissements d’avenir (PIA3, action Sociétés universitaires et de recherche) est effrayante. Elle est digne d’être classée tout en haut du livre des records de la technocratie envahissante. Elle va à l’encontre des politiques de simplification administrative, vantée par les discours de la technocratie elle-même. Cette convention a au moins sept tares.

1ère tare de la convention : elle veut embrasser trop d’objectifs pour bien étreindre chacun d’entre eux.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Point 1.1.3. « Renforcer les liens des établissements avec leur environnement socio-économique. L’action  Sociétés universitaires et de recherche peut venir en soutien de toute démarche de valorisation du patrimoine matériel et immatériel des établissements dès lors que celle-ci repose sur un modèle économique, associe des investisseurs privés et offre la perspective d’un retour sur investissement. Sont notamment concernées les opérations conduites en partenariat avec des entreprises ou des associations : construction et/ou gestion de plates-formes technologiques, d’hôtels d’entreprises liés à une activité de recherche, d’incubateurs, d’usines-écoles, développement de start-up, activité de soin clinique, édition, exploitation de bases de données ou de collections, vente de produits ou de services issus de la recherche »…

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé