Archives de Tag: Fusions

Regroupements. Exception française

Suite de ma chronique du 16 août 2019 (La Ministre Vidal et le classement de Shanghai 2019) et de mes six chroniques de 2013 intitulées : j’ai mal aux regroupements.

University Mergers in Europe (avril 2019, 10 pages). Le rapport de l’Association des Universités Européennes met en valeur l’exception française en matière de regroupements, politique menée continument depuis une dizaine d’années (création des Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur en 2006).

Ces regroupements (les COMUE en particulier) aboutissent à des mammouths en terme d’effectifs. 160 000 étudiants pour l’université Bretagne-Loire : heureusement, celle-ci va être dissoute en fin d’année (chronique : Bretagne Loire : 4 ans pour mourir).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Dans le TOP 100 du classement de Shanghai, figurent 8 universités britanniques, 5 universités suisses, 4 universités allemandes. Dans la liste des mammouths (cf ci-dessus) ne figure aucun de ces trois pays.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Regroupements. Exception française

Classé dans D. Allemagne, D. Europe (autres), D. Suisse, Non classé

La Ministre Vidal et Shanghai 2019

15 août 2019, communiqué de presse de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation : publication du Classement de Shanghai 2019 : réaction de Frédérique Vidal

Le rapport global (34 pages)

Rien de nouveau dans l’analyse ministérielle du classement de Shanghai. La ministre l’aime : Frédérique Vidal a pris connaissance de l’édition 2019 du classement de Shanghai. Elle tient à saluer la position de la France en 6ème place mondiale, dans un contexte de plus en plus compétitif qui a vu le nombre de pays représentés dans le Top 500 croître de 20% ces 15 dernières années.

Lire la suite

Commentaires fermés sur La Ministre Vidal et Shanghai 2019

Classé dans Non classé

Metz. En finir avec la fusion ?

La semaine de Nancy n° 473 et de Metz n° 733 du 4 juillet. Metz et Nancy, analyse et point de vue sur le paysage de l’université Lorraine

Eric Brangier, professeur d’université : On a fabriqué un mammouth !

Chapeau de l’article. « Professeur d’université depuis 1991, spécialisé en ergonomie et psychologie des organisations, responsable du Master Ergonomie à l’université de Lorraine, directeur de PErSEUs pour l’expérience utilisateurs, Eric Brangier nous semblait particulièrement bien placé pour proposer une analyse de la situation ergonomique et psychologique de l’université de Lorraine.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Une intervention que nous voulons considérer comme un point mais aussi le début d’une série d’expressions, à condition qu’elles soient argumentées, sur le présent et l’avenir de l’Université Lorraine.

Sans avis catégorique sur le dossier de l’école  d’ingénieur Mista qui a mis le feu aux poudres entre Nancy et Metz depuis quelques mois, Eric Brangier, ancien membre des instances de l’Université Paul Verlaine de Metz étaye ses arguments de façon à la fois technique et humaine sur les moyens et objectifs d’un tel regroupement et les opportunités à évoluer, ensemble ou séparément ».

Que faire ? Quelques pistes dégagées par Eric Brangier

Pour aller plus loin. Toutes les chroniques du Blog sur

Commentaires fermés sur Metz. En finir avec la fusion ?

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, E. Sciences humaines et sociales

Paris-Est, une COMUE moribonde

Université Paris Est (UPE) est une COMUE moribonde qu’il faudrait aider à mourir. Dans ce contexte, le rapport d’évaluation du Hcéres (mai 2019) n’est pas courageux. Pour les membres du comité d’évaluation, la COMUE n’est pas moribonde ; elle est à la croisée des chemins !

  • Critique du rapport d’évaluation dans la seconde partie de cette chronique : analyse de 4 extraits du rapport.

Il y a trop longtemps que l’Université Paris-Est est paralysée : quel chemin choisir ? La mort de la COMUE est une condition pour fonder un autre regroupement, fût-il une abomination : l’université Gustave Eiffel. Ce serait mieux de dire clairement quel est le projet prioritaire :

  • réussir l’université Gustave Eiffel, synonyme de la mort de Paris-Est Marne-la-Vallée ?
  • maintenir la croyance en une coopération possible entre les deux universités (Marne-la-vallée et Paris 12 Créteil) sur la thématique Ville / Santé ?
  • maintenir une Comue moribonde pour maintenir les emplois ou la fermer dans les meilleurs délais pour économiser l’argent public et dans le respect des droits des salariés ?

Lire la suite

Commentaires fermés sur Paris-Est, une COMUE moribonde

Classé dans C. Ile-de-France

SUP. Sept Cergy-Pontins Macroniens

Actualisation de la chronique du 30 octobre 2018 : Le cercle des 7 Macroniens de Cergy-Pontoise (le texte intégral est repris en note finale).

Depuis octobre 2018, deux de ces sept personnalités de l’enseignement supérieur et de la recherche ont changé de fonction, obtenant un poste plus important : Françoise Moulin Civil et Anne-Sophie Barthez.

Françoise Moulin Civil

  • 2008 à 2012, présidente de l’université de Cergy Pontoise (chronique du blog en 2009)
  • 2012 à 2018. Rectrice de l’académie de Lyon en septembre 2012, présidente de la Conférence des recteurs de février 2015 à février 2018, rectrice coordonnatrice pour les académies de Clermont-Ferrand, Grenoble et Lyon, et, de janvier 2016 à 2018, rectrice de la région académique Auvergne-Rhône-Alpes.
  • février 2018, nommée administratrice provisoire de l’Université Paris-Est Créteil jusqu’à l’élection d’un président ou d’une présidente. Jean-Luc Dubois-Randé est élu président de l’UPEC, le 7 septembre 2018.
  • fin 2018, l’ancienne présidente de Cergy est nommée conseillère pour la politique de site et les établissements auprès de Frédérique Vidal. En attendant mieux !
  • 22 mars 2019, nommée administratrice provisoire de l’université de Paris (pour accompagner la fusion de Paris 5 et Paris 7). Les élections aux conseils centraux et facultaires de la future université ont eu lieu les 21 et 22 mai (résultats pour les personnels). Élection par le conseil d’administration de la présidence de l’Université prévue le 21 juin 2019. « Si c’est Christine Clerici qui est élue, il est prévu qu’elle effectue les deux premières années avant de laisser sa place à Frédéric Dardel, président de l’Université Paris Descartes, qui, entre temps, devrait être nommé vice-président formation » (in News Tank Higher Education).
  • Commentaire 1. Je suis surpris et choqué par la liberté des deux présidents sortants de se partager la présidence de la nouvelle université : 2 ans pour Christine Clerici, puis 2 ans pour Frédéric Dardel. La durée d’un mandat présidentiel est de 4 ans ; il n’y a pas à tergiverser.
  • Commentaire 2. La priorité donnée à l’ex-présidente de Paris VII peut paraître élégante : les femmes d’abord. Elle ne l’est pas ! Dans 2 ans, Frédéric Dardel sera idéalement placé pour se succéder à lui-même. L’ère des petits arrangements entre amis gagne du terrain : un tel partage temporel déjà eu lieu à Grenoble (2 ans pour Lise Dumasy, puis 2 ans pour Patrick Lévy).
  • Commentaire 3. Françoise Moulin Civil est née en 1952. Elle peut déjà prendre sa retraite si elle en a l’envie. Elle devra obligatoirement la prendre en 2020. Si c’est le cas, comment le gouvernement va-t-il l’occuper durant une année ?

Lire la suite

Commentaires fermés sur SUP. Sept Cergy-Pontins Macroniens

Classé dans C. Ile-de-France

Le 1er cycle de Paris-Saclay

Université Paris-Saclay, Un pas de plus chaque mois d’ici 2020. Dossier de Presse, 19 février 2019, 20 pages.

  • « Les dirigeants des établissements membres de l’Université Paris-Saclay se sont donné pour objectif d’avoir construit, au 1er janvier 2020, l’Université Paris-Saclay. Cette université de plein exercice s’inscrira dans le cadre du dispositif expérimental prévu par l’article 28 du projet de loi pour un État au service d’une société de confiance. Il continuera ensuite à se transformer jusqu’au bout de la période expérimentale (fin 2029).
  • Le projet représente une opportunité unique pour les établissements membres. En effet, cette alliance entre universités, grandes écoles et organismes de recherche représente près de 14% des publications et  20% des citations de publications françaises (source OST).
  • Ainsi, le projet Paris-Saclay rejoindra les meilleures universités mondiales en termes de recherche et d’encadrement des étudiants, top 20 à portée de main »…

Tribune et Pétition syndicales contre le projet ci-dessus. Université Paris-Saclay 2020, Pas en notre nom ! 30 mars 2019.

  • « Les représentants des 14 membres de la COMUE et sa présidente ont réaffirmé les orientations du projet d’université Paris-Saclay 2020 en les parant, de façon fallacieuse, de valeurs universitaires. La partie de la communauté universitaire en désaccord avec ces orientations a aujourd’hui beaucoup de mal à se faire entendre.
  • Nous vous invitons ainsi à signer et faire signer la Tribune ».

Le projet est organisé en 9 fiches. La fiche 5 porte sur le 1er cycle : les divergences sont particulièrement fortes sur ce point.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Le 1er cycle de Paris-Saclay

Classé dans C. Ile-de-France

Lille. Une fusion à parachever

Cour des Comptes, La nouvelle université de Lille : une fusion à parachever, une stratégie académique et régionale à définir, rapport annuel 2019, 6 février 2019, 38 pages.

  • Répondant à une injonction institutionnelle* et non à une réflexion stratégique préalable en matière d’interdisciplinarité de la formation et de la recherche, la valeur ajoutée de la fusion des universités lilloises reste encore incertaine. * Injonction institutionnelle : lire les chroniques du blog Les regroupements à marche forcée.

Chroniques d’Histoires d’universités publiées en novembre et décembre 2018.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Lille. Une fusion à parachever

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie)

Université. Ordonnance pour l’hiver

Chronique du 12 octobre 2018. Des rapprochements à la carte

  • « Les formes de regroupement instaurées par la loi Fioraso ne datent que de 2013. La COMUE n’a pas prouvé son utilité (Quand une COMUE part en vrille). L’Association, pourtant prévue par la loi, a été proscrite par la ministre elle-même (chroniques du blog sur les fusions, sur les COMUE). Et voici un avant-projet d’ordonnance en vue de l’expérimentation de nouvelles formes organisationnelles. Le texte explicatif (voir point 2) ne manque pas de culot : le projet partagé est dit plus important que les formes organisationnelles, mais aucune ligne du texte n’est consacrée à son contenu, à son ampleur, à son mode d’élaboration, à sa vraisemblance, à sa sustainability comme on dit aujourd’hui ! »...

L’ordonnance est désormais publiée (JO du 12 décembre 2018). Ordonnance relative à l’expérimentation de nouvelles formes de rapprochement, de regroupement ou de fusion des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Elle est accompagnée d’une explication de texte (rapport au Président de la République).

Lire la suite

Commentaires fermés sur Université. Ordonnance pour l’hiver

Classé dans Non classé

Lille au bord de l’asphyxie

L’université de Lille au bord de l’asphyxie, la présidence en accusation, Jacques Trentesaux, MédiaCités Lille, 14 décembre 2018. Signalement par Michel Abhervé, blog Alternatives économiques.

Suite de trois chroniques d’Histoires d’universités :

« Lignes téléphoniques coupées, patrimoine en mauvais état, recrutements bloqués… mais aussi direction pléthorique et masse salariale excessive. La fusion des trois universités lilloises a dégradé la situation au lieu de l’arranger, comme le montre le rapport confidentiel que Mediacités publie in extenso.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Lille au bord de l’asphyxie

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie)

UPEM : Gilles Roussel m’a tuer !

Gilles Roussel est président de l’université Paris Est Marne-la-Vallée (UPEM) et président de la Conférence des Présidents d’Université. Il souhaite faire un second mandat à la tête de la CPU : Gilles Roussel s’accroche. Il n’aura pas d’adversaire et dès lors il ne prend même pas de temps de communiquer sa profession de foi. Mépris pour les électeurs, présidents d’université ou directeurs de grande école. L’élection – le plébiscite – aura lieu le 16 décembre.

Gilles Roussel, c’est une première dans l’histoire des universités contemporaines, a décidé de saborder son université, de la faire disparaître dans un ensemble qui portera le nom d’Université Gustave Eiffel. Ensemble expérimental dans le cadre du projet d’ordonnance relative à l’expérimentation de nouvelles formes de rapprochement, de regroupement ou de fusion des établissements d’enseignement supérieur et de recherche (cf. ma chronique du 12 octobre 2018 : des rapprochements à la carte).

J’ai enseigné 9 ans dans cette université (1999 à 2008) : je n’imaginais que je recevrai, aujourd’hui et après dix ans de retraite, un tel coup de poignard dans le dos.

Ce sabordage est révélé par une dépêche de News Tank Higher Education de ce jour (article n°134396, cf l’image ci-dessous). L’UPEM, dans l’université Gustave Eiffel, perdra sa personnalité morale. Elle disparaîtra donc dans une université dominée par l’IFSTTAR et par les quatre Grandes écoles qui entreront dans cette fusion (celles-ci perdront-elles leur personnalité morale ? Le rapport de mission le proposera ou non).

Lire la suite

Commentaires fermés sur UPEM : Gilles Roussel m’a tuer !

Classé dans C. Ile-de-France, E. Ingénierie, E. Sciences, Non classé